Versailles et les visiteurs désenchantés

Les voyageurs allemands venant à Versailles pour découvrir le château  du Roi-Soleil ne sont pas tous admiratifs ou éblouis par les bâtiments qu’ils y découvrent. Certains d’entre eux n’hésitent pas à émettre critiques et jugements, surtout à l’encontre des architectes et maîtres d’œuvre. Entre l’image diffusée par les textes et les gravures de l’époque, les attentes des visiteurs et la réalité, la déception est parfois grande, et certains d’entre eux relatent leur déconvenue dans leurs écrits. À travers deux lieux emblématiques du Versailles de Louis XIV, la galerie des Glaces et l’escalier des Ambassadeurs, nous évoquerons dans ce billet la réception de l’art français par des contemporains allemands.

Au château, ce sujet est à l’honneur jusqu’au 25 février 2018 avec l’exposition « Visiteurs de Versailles, 1682-1789 », que nous vous invitons à découvrir !

Une arrivée décevante

Vue du château de Versailles, du côté de l’avant-cour en 1682, gravure d’après un dessin d’Israël Silvestre
© Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) / Franck Raux (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Une fois que vous aviez trouvé votre moyen de locomotion et que vous saviez comment accéder au château et aux jardins, la visite pouvait commencer et, généralement, les critiques aussi. Dès leur arrivée, les voyageurs ont fait part de leur déception face à l’aspect extérieur du château. Le comte de Harrach, par exemple, écrit :

“La première vue qu’on a en, arrivant en voiture, est moins belle qu’il n’y paraît sur les gravures, car la pierre de taille est toute noircie par les intempéries ; le toit a belle allure, avec sa couverture d’ardoise et son faîte garni de plomb doré et ses ornements en de nombreux endroits.”

Il faut aussi ajouter que les vues du château telles qu’elles étaient reproduites dans les gravures étaient généralement représentées en plongée laissant voir une plus grande part du château que la vue frontale qu’on en a encore aujourd’hui depuis l’avenue de Paris. D’autres voyageurs examinent le château d’un point de vue architectural et déplorent notamment un aspect trop théâtral comme l’écrit Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck :

“À l’avant du château, telle qu’on la voit à l’entrée, la perspective est tout à fait étonnante et surprenante, mais on s’en lasse très vite, parce que tout est trop coloré et d’un aspect trop théâtral. “

Leonhard Christoph Sturm émet la même critique expliquant qu’un décor de théâtre étant une copie imparfaite d’un bâtiment, un bâtiment copiant un décor de théâtre doit forcément être laid. Après plusieurs paragraphes de critiques, il conclut :

“Quelle n’est pas la désillusion de celui qui arrive ici avec l’immense espoir quelque chose d’extraordinaire ! Qui plus est, toute cette architecture est très mal proportionnée […] Cependant, lorsque, navré par tant de mauvais goût, on pénètre dans le château par la porte d’entrée des plus disgracieuse, on se retrouve dans un tout autre monde.”

L’escalier des Ambassadeurs : un “bricolage” ?

L’escalier des Ambassadeurs, appelé aussi le grand degré du roi, était un escalier monumental qui permettait d’accéder à l’appartement du Roi depuis la cour de Marbre. Conçu par Le Vau mais réalisé après sa mort par son successeur François d’Orbay, il était richement revêtu de marbre polychrome, décoré de bronze doré et de peintures réalisées par Charles Le Brun. Détruit en 1752 pour laisser place à l’appartement des filles de Louis XV, il était un lieu tout aussi majestueux que la galerie des Glaces mais plus difficile d’accès car il n’était utilisé que lors des grandes audiences diplomatiques. Ainsi, la plupart des visiteurs pouvaient seulement l’apercevoir depuis les grilles dorées donnant sur la cour de Marbre. L’une des particularités de ce lieu tenait au fait qu’il était dépourvu de fenêtres et recevait donc la lumière depuis un éclairage zénithal (c’est-à-dire une ouverture au plafond), ce qui surprit plus d’un visiteur. Le comte de Harrach, en sa qualité de diplomate du Saint Empire romain germanique, a la chance de se faire ouvrir les portes de cet escalier par Dominique-Léonard Turola, garde général du Garde-Meuble de la Couronne. Dans son journal, il qualifie l’éclairage zénithal de “bizarre” (en français dans le texte allemand) :

monsieur Turola, Garde des meubles du Roy, nous a fait voir l’appartement royal, à commencer par le fameux escalier, qui est sommé d’une assez haute et spacieuse voûte, laquelle ne prend le jour que par le haut avec une ouverture et un petit toit en verrière laissant passer la lumière vers l’intérieur ; et lorsque je dis à ce monsieur Turola que l’invention était bizarre, il répondit que la nécessité en était l’inventeur, car en cet endroit, il n’était pas possible d’apporter autrement la lumière, ce que je crois volontiers, sans pour autant approuver qu’on y eût mis un escalier, ce qui ressemblait à du bricolage ; du reste, il est beau, se sépare en une double volée de marches, et toutes les enfilades de balustres et le revêtement des murs sont en marbre, à l’exception des surfaces peintes.”

Leonhard Christoph Sturm évoque lui aussi l’escalier pour préciser qu’il n’a pas eu la chance d’y accéder : “À la demande que je fis de pouvoir l’emprunter, il me fut répondu que cet escalier n’était ouvert qu’à l’occasion des grandes audiences auxquelles étaient reçus les grands seigneurs et les ambassadeurs.” À la place il doit emprunter “l’escalier ordinaire d’en face”.

La galerie des Glaces : prétentieuse et perfectible ?

Les voyageurs observent et jugent la galerie des Glaces selon différents points de vue. La plupart d’entre eux évoquent surtout sa composition architecturale. Christoph Pitzler, par exemple, s’intéresse plus aux matériaux utilisés et à la structure qu’au programme iconographique des peintures de Le Brun. D’autres en donnent des descriptions laconiques, comme Lambert Friedrich Corfey qui semble tout de même admiratif du caractère novateur de cet ensemble :

“Cette galerie, d’un côté donne sur le jardin et de l’autre est revêtue de panneaux de glace au vis-à-vis des fenêtres de sorte à produire une vue admirable.”

Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck, quant à lui, bien que qualifiant la galerie comme “ce qu’on peut voir de mieux et de plus magnifique dans tout Versailles”, va jusqu’à proposer des améliorations (que l’on peut voir sur l’image ci-dessous) pour “réunir ainsi toutes les perfections qu’une galerie puisse présenter” :

  • Selon lui, le plus gros défaut de la galerie des Glaces est le mur aveugle (sans fenêtres) qui reçoit les miroirs. Il place alors à l’arrière de la galerie deux cours intérieures, de sorte qu’elle reçoive de la lumière des deux côtés.
  • Déplorant l’absence de tableaux aux murs, il prévoit un espace entre les fenêtres pour que de grands tableaux puissent y être accrochés.
  • De la même manière, il estime qu’il n’y a pas assez de statues : il dessine des niches permettant d’en accueillir 28.
  • Knesebeck regrette aussi que les salons encadrant la galerie des Glaces soient de la même largeur que la galerie ; il conçoit donc deux salles plus larges, octogonales, surmontées de coupoles.
  • Afin de réunir tous les arts dans la galerie, il réserve des espaces pour des bas-reliefs, grotesques, bustes, miniatures, marqueterie, etc.

Améliorations de la galerie des Glaces telles qu’elle sont esquissées par Knesebeck dans son journal au folio 81

Étrangement, la plupart des voyageurs que nous étudions ne s’intéressent pas au cycle peint par Charles Le Brun sur la voûte de la galerie des Glaces – cycle qui, d’un point de vue iconographique, est particulièrement provocateur, notamment à l’égard d’un public allemand. En effet, le peintre représente, sous la forme d’allégories antiques, les dix-huit premières années du règne personnel de Louis XIV et notamment ses victoires militaires. Comme nous l’avions déjà évoqué dans un précédent article, la guerre de Hollande, qui se déroule de 1672 à 1678, oppose la France et ses alliés à la Quadruple-Alliance, c’est-à-dire les Province-Unies, le Saint Empire, le Brandebourg et l’Espagne. Le traité de paix de Nimègue, conclu en 1679, met fin à la guerre et marque l’apogée du règne de Louis XIV. Le programme iconographique de la galerie, qui traite en partie de la guerre de Hollande, exalte la France et la figure du roi et humilie les pays ennemis dont fait partie le Saint Empire. Si ces peintures sont peu ou pas du tout évoquées par certains voyageurs de notre corpus, elles ne passent pas inaperçues aux yeux de Sturm qui en dénonce l’agressivité ainsi que la flatterie complaisante dont elles font preuve à l’égard du roi.

Alliance de l’Allemagne et de l’Espagne avec la Hollande, Charles Le Brun, 1680-1684, partie du plafond de la galerie des Glaces contre le salon de la Guerre
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot / Hervé Lewandowski (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

D’ailleurs, il s’étonne de ce que Louis XIV ait pu laisser réaliser un pareil programme :

“Ces représentations sont assez insultantes pour les Nations auxquelles Louis XIV a fait la guerre, au point que l’on ne laisse pas de s’étonner que ce sage roi ait pu quotidiennement  supporter la vue d’aussi énormes adulations et flatteries.”

Plus loin, tout en égratignant les Hollandais, il se questionne sur la potentielle diffusion de ces peintures à l’étranger :

“C’est du plus bel effet, mais l’invention est par trop prétentieuse, assurément, et le roi a bien fait d’interdire que l’on fît sur place des dessins qui pourraient tomber en des mains étrangères. Un lourdaud d’Hollandais aurait sinon eu beau jeu de se livrer à des interprétations délicates.”

Knesebeck, d’ailleurs, se pose la même question puisqu’il écrit :

“Au demeurant, voilà qui laisse songeur : le roi de France a fait établir consciencieusement des gravures de tous les meilleurs ouvrages bâtis, en particulier ceux qui ont été réalisés sur l’ordre de Le Brun, mais il n’en a pas fait de même pour cette galerie et a même interdit que quiconque en fasse des dessins ; on peut en conclure aisément que le roi lui-même a presque honte de cet excès de flatterie.”

Nous avons rapporté dans ce billet les points de mécontentements des visiteurs allemands comme ils les décrivent dans leurs textes mais il faut aussi noter que bon nombre d’inventions et de réalisations dans le château les ont émerveillées : nous en parlerons dans un nouvel article sur ce blog. Pour conclure, nous citerons encore une fois Sturm qui résume dans ses lettres sa visite du château en le qualifiant de “beauté vraiment enchanteresse”. À ceci, il ajoute :

“Ce n’est pas sans raison que je dis “enchanteresse” car il y a bien des points qui devraient, à vrai dire, choquer l’esprit et les yeux. Cependant, on est ébloui par tant de beautés et de munificences que l’on en oublie facilement tous les défauts.”


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. anna dit :

    Bonjour,
    Je découvre votre blog très bien fait.
    Les images d’archives sont très belles. Vous trouverez peut-être des documents intéressants sur le site Internet des Archives départementales des Yvelines (ils ont des cartes et plans anciens de Versailles et ses jardins).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.