Célèbres promenades parisiennes (1) : le Pont-Neuf

Lorsque nous visitons une ville aujourd’hui, certains lieux demeurent des passages obligés, presque impossibles à éviter si nous voulons convaincre nos interlocuteurs que nous y sommes allés. Les Champs-Élysées pour Paris, Times Square pour New-York, Big Ben pour Londres. Ces lieux iconiques, que les touristes ne devraient manquer sous aucun prétexte lors de leur voyage, existaient déjà sous l’Ancien Régime ; ils étaient recommandés par les guides de l’époque et mentionnés dans les récits des voyageurs. Le Pont-Neuf et la foire Saint-Germain (dont je parlerai dans un prochain article) constituent deux de ces endroits incontournables, particulièrement connus pour y croiser toutes sortes de classes sociales, du marchand ambulant au noble suivi de son laquais, en passant par le voleur ou l’arracheur de dents. Ce mélange des genres attirait une foule considérable et ne manquait pas de participer à leur célébrité. Suivez-moi pour l’une des promenades les plus célèbres du Paris de l’Ancien Régime !

Un pont en pierre monumental et moderne

Plan de Paris, dit Turgot, 1739
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

La construction du Pont-Neuf a débuté à la fin du xvie siècle et s’est terminée au début du xviie siècle sous Henri IV. Bien qu’étant aujourd’hui le plus vieux pont de Paris,  il est dit « neuf » à l’époque en raison de son caractère moderne : il est dénué d’habitations contrairement aux ponts plus anciens comme, par exemple, le Pont-au-Change que vous pouvez apercevoir en haut à gauche de l’image ci-contre. Traversant la Seine en passant par l’extrémité ouest de l’île de la cité, il est le premier pont en pierre à franchir entièrement les deux bras du fleuve et à relier ainsi le Louvre, résidence royale, aux nouveaux quartiers de la rive gauche où les nobles se faisaient construire leurs hôtels particuliers. En son centre s’élève encore aujourd’hui la statue équestre d’Henri IV que sa femme, Marie de Médicis, offrit à la ville de Paris. La statue fut détruite à la Révolution puis restituée en 1818 par François-Frédéric Lemot. Avant même qu’elle ne soit érigée, il avait était décidé qu’une place monumentale l’accompagnerait, la place Dauphine. La chaussée était large, bordée de trottoirs, ce qui en faisait un lieu de promenade agréable. De part et d’autre du pont, la parapet était scandé d’avancées en demi-lune – qui existent encore aujourd’hui – dans lesquelles des marchands tenaient boutique, d’abord dans des échoppes de bois, remplacées au xviiie siècle par des boutiques en pierre sur les dessins de l’architecte Soufflot. En plus de ces boutiques, les trottoirs étaient envahis de vendeurs ambulants, petits métiers, prostitués et charlatans.

Une foule de passants

Ce furent là les raisons de son succès : un espace de déambulation, une vue exceptionnelle sur la Seine que ne prodiguaient pas les autres ponts, un lieu de commerce et de spectacle. Le pont accueillit d’ailleurs des évènements marquants tels le cortège funèbre d’Henri IV, les épisodes de la Fronde, les entrées solennelles des rois, princes ou d’ambassadeurs, etc. Louis-Sébastien Mercier évoque dans son Tableau de Paris l’importance du pont comme artère principale de circulation :

« Le Pont-Neuf est dans la ville ce que le cœur est dans le corps humain, le centre du mouvement & de la circulation ; le flux & le reflux des habitans & des étrangers, frappent tellement ce passage, que pour rencontrer les personnes qu’on cherche, il suffit de s’y promener une heure chaque jour. »

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, tome 1, 1782-1788.

Veüe et perspective du Pont-Neuf de Paris, Adam Perelle, xviiie siècle
Source INHA (cliquer ici pour accéder à sa source dans la bibliothèque numérique de l’INHA)

Quasiment tous les voyageurs allemands du corpus que nous étudions citent le Pont-Neuf dans leurs écrits, soit pour en décrire l’architecture ou dessiner son plan, soit pour évoquer sa vie agitée. Par exemple, l’architecte Christoph Pitzler en fait un croquis :

« Le pont Neuf à Paris est considéré comme l’un des plus beaux ponts d’Europe ; on peut passer en voiture au milieu et marcher sur les deux côtés, il est entièrement construit en pierre ; en a se trouve Henri Quatre à cheval, en bronze, en b on passe sur une île. Palais Royal c. Faubourg St Germain »

Les frères Corfey, quant à eux, le mentionnent surtout pour le comparer aux autres ponts de la ville qui étaient bordés d’habitations, ce qui ne permettait pas de profiter de la vue sur le fleuve :

Outre le pont Royal, à Paris, on peut voir aussi le pont Neuf, célèbre dans le monde entier, 157 pas géométriques de long, 12 de large. Il présente de chaque côté une voie surélevée pour les piétons, qui est bordée tous les jours d’innombrables boutiques. Vers le milieu de ce pont s’élève la statue équestre en bronze d’Henri IV, sur laquelle je reviendrai plus amplement par la suite. Le pont au Change, le pont Saint-Michel, le Petit pont et le pont Notre-Dame, bâtis de maisons des deux côtés, de sorte qu’on ne sait plus si on roule sur un pont ou dans une rue.

Enfin, Leonhard Christoph Sturm rappelle que le Pont-Neuf est certes beau mais qu’on peut trouver de bien meilleurs exemples « en différents lieux, en particulier à Ratisbonne, Prague et Dresde. »

Ansicht von Dresden, Blick von der heutigen Neustadt über die alte Augustusbrücke auf die Altstadt, par Gabriel Bodenehr, 1725
Source Staatliche Kunstsammlungen Dresden (cliquer ici pour accéder à sa source sur www.skd.museum)

 

Un lieu connu pour sa vie agitée

L’animation qui régnait sur le pont et la population qui le fréquentait sont souvent évoquées dans la littérature. Au xviie siècle, le poète burlesque Berthod écrit « les Filouteries du Pont-Neuf » évoquant les divers voleurs et charlatans qui y opéraient :

 

Le Pont-Neuf ou l’embarras de Paris, gravure par Nicolas Guérard, 1715
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

Vous, rendez-vous de Charlatans,
De Filoux, de passe-volans,
Pont Neuf, ordinaire theatre
De Vendeurs d’onguent & d’emplastre,
Sejour des Arracheurs de dents,
Des Fripiers, Libraires, Pedans,
Des Chanteurs de chansons nouvelles,
D’Entremetteurs de Damoiselles,
De Coupe-bourses, d’Argotiers,
De Maistre de sales mestiers,
D’Operateurs & de Chimiques,
Et de Medecins spagiriques,
De fins joüeurs de gobelets,
De ceux qui rendent des poulets.

Extrait de La Ville de Paris en vers burlesques … par le sieur Berthaud, augmentée de la foire Saint-Germain par le sieur Scaron (lien vers l’ouvrage sur Gallica)

La vie du pont a aussi été illustrée de nombreuses fois, notamment dans les caricatures. La gravure ci-dessous à gauche, certes tardive puisqu’elle date du début du xixe siècle, représente les promeneurs, mendiants et divers petits métiers déjà cités dans le poème précédent : cireurs de bottes et tondeurs de chiens ou de chats. Le Pont-Neuf était d’ailleurs le principal lieu où vous pouviez faire toiletter votre animal et, pourquoi pas, votre mari ! Le panneau de la femme assise à droite de l’image indique « Catrinne coup[e] chien et chat et son mari ». La seconde gravure représente la caricature d’un vendeur de limonade avec son stock sur le dos et un tuyau avec lequel il versait directement la boisson et la servait aux passants.

Un Coin du Pont Neuf, caricature anonyme publiée par Noël Frères vers 1813 à Paris
Source British Museum – CC BY-NC-SA 4.0 (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site du BM)

French Lemonade Merchant, dans « 24 Caricatures by several ladies, gentlemen, artists, etc. » (Vol. 1), gravure publiée en 1771 à Londres d’après William Bunbury
Source British Museum – CC BY-NC-SA 4.0 (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site du BM)

Petite histoire pour briller en société : « être solide comme le Pont-Neuf »

Contrairement aux autres ponts de Paris généralement construits en bois, supportant des habitations dont le poids fut souvent la cause de leur écroulement, le Pont-Neuf était fait de pierres et son tablier était nu. Il a ainsi résisté à de grosses crues de la Seine sans subir aucun dommage et a la réputation d’être un pont indestructible. Dire de quelqu’un ou de quelque chose qu’il est solide comme le Pont-Neuf signifie être vigoureux, en pleine forme et inébranlable !

Si vous souhaitez en savoir plus :

  • Les Ponts de Paris (dir. Guy Lambert), exposition organisée à l’hôtel de la Monnaie (Paris : Action artistique de la ville de Paris, 1999)
  • Pont-Neuf. 1578-1978, exposition organisée par le musée Carnavalet et la Délégation à l’action artistique de la ville de Paris (Paris : musée Carnavalet, 1978)
  • N’oubliez pas non plus de consulter le site du musée Carnavalet et son parcours dédié au Pont-Neuf

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 31/01/2018

    […] parisiennes : le Pont-Neuf Chloé d’Architrave, Destination Versailles, 22 janvier 2018 > https://architrave.hypotheses.org/712 Denis Colombi et sa thèse sur la mobilité internationale Virginie Blum, _contre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.