Visiter Versailles à l’époque du Roi-Soleil (épisode 2 : apercevoir le roi)

Depuis la Révolution française, le château de Versailles n’est plus habité par les rois et reines de France ; nous venons aujourd’hui le visiter pour découvrir les trésors artistiques qu’il abrite et imaginer comment vivait la famille royale et sa cour. Cependant, sous l’Ancien Régime, Versailles possédait un atout royal qui drainait la foule depuis Paris, la province ou l’étranger. L’attraction principale du château n’était ni son architecture, ni ses jardins, mais bel et bien son plus illustre occupant : le roi.

Au château, ce sujet est à l’honneur jusqu’au 25 février 2018 avec l’exposition « Visiteurs de Versailles, 1682-1789 », que nous vous invitons à découvrir !

S’adresser au roi

Si une foule de visiteurs, par simple curiosité, se pressait pour voir le roi, une fonction essentielle du monarque incitait également le peuple à se rendre au château. L’une des principales fonctions du roi, en tant que représentant de Dieu sur terre, était l’exercice de la justice. En outre, la monarchie française avait ceci de particulier qu’il était possible de s’adresser à lui directement. Louis XIV le dit lui-même dans ses Mémoires lorsqu’il explique à son fils le Grand Dauphin comment accomplir son métier de souverain :

« Il y a des nations où la majesté des rois consiste, pour une grande partie, à ne point se laisser voir, et cela peut avoir ses raisons parmi les esprits accoutumés à la servitude qu’on ne gouverne que par la crainte et la terreur. Ce n’est pas le génie de nos Français, et, d’aussi loin que nos histoires nous peuvent instruire, s’il y a quelque caractère singulier dans cette monarchie, c’est l’accès libre et facile des sujets au prince. »

Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du dauphin, année 1662, Paris, Tallandier, 2007, p. 169.

Déjà en 1661, il écrivait :

« Je donnais à tous mes sujets sans distinction, la liberté de s’adresser à moi à toutes heures, de vive voix et par placets. […] Je m’instruisais par là en détail de l’état de mes peuples ; ils voyaient que je pensais à eux, et rien de me gagnait tant leur cœur. »

Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du dauphin, année 1661, Paris, Tallandier, 2007, p. 64.

Qu’est-ce qu’un placet ? Il s’agit d’une requête écrite que l’on pouvait soumettre au roi pour obtenir justice ou demander une grâce ou une faveur. Au château, une table couverte de velours rouge était dressée tous les lundis dans la salle des gardes afin que chacun puisse y déposer des placets. Si l’occasion se présentait, on pouvait également essayer de les lui remettre en main propre mais il fallait, pour s’adresser directement à lui, l’autorisation du capitaine des gardes.

Louis XIV, représenté donnant une audience publique et recevant les « placets » de ses sujets, anonyme français
© Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Plusieurs opportunités se présentaient alors aux visiteurs. Lorsqu’il demeurait à Versailles, le déroulé des journées de Louis XIV était réglé comme du papier à musique et codifié par ce qu’on appelle l’étiquette. Celle-ci régissait tous les temps de la vie privée du monarque et le rôle qu’y jouait chacun de ses courtisans. Ainsi, le souverain se montrait publiquement à différents moments de la journée qui était savamment orchestrée.

Apercevoir le roi

1. Lors du grand lever

Levé du Roy, estampe par Charles Emmanuel Patas et Arrivet, 1774-1775

Levé du Roy, gravure par Charles Emmanuel Patas et Arrivet, 1774-1775
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à sa source dans Gallica)

Après le petit lever du roi, auquel seulement une vingtaine de personnes avait le droit d’assister, se déroulait le grand lever. Si vous étiez une personne de qualité, vous pouviez demander l’autorisation d’entrer dans la chambre du souverain pour le voir s’habiller. Cela se faisait au « discernement » de la personne chargée de garder la porte. Vous patientiez alors dans le salon de l’Œil-de-Bœuf jusqu’à ce que l’huissier vous invite à entrer dans la chambre. Louis XIV aimait qu’on se presse pour l’admirer, si bien qu’il pouvait y avoir jusqu’à une centaine de personnes dans la pièce.

L’auteur allemand Nemeitz, dans son guide Séjour de Paris, explique à ses concitoyens comment il fallait s’y prendre pour avoir ses entrées :

 

« L’on se plaisoit d’assister (à 9. heures du matin) au grand lever du Roi, pour le voire prendre la chemise dans la chambre ou S. M. couchoit, & puis s’habiller. Mais il faloit monter un peu auparavant, pour attraper l’occasion d’entrer avec la suite dans cet apartement, lorsqu’on en ouvroit la porte. Mais quand on venoit par avanture un peu trop tard, l’on attendoit dans l’Antichambre, jusqu’à ce qu’un des Grands y entroit, ou on grattoit tout doucement la porte avec les doits disant au Huissier ou Portier, qui on étoit. »

2. Lors de son passage dans la Grande Galerie pour aller à la Chapelle

Vue de la galerie des Glaces de Versailles vers 1684, alors que le décor est en cours de réalisation, dessin par Sébastien Leclerc l’Ancien, vers 1684
© Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Néanmoins, il fallait appartenir à la noblesse pour avoir la chance de vois Louis XIV en déshabillé alors qu’une autre occasion permettait à tous ceux qui avait réussi à accéder au château (voir l’article précédent sur ce sujet) d’apercevoir le roi. Vers 10h, après la cérémonie du grand lever, le roi, suivi de ses courtisans, traversait la galerie des Glaces puis le grand appartement pour se rendre à la chapelle royale assister à la messe. La foule s’écartait alors sur son passage, formant deux haies de part et d’autre de la galerie.

Nemeitz, encore une fois, dépeint ce moment dans son Séjour de Paris :

« Avant & après la Messe du Roi l’on alla se proméner dans la grande Galérie, où on rencontra ordinairement quelcun de sa connoissance, auprès duquel on s’arrêtoit, & on s’entrétenoit avec lui. […] Quand le Roi alla à la Messe, ou qu’il en sortit, les présens formoient quasi deux haies, par lesquelles Sa Majesté passoit. L’on ne Lui fit point de révérence, quoiqu’il regardât ceux qui se trouvoient à son passage, à moins que Sa Maj. ne s’arrêtât exprès pour faire la grace de parler à celui qui fut présenté. »

3. Lors de sa promenade dans les jardins

Vue du bassin d’Apollon et du Grand Canal de Versailles en 1713, huile sur toile par Pierre-Denis Martin, avec, au premier plan, Louis XIV à la promenade.
© Château de Versailles, Dist. RMN / © Jean-Marc Manaï (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Après la messe de 10h se tenait le Conseil, pendant lequel le roi gérait les affaires du royaume, puis à 13h avait lieu le dîner, appelé le petit couvert, qui correspond aujourd’hui à notre déjeuner. Ensuite Louis XIV s’adonnait l’après-midi à des activités en plein air comme la chasse, dont il était passionné, ou la promenade dans les jardins, qui était l’occasion de sortir ses chiens préférés. Même à la fin de sa vie, alors qu’il avait du mal à se déplacer, Louis XIV continuait de se promener.  Il se faisait alors pousser en chaise roulante comme vous pouvez le voir sur la peinture de Pierre-Denis Martin ci-contre. L’étiquette voulait qu’on ôtât son chapeau au passage du roi « où lui seul était couvert » comme l’écrit Saint-Simon.

Cependant, à partir de 1685, le roi décida de se promener uniquement en compagnie de ses courtisans car trop de monde essayait de l’aborder.

« Le roi, ne pouvant plus se promener dans ses jardins sans être accablé par la multitude du peuple qui venoit de tous les côtés et surtout de Paris, ordonna aux gardes de n’y laisser entrer que les gens de la cour et ceux qu’ils mèneroient avec eux. La canaille qui s’y promenoit avoit gâté beaucoup de statues et de vases. »

Journal du marquis de Dangeau. Tome 1 (édition de 1854-1860 en ligne sur Gallica), p. 153.

4. Lors du grand couvert

Une nouvelle occasion de voir le roi se présentait en fin de journée. Certains jours de la semaine pendant l’hiver se tenaient à partir de 19h les soirées d’appartement, pendant lesquelles le roi se divertissait en compagnie de ses courtisans ; puis le roi mangeait vers 22h pendant le grand couvert. Ce repas était public et se déroulait dans la première antichambre de son appartement. Comme pour le grand lever, il était possible, en connaissant un garde ou un domestique, d’y entrer discrètement. À la différence du petit couvert à 13h qui était moins cérémoniel et se tenait dans la chambre du roi, le grand couvert était public et une centaine de personnes pouvait y assister.

Le 3 août 1687, deux visiteurs suédois assistèrent à l’habillement de la dauphine dans son appartement, après quoi ils la suivirent, en compagnie du dauphin, dans la Grande Galerie. Le roi prit la tête du cortège familial auquel était venue se joindre la foule des spectateurs, dont les Suédois, pour se rendre à la messe dans la chapelle. Ils assistèrent au repas du roi lors du grand couvert, alors entouré de la toute la cour.

« Ensuite je pus entrer, suivant la foule, dans la pièce où le Roi déjeunait seul et le vis manger, le service d’honneur étant composé de nombreux princes et seigneurs, car toutes les personnes royales prennent seules leur repas et le service d’honneur est sans contrainte. »

Thomas F. Hédin, « Deux voyageurs suédois visitent Versailles sous le règne du Roi-Soleil », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, n°9, 2006, p. 106

Contrairement à certains pays où les rois vivaient cachés et ne se montraient qu’à l’occasion de cérémonies, la vie des rois de France était en grande partie publique, et tout particulièrement sous Louis XIV qui se servit de l’étiquette pour contrôler son image et celle la cour. C’est souvent avec étonnement que les visiteurs dépeignent ces scènes de la vie quotidienne du monarque. Dans un prochain article, je reviendrai plus particulièrement sur ces questions d’étiquette et de cérémonial !

Pour approfondir le sujet, je vous conseille l’article de Karine Mc Grath, « Les rencontres entre le roi et ses sujets » dans le catalogue de l’exposition « Visiteurs de Versailles. Voyageurs, princes, ambassadeurs. 1682-1789 » (dir. Daniëlle Kislud-Grisheide et Bertrand Rondot, 2017) ainsi que l’article de Mathieu da Vinha, « La journée de Louis XIV » dans Château de Versailles de l’Ancien Régime à nos jours (n°1, 2011, p. 9-17).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *