Admirer la peinture française (1): les Mays de Notre-Dame

Si vous souhaitiez admirer de la peinture lors de votre séjour à Paris, sachez qu’il n’existait pas, au xviie siècle, de musées tels que nous les connaissons aujourd’hui. Les collections de peintures appartenaient à des particuliers, issus généralement de l’aristocratie, et les plus belles d’entre elles se trouvaient sans nul doute chez le roi et sa famille. Vous pouviez les découvrir dans les différentes demeures royales disséminées en Île-de-France et ouvertes au public : le palais du Louvre, le château de Versailles ou de Fontainebleau, etc. Cette collection royale sera d’ailleurs à l’origine de la collection du musée du Louvre. Les lieux de culte étaient également des espaces où s’exposait la peinture religieuse et les églises de Paris constituaient de véritables petits musées. Par exemple, la cathédrale Notre-Dame de Paris dévoilait en ses murs la peinture contemporaine du Grand Siècle. En effet, tous les ans depuis 1630 la corporation des orfèvres offrait le 1er mai un tableau à la cathédrale. Ainsi, à la fin du xviie siècle, Notre-Dame possédait plusieurs dizaines de tableaux, qu’on appelait “les Mays”, et que les visiteurs pouvaient venir contempler. Ces tableaux, commandés aux grands artistes de l’époque, étaient réalisés, pour ne citer que le xviie siècle, par des peintres tels que Laurent de La Hyre, Charles Le Brun, Eustache Le Sueur, Noël Coypel, etc.

Qui offraient les Mays et qui les peignaient ?

Les Mays étaient offerts par la corporation des orfèvres. Il existait alors à Paris quatre confréries d’orfèvres : la confrérie Saint-Éloi, la confrérie des Saints-Martyrs, celle de Notre-Dame du Blanc-Mesnil et la confrérie Sainte-Anne. C’est cette dernière qui offrait tous les ans un tableau à la cathédrale. Une confrérie était une association religieuse réunissant des personnes d’un même métier et organisant la vie religieuse de ses membres. Ces confréries, apparues à la fin du Moyen Âge, avaient donc une fonction à la fois religieuse et sociale. Elles pratiquaient la dévotion mais servaient aussi de vitrine à l’excellence d’une profession. Ainsi, offrir des tableaux à la cathédrale Notre-Dame reflétait la puissance, la richesse et le dynamisme d’une confrérie, en l’occurrence celle de Sainte-Anne.

Le martyre de saint André, Charles Le Brun, 1646-1647, huile sur toile
Source www.getty.edu / The J. Paul Getty Museum, Los Angeles (cliquer ici pour accéder à sa source)

Tous les tableaux commandés commémorent les Actes des apôtres de saint Luc, cinquième livre du Nouveau Testament qui décrit l’activité missionnaire des premiers disciples du Christ. La peinture religieuse est alors un genre majeur tandis que règne au xviie siècle la Contre-Réforme – mouvement qui se met en place en opposition à la réforme protestante du siècle précédent. La Contre-Réforme se traduit dans la peinture par la volonté d’enseigner, d’émouvoir et de convaincre par les images. Ainsi les peintures recourent une mise en scène spectaculaire afin que le spectateur comprenne le sujet et s’en émeuve. Leur but est de reconquérir les âmes par à la puissance des images. Les Mays de Notre-Dame se placent indéniablement dans cette veine didactique. Ils illustrent souvent les martyres ou les miracles des apôtres et sont élaborés en concertation avec les chanoines de la cathédrale.

Les artistes à qui les Mays étaient commandés appartenaient généralement à l’Académie royale de peinture et de sculpture, récemment fondée puisqu’elle est créée en 1648 alors que Louis XIV est encore enfant. Il s’agissait donc d’artistes très connus de leur temps, comme Laurent de La Hyre, Claude Vignon, Eustache Le Sueur, Noël Coypel ou, le plus connu de tous, Charles Le Brun, bientôt premier peintre du roi. Par exemple, son Martyre de Saint André (actuellement exposé dans la cathédrale) a été peint vers 1647 et le modello est aujourd’hui conservé au J. Paul Getty Museum (voir l’image ci-contre). La production des Mays s’arrête en 1708 avec la disparition de la confrérie des orfèvres, laissant la cathédrale avec une collection de 76 peintures puisqu’un tableau avait été offert par an, à l’exception des années 1683 et 1694.

Comment ces peintures étaient-elles exposées ?

Vue intérieure de l’église cathédrale de Notre Dame de Paris, vers 1770, publié à Paris chez Mondhare rue St Jacques
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

Sur les gravures du xviiie siècle (comme celles ci-dessus et ci-dessous),  on peut voir que les Mays étaient accrochés devant les arcades de la nef centrale et leur cadre reposait sur les chapiteaux des piliers, alors que sur d’autres gravures, ils semblaient être suspendus directement sur les piliers. Il y en avait également dans le chœur, le déambulatoire et les chapelles. Deux de nos voyageurs allemands citent ces peintures dans leurs écrits et indiquent le nom des peintres, le titre et la date d’exécution figurant sur les tableaux. Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck, par exemple, en fait l’inventaire et en dénombre 69. Voici ce qu’il décrit :

Vue intérieure de Notre-Dame au moment de l’arrivée de la Reine, pour l’action de grâce de la naissance de Mgr. le Dauphin, 1784, dessin par Alexandre Moitte
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

Un vieil édifice gothique par son style mais vraiment magnifique. Il ne présente pas de particularité remarquable sinon de beaux tableaux, en particulier ceux qui, chaque année, sont offerts par les orfèvres. J’en reproduis ci-dessous le catalogue : toutes les indications sont clairement données sur les tableaux, elles sont donc certaines.

Leonhard Christoph Sturm fait plus ou moins la même remarque que son compatriote :

En dehors des jours de fêtes, quand cette église est décorée en grande pompe, il n’y a rien de particulier à voir à l’intérieur, hormis les tableaux qui y figurent en grand nombre. Il faut noter entre autres que chaque année, tradition qui perdure depuis l’an 1630, la maîtrise des orfèvres fait don à cette église d’un beau tableau. On peut lire clairement sur chacun le nom du peintre.

Lambert Friedrich Corfey le Jeune, quant à lui, dit visiter la cathédrale et va jusqu’à détailler le nom et la taille des cloches de la tour nord. Il décrit aussi le décor sculpté de l’intérieur de l’édifice, mais ne mentionne à aucun moment ces dizaines de tableaux de grand format. On peut alors se demander s’il a vraiment visité la cathédrale et s’il ne s’est pas plutôt inspiré d’un guide de Paris pour rédiger ses notes – pratique plutôt courante à l’époque. On peut aussi supposer que la peinture ne l’intéressait pas et qu’il n’a pas daigné lui consacrer quelques lignes, contrairement à d’autres formes d’art telles que l’architecture ou la sculpture.

On notera par ailleurs qu’aucun des visiteurs que nous étudions ne s’attarde sur l’architecture gothique de la cathédrale. Bien qu’architectes pour la plupart, ils semblent préférer de loin l’architecture du Grand Siècle à celle des époques antérieures.

Les guides de la ville de Paris, disponibles au xviie siècle, évoquent également ces peintures, comme l’ouvrage de Germain Brice, intitulé Description nouvelle de ce qu’il a de plus remarquable dans la ville de Paris et qui donne les informations suivantes sur Notre-Dame :

Pour ce qui est du dedans de l’Eglise, les Curieux qui aiment la peinture, trouveront de quoi se satisfaire, en considérant les grands Tableaux, dont tous les piliers sont garnis. Ceux qui sont dans le Choeur, sont beaucoup plus beaux que les autres. Il y en a deux de M. le Brun, un qui represente le Crucifiment de saint Pierre, & l’autre le Martyre de saint Estienne, un de le Sueur, qui fait voir saint Paul au milieu d’une place publique, faisant mettre au feu des Livres de Magie devant la porte du Temple, dont le Portique est soütenu de colonnes. […] Tous les ans le premier jour du mois de May les Orfèvres en font present d’un, & l’on se sert de quelque Peintre renommé, qui est bien aise de se faire connoître & d’acquerir de la reputation.

La cathédrale était bien devenue un lieu important où s’exposait la peinture contemporaine.

Que sont devenus les Mays ?

Cet ensemble de peintures a malheureusement connu de nombreux aléas et a traversé les siècles tant bien que mal. Les Mays sont restés dans la cathédrale jusqu’à la Révolution puis furent saisis en 1793 par les révolutionnaires. Une partie des tableaux fut confiée au Muséum central, qui concrétisa pendant la République un projet initié sous la monarchie : en 1793, le palais du Louvre devint un lieu d’exposition des collections royales et des œuvres d’art confisquées aux émigrés et aux églises. Les Mays saisis retrouvèrent leur place dans la cathédrale en 1803 pendant le Concordat. Le reste de la collection fut dispersé, parfois pour être exposé dans un autre édifice religieux, mais souvent pour être vendu. Certains Mays sont depuis lors toujours introuvables. Aujourd’hui, une partie de la collection est conservée au musée du Louvre, une autre a été déposée à Arras où une salle “des Mays” a été inaugurée il y a quelques années. Quelques-uns sont revenus dans la cathédrale. Les Mays n’existent malheureusement plus comme un ensemble mais on a pris conscience de leur importance, notamment  pour l’histoire de la peinture religieuse en France.

Parmi les peintures les plus connues qui sont aujourd’hui dans la cathédrale Notre-Dame, nous pouvons citer :

  • La Conversion de saint Paul par Laurent de La Hyre (1637)
  • Le Crucifiement de saint André par Charles Le Brun (1647)
  • Le Crucifiement de saint Pierre par Sébastien Bourdon (1643)

Vous pouvez trouver une reproduction sur le site de Notre-Dame de Paris (lien ci-dessous).

Pour en savoir plus sur le sujet :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.