Admirer la peinture en France (2): le palais du Luxembourg et le cycle Médicis

Comme il en était question dans un précédent article, les voyageurs avaient la possibilité de découvrir des collections de peintures à plusieurs endroits de Paris et de l’Île-de-France. Après les Mays de la cathédrale Notre-Dame, nous allons à présent évoquer les collections princières, et plus particulièrement le cycle de Marie de Médicis peint par Rubens pour le palais du Luxembourg, aujourd’hui connu pour abriter le siège du Sénat et un musée.

Marie de Médicis : petite piqure de rappel historique

Marie de Médicis, atelier de Frans Pourbus II, 1590-1620, huile sur toile
Source Rijksmuseum.nl (cliquer ici pour accéder à la source sur le site du Rijksmuseum)

Marie de Médicis est la dernière fille du grand duc de Toscane François Ier de Médicis et de l’archiduchesse d’Autriche, Jeanne d’Autriche, fille de Ferdinand Ier, empereur du Saint-Empire romain germanique. Elle grandit à Florence au palais Pitti où elle reçoit un bonne éducation et se passionne pour les sciences naturelles et particulièrement pour les gemmes et les bijoux. En France, le roi Henri IV, souhaitant assurer sa descendance, vient de répudier Marguerite de Valois, connue aussi comme la « reine Margot », et décide d’épouser Marie de Médicis un an plus tard en 1600. Pour le roi de France, il s’agit d’une alliance stratégique : la famille des Médicis est à la fois très riche (ils sont les créanciers du royaume de France) et Marie est la petite-fille de l’empereur romain germanique. Dix ans plus tard, le 14 mai 1610, Henri IV meurt assassiné par Ravaillac, et Marie de Médicis devient régente du royaume alors que son fils Louis XIII n’a que huit ans. La régence est difficile car Marie confie le pouvoir à ses favoris, une florentine et son mari, Leonora Dori et Concino Concini. Ceux-ci s’accaparent les plus hautes charges et pillent le trésor tandis que la régente s’adonne à sa passion pour les gemmes et l’astrologie. Elle éloigne autant que possible son fils du pouvoir qui pourtant débute son règne personnel en 1614, mais reste écarté du Conseil. Louis XIII, âgé de 16 ans, finit par faire assassiner Concini en 1617 et brûler sa femme pour sorcellerie. Marie est quant à elle exilée à Blois après avoir fomenté une révolte contre le roi. Pardonnée en 1621, elle se fâche quelques années plus tard avec Richelieu qu’elle avait pourtant introduit auprès du monarque. Elle tente de le faire renvoyer mais échoue. En effet, Louis XIII renouvelle sa confiance en son ministre et décide d’exiler sa mère lors de ce qu’on a appelé la journée des Dupes, les 10 et 11 novembre 1630. Ces évènements marquent la fin de l’influence de Marie de Médicis et de ses intrigues. Louis XIII et son ministre Richelieu prennent complètement le pouvoir. Marie de Médicis finit ses jours en exil, d’abord à Londres puis à Cologne où elle meurt en 1642.

Le palais du Luxembourg et le cycle de Rubens

Le palais du Luxembourg est réalisé pendant la régence de Marie de Médicis. Il tire son nom du premier hôtel construit au xvie siècle pour le duc de Luxembourg, François de Piney. Il est racheté par la régente qui ordonne la construction d’un nouveau palais à l’architecte Salomon de Brosse — palais qu’elle ne verra jamais terminé puisqu’elle est forcée à l’exil en 1630. Le palais est un savant mélange d’architecture à la française et d’inspiration italienne, en particulier florentine, avec un bossage de pierre qui rappelle le palais Pitti.

 

Vue de la façade extérieure du Luxembourg, Jean-Baptiste Lallemand, xviiie siècle, aquarelle et gouache
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à la source dans Gallica)

La galerie est commandée en 1621 juste après la réconciliation de Louis XIII et de sa mère. Les 24 peintures produites à cette occasion relèvent du goût certain de Marie de Médicis pour les arts. Elle fait travailler pour le palais des peintres français et italiens et choisit pour ce cycle l’un des plus grands peintres flamands de son temps :  Peter Paul Rubens. Le cycle est réalisé entre 1622 et 1625 à Anvers dans l’atelier de Rubens. Celui-ci vient à Paris à la demande de la reine en 1622 puis en 1623 en ayant déjà réalisé 9 tableaux. Il revient à nouveau en 1625 pour livrer la totalité des peintures du cycle et termine même le Couronnement de la reine sur place. Le cycle devait en effet être inauguré en 1625 pour les fêtes de fiançailles par procuration d’Henriette de France avec le roi d’Angleterre. À l’origine, deux galeries étaient prévues, l’une pour la reine, l’autre pour le roi, mais cette dernière ne sera jamais réalisée du fait de l’exil de Marie de Médicis. Le cycle représente la vie de la reine, depuis sa naissance jusqu’à la régence, mêlant histoire et mythologie, portraits et figures allégoriques.

Comment le palais et le cycle ont-ils été perçus sous l’Ancien Régime ?

Marie de Médicis, à sa mort, lègue à son fils cadet Gaston duc d’Orléans son palais, qui devient alors connu comme le palais d’Orléans. À la mort du duc, il passe à sa veuve puis à sa fille aînée, la duchesse de Montpensier qui le vend à sa sœur la duchesse de Guise. Celle-ci en fera don à son royal cousin Louis XIV à la fin du xviie siècle. Le palais reste dans les mains de différentes familles nobles et royales jusqu’à la Révolution et devient un monument incontournable de l’architecture parisienne du xviie siècle. Le Bernin, lors de son voyage en 1665, trouvait d’ailleurs qu’il était ce qu’il avait vu de plus beau en France. Les guides de l’époque signalent la résidence comme un passage obligé dans la capitale, que ce soit pour le palais, ses jardins ou son cycle. Par exemple, l’ouvrage de Nemeitz, adressé à ses compatriotes, évoque surtout les jardins comme étant l’une des plus belles promenades de Paris :

« Autrefois les personnes de condition ne s’y sont pas promenées fort souvent, ne pouvant pas soufrir le menu peuple qui y accourut en foule, sur-tout les Dimanche & les jours de fêtes : compagnie peu agréable aux hônetes gens. Mais après que Madame de Berri eut pris sa residence au Palais de Luxembourg, les Huissiers du Roi prirent un peu mieux garde aux entrans & sortans, qu’il n’avoient fait ci-devant : ce qui fut cause qu’on y vit alors nombre de personnes de qualité, principalement quand Madame de Berri tenoit sa cour. Mais après la mort de cette Princesse, l’ancienne liberté y fut renduë à tout le monde. »

Germain Brice quand à lui, dans sa Description nouvelle de ce qu’il a de plus remarquable dans la ville de Paris, est dithyrambique sur l’architecture :

De tout ce que l’on voit à Paris & mesme dans le Roïaume, il s’est rien de plus regulier & de mieux entendu pour l’Architecture que ce magnifique Palais.

Plus loin, il évoque le cycle mais se trompe dans l’analyse de l’iconographie qu’il pense représenter surtout la vie d’Henri IV plutôt que celle de Marie. Cette erreur semble prouver l’originalité d’un cycle entièrement dédié à la vie d’une reine. Il mentionne ensuite les jeunes peintres qui viennent copier les tableaux du grand maître flamand :

Ce sont des grands Tableaux qui sont sur les tremeaux entre les croisées, où sont representées les principales Actions de Henri IV. sur tout celles où Marie de Medicis a eu quelque part. […] Souvent les jeunes Peintres vont étudier dans cette Galerie ; & comme elle est toute de sa maniere, ils peuvent y rendre aisément des idées de la belle Peinture.

Le palais est donc visité par les voyageurs qui le décrivent dans leurs manuscrits. Son architecture est particulièrement remarquée par les architectes comme Leonhard Christoph Sturm qui lui consacre plusieurs pages. Il détaille aussi chacun des tableaux de la galerie, montrant parfois son ignorance quant au sens de certains d’entre eux, et insiste particulièrement sur La Naissance du Dauphin à Fontainebleau, qu’il considère comme l’œuvre la plus réussie du cycle au regard de la représentation de la reine, lasse et heureuse après son accouchement :

9. La naissance du roi Louis XIII me sembla être la plus magnifique pièce d’entre toutes. En particulier la reine y est représentée de façon curieuse : elle est assise toute pâle dans un fauteuil, les pieds nus dans des pantoufles. L’expression de son visage nous révèle que le peintre a dû dessiner plusieurs fois une femme en train d’accoucher, puisque la reine a une expression mêlée de joie et de douleur en regardant le nouveau-né confié aux soins de plusieurs figures féminines. De l’autre côté, une femme présente à la reine une corbeille de fruits parmi lesquels se trouvent encore cinq autres petits enfants. Au loin, le Soleil monte vers le ciel pour annoncer l’heure de la naissance.

Christoph Pitzler  détaille lui aussi sur plusieurs pages les éléments d’architecture du palais. Il évoque aussi les éléments de décoration intérieure, mais, étonnamment, ne parle à aucun moment de la galerie qu’il n’a peut-être pas visitée ou qui ne l’intéresse peut-être pas. Lambert Friedrich Corfey le Jeune, précisant pourtant qu’il faut visiter le palais, ne lui dédie pas plus d’un paragraphe et termine en jugeant qu’il ne surpasse pas l’hôtel des Invalides. Enfin, Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck est certainement celui qui exprime le plus d’admiration pour le cycle peint dont il va jusqu’à décrire tous les tableaux.

Le plus magnifique à voir est la galerie située à gauche de l’entrée ; elle possède des fenêtres des deux côtés, entre lesquelles l’écart est si grand qu’on a placé dans l’intervalle de grandes toiles peintes par le célèbre Rubens en l’espace de deux ans, ce qui est vraiment étonnant. Elles représentent une allégorie de la vie de la reine Marie de Médicis ; le coloris est tout à fait incomparable, les vêtements sont peints de façon extraordinaire, mais l’invention et l’ordonnance sont plus remarquables encore.

Il s’étonne que ces tableaux n’aient pas encore été copiés et diffusés en gravure contrairement aux œuvres d’artistes français et insinue que l’origine géographique de l’artiste en est la cause.

Il vaut la peine de donner une description de chacun des tableaux et on peut s’étonner que les Français, qui ont mis tant d’efforts et d’application pour reproduire en gravure les œuvres de Mignard, Poussin, Le Brun et autres galeries, n’aient pas encore fait de même pour celle-ci. De quoi la jalousie n’est-elle pas capable !

Le cycle sera finalement reproduit entre 1707 et 1710 par Gaspard Duchange, sur les dessins de Jean-Baptiste Nattier, comme vous pouvez le voir avec les images ci-dessus et ci-dessous, reproduisant les tableaux en inversant le sens de lecture.

L’apothéose d’Henri IV et la Régence de la Reine, dessin par Jean-Baptiste Nattier d’après Rubens et gravure par Gaspard Duchange, 1710
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

Vous pouvez aujourd’hui admirer le cycle de Marie de Médicis au musée du Louvre où il est conservé depuis 1900. Le palais du Luxembourg, aujourd’hui le siège du Sénat, se visite seulement lors des journées du patrimoine.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

  • Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek [et al.], Marie de Médicis et le Palais du Luxembourg (Paris: Délégation à l’Action Artistique de la ville de Paris, 1991)
  • Sara Galletti, Le Palais du Luxembourg de Marie de Médicis. 1661-1631 (Paris: Picard, 2012)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *