Célèbres promenades parisiennes (2) : la foire Saint-Germain

Une fois votre promenade sur le Pont-Neuf achevée (lire l’article précédent), vous pouviez remonter la rue Dauphine depuis la rive gauche, tourner à droite dans la rue de Buci et arriver à la foire Saint-Germain, lieu renommé pour son commerce, son agitation, et surtout ses excès et sa débauche. Aujourd’hui il vous est toujours possible d’emprunter cet itinéraire, mais à la différence du voyageur de l’Ancien Régime, vous devrez traverser l’un des grands axes réalisés sous le baron Haussmann au xixe siècle : le boulevard Saint-Germain. Les halles Saint-Germain existent toujours : elles abritent dorénavant une galerie marchande dans une structure architecturale qui reprend les plans du xixe siècle, mais elles n’ont plus rien à voir avec le lieu plein de vie qu’elles étaient sous l’Ancien Régime.

La foire Saint-Germain : l’un des « grands plaisirs de Paris »

Il existait à Paris, depuis le Moyen Âge, deux grands marchés couverts, la foire Saint-Germain et la foire Saint-Laurent, ouverts respectivement deux mois l’hiver et deux mois l’été. La première doit son nom à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés auprès de laquelle elle se dressait. Mentionnée pour la première fois au xiie siècle, elle se tenait aux alentours de l’abbaye où quelques marchands s’assemblaient périodiquement. De 1278 à 1482, suite à un décret de Philippe III le Hardi, elle fut interdite et transférée dans les halles de Paris afin de ne pas leur faire de l’ombre, puis elle fut finalement rétablie en 1483 à l’emplacement des jardins de l’ancien hôtel de Navarre et dans une bonne partie du quartier de Saint-Sulpice. Au xvie siècle, l’abbé Guillaume Briçonnet décida de faire construire les deux halles de pierre, comme vous pouvez le voir sur les plans ci-dessous, dont les toitures firent l’objet de l’admiration de tous : elles se composaient de deux grands combles à pignon reliés entre eux par cinq petits combles transversaux, correctement représentés sur le plan de droite. Elles abritaient plusieurs centaines de loges où les marchands tenaient commerce, et au-dessus de chaque boutique se trouvait une chambre. Ces halles perdureront jusqu’à l’incendie qui les ravagèrent dans la nuit du 16 au 17 mars 1762 et seront reconstruites au début du xixe siècle sous Napoléon.

Plan de Paris sous Louis XIII, par Mathieu Merian, 1605, publié à Paris en 1908
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

Plan de Paris, dit Turgot, 1739
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

La foire Saint-Germain était avant tout un lieu de commerce où des marchands venus de tout Paris et de la province louaient une boutique contre une redevance payée à l’abbaye. Mais elle était aussi réputée en France pour les excès et les débauches qui s’y déroulaient. Les Allemands en visite à Paris en parlent dans leurs écrits et la décrivent comme un endroit très apprécié des voyageurs de passage, comme Leonhard Christoph Sturm par exemple :

C’est un marché qui n’a rien de particulier si ce n’est la disposition régulière. Cependant, j’ai voulu en parler parce que tous les ans, avant le carême, s’y tient la kermesse si appréciée des Allemands de passage, où plus d’un sot s’est fait délester de beaucoup d’argent par la gente féminine.

Comme on le voit, la foire était donc connue pour être un lieu de débauches sexuelles, où les rencontres secrètes et adultères avaient lieu au-dessus des loges dans des chambres que louaient les marchands aux particuliers, et où les filles de joie usaient de leurs atours pour détrousser les jeunes étrangers de passage. Scarron, au xviie siècle, en décrit la prostitution :

« Foire où l’on vend moins d’affiquets
Que l’on ne vend de chair humaine. »

Extrait de La Ville de Paris en vers burlesques … par le sieur Berthaud, augmentée de la foire Saint-Germain par le sieur Scaron (lien vers l’ouvrage sur Gallica)

Recueil. Foire Saint-Germain, xviiexixe siècle
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

La foire tirait aussi sa renommée de ses maisons de jeu, appelées brelans. À la tombée de la nuit, certaines boutiques se transformaient en tripots et les gens s’y retrouvaient pour tenter de toucher le gros lot mais sortaient bien souvent déplumés ! Louis XIV les interdit et exerça des poursuites contre les tenanciers, mais elles continuèrent d’exister clandestinement, en dépit des règlements.

L’enfant prodigue trompé par une troupe de filous ou les joueurs de carte, gravure par Jacques Callot, 1627-1628
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

Lambert Friedrich Corfey décrit également la foire dans son journal :

Pendant le Carême, on peut voir à Paris la Foire de Saint-Germain, qui se tient en permanence dans des halles protégées, bâties à cet effet, foire à laquelle Monseigneur le dauphin ou d’autres princes de la Cour font l’honneur de venir pour faire emplette de leurs présents. Outre toutes sortes d’articles galants et de colifichets, on y voyait aussi des animaux exotiques, une fillette sans bras, une tête parlante, des chiens savants, des orgues mécaniques et autres automates, un éléphant blanc, etc.
Il y règne une indescriptible folie du jeu. On trouve là où prendre une tasse de café, de chocolat, et toutes sortes de boissons, bref, en un mot, largement tout ce qu’il faut pour faire la fête et mener joyeuse vie. Les demoiselles, dans les boutiques, entendent à se parer, de sorte que rares sont les galants qui hésitent longtemps à faire sauter les écus.

Corfey évoque dans ce passage un produit exotique introduit en France un peu plus tôt dans le siècle, le café, et l’ouverture de maisons dédiée à sa dégustation. C’est en 1672 que le café fut proposé pour la première fois au public par un Arménien nommé Pascal qui ouvrit une maison de café à la foire. Elle eut un succès fou, tout comme les premières maisons de café qui fleurirent à Paris au même moment, tel le célèbre café Procope.

Les guides de voyage allemands, comme celui de Nemeitz, invitent les visiteurs à s’y rendre :

Elle mérite d’être mis au nombre des grands plaisirs de Paris. […] Tout y est pêle-mêle, les maîtres avec les valets & laquais, les filoux avec les hônetes gens. Les courtisans les plus raffinez, les plus jolies filles, les filoux les plus subtils, sont comme entrelacez ensemble. Toute la foire fourmille de monde, depuis l’entrée jusqu’au bout.

Séjour de Paris, c’est-à-dire, Instructions fidèles pour les voiageurs de condition […], Joachim Christoph Nemeitz, 1727 (lire sur Gallica)

Lieu de spectacles et de théâtre

Véritable Portrait d’un Rhinoceros Vivant que l’on voit à la Foire Saint Germain à Paris, estampe par Étienne Charpentier, 1749
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

La foire Saint-Germain, c’était aussi et surtout les spectacles et le théâtre de foire. Depuis ses débuts, de nombreux divertissements y étaient proposés. Les plus appréciés étaient les danseurs de corde, c’est-à-dire les funambules, et les joueurs de marionnettes. Dès la fin du XVIe siècle, des salles de spectacles y étaient installées, comme vous pouvez le voir sur la gravure ci-dessous, représentant le vauxhall construit par les frères Ruggieri en 1769.

Des spectacles relevant parfois du « freak show » ou du zoo s’y déroulaient. Ainsi, au milieu du xviie siècle, l’un des plus grands succès de la foire était un buveur d’eau qui pouvait avaler cent pintes d’eau et les recracher transformées en vin, liqueur ou eau-de-vie. Il eut un tel succès que même le corps médical s’y intéressa et conclut qu’il devait probablement avoir plusieurs estomacs (un peu comme les vaches) pour y stocker les alcools avant son numéro. La foire était aussi un lieu d’exposition d’animaux exotiques. Au siècle suivant, l’une des principales d’attractions était un rhinocéros exposé à la vue de tous à la porte des Quatre Vents.

Vue du Vauxhal de la foire. S.t Germain, gravure par Lenoir publiée en 1772 à Paris
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

On pouvait aussi assister à des spectacles de théâtre. Malgré les protestations de la Comédie-Française, des comédiens italiens et des forains transformèrent la commedia dell’arte en spectacle de foire, attirant les foudres des comédiens français. Ceux-ci obtinrent l’interdiction pour les forains de parler sur scène. Pour contourner le règlement, les passages étaient donc chantés. C’est ainsi que naquit l’opéra-comique. Plusieurs fois interdit, il finit par s’imposer dans le paysage du théâtre français au xviiie siècle et le terme « opéra-comique » apparut en 1714 lorsqu’une troupe de la foire obtint un privilège de Louis XIV.

En 1762, les bâtiments du marché furent la proie des flammes et tout brûla en quelques heures. Le marché Saint-Germain sera rebâti par Jean-Baptiste Blondel entre 1813 et 1817. Laissé à l’abandon pendant la majeure partie du xixe siècle, il sera une nouvelle fois reconstruit entre 1976 et 1996 pour en faire le marché couvert que nous pouvons voir aujourd’hui.

Vue de la Porte de la Treille de l’Incendie de la Foire St Germain, arrivé la nuit du 16 au 17 mars 1762, estampe publiée à Paris en 1762
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

Si vous souhaitez en savoir plus sur la foire Saint-Germain :

  • Un court article sur les théâtres de la Foire sur « Les essentiels de la littérature – Gallica »
  • Mémoire de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France (Paris : H. Champion, 1876) (lire sur Gallica)
  • Paul Fromageot, « La Foire Saint-Germain des Prés », Bulletin de la Société historique du VIe arrondissement de Paris (1901, p. 185-248 ; 1902, p. 46-140)

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. LM dit :

    Très intéressant. Merci.

  2. LAMY Gabriela dit :

    Le rhinocéros exposé en 1749 à la foire Saint-Germain était Clara : Glynis Ridley, « Claras Grand Tour – Die spektakuläre Reise mit einem Rhinozeros durch das Europa des 18. Jahrhunderts », Hamburg, Konkret Lirteratuf Verlag, 2008 (traduction de l’anglais 2004). Passionnant Grand Tour de cette « visiteuse » indienne de Calcutta !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *