Quitter Paris et Versailles : à la découverte de la province (2)

Nous vous proposons dans ce second volet (voir le premier volet), et dernier billet de ce blog, d’accompagner nos voyageurs dans la suite de leurs périples, dans la moitié sud de la France. Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck et Leonhard Christoph Sturm, qui ne sont pas allés au-delà de Paris, sont repartis chez eux par le nord du pays. Lambert Friedrich Corfey – qui fait son Grand Tour en compagnie de son frère Christian Heinrich Corfey – continue sa route vers l’Italie. Ferdinand Bonaventure de Harrach, après avoir accompli une mission diplomatique à Madrid, fait un détour par Paris à l’automne 1698, avant de regagner Vienne. Sur sa route, il passe par Saint-Jean-de-Luz, Bayonne, Bordeaux, Poitiers, Blois et Orléans… sans en donner de description. Le tour des bâtiments les plus célèbres de France, des Pays-Bas et d’Italie auquel s’adonne Christoph Pitzler conduit notre voyageur en particulier à Paris, où il demeure du 14 juillet 1685 au 15 mars 1687, avant de poursuivre en direction de l’Italie.

Suite et fin du périple de Pitzler en France

De passage à Lyon fin mars 1687, Pitzler remarque « l’hôpital de la Charité, un grand bâtiment, […] l’hôtel de ville qui est un élégant palais » et la cathédrale Saint-Jean, « l’église la plus remarquable ; à l’intérieur on trouve une grande horloge qui présente plusieurs [scènes] quand elle sonne, notamment l’Annonciation. » (p. 213).

Objet d’entretien régulier, restaurée notamment entre 1660 et 1692, l’horloge astronomique est attestée dans la cathédrale dès le XIVe siècle. En forme de tour et haute de plus de 9 mètres, elle comprend en façade un calendrier perpétuel et un astrolabe et en partie supérieure sept statues de bois peint figurant les jours de la semaine. Toutes les vingt-quatre heures ces statues se relaient et quatre fois par jour, quand l’horloge sonne, dix-neuf automates s’actionnent pour représenter différentes scènes. L’horloge astronomique reste aujourd’hui un sujet d’émerveillement pour le touriste, qui peut assister au même spectacle que Pitzler !

L’horloge astronomique dans la cathédrale Saint-Jean de Lyon. Jean-Christophe Benoist, CC BY 4.0, via Wikimedia Commons (cliquer ici pour afficher l’image dans sa résolution maximale)

Alors qu’il atteint le Midi début avril, nous découvrons que notre voyageur n’est pas seulement sensible à l’architecture, mais qu’il sait aussi apprécier les beaux points de vue :

« Entre Avignon et Aix il y a un panorama magnifique car on a la vue sur la vallée, recouverte de romarin, de lavande et de fleurs de jacinthes, poussant dru sur les terres où paissaient le bétail. » (p. 215)

Christoph Pitzler, Reysebeschreibung durch Teutschland, Holland […] Frankreich […], 1685-1688, p. 216 (les dessins représentent la façade de l’hôtel de ville et le port de Marseille)

Pitzler passe ensuite par Marseille puis Toulon, où il remarque « un imposant navire ». Bâti dans le port de Toulon en 1668, le Royal Louis (que notre voyageur appelle « Grand Louis »), vaisseau de ligne de premier rang à trois ponts, répand la gloire de Louis XIV sur la Méditerranée. Fastueux, le Royal Louis que Pitzler décrit est le premier navire portant ce nom :

« On y trouve [dans le port de Toulon] soixante des plus gros bâtiments de guerre, parmi eux un imposant navire appelé Grand Louis, particulièrement beau à l’intérieur, avec des chambres et salons divers, magnifiquement peint, armé de 120 pièces, il fait 84 pas de long pour 24 de large, il est décoré de nombreuses sculptures à l’extérieur, et tout est doré, on trouve en poupe trois galeries superposées, et on y a aussi représenté l’emblème du roi, le soleil, ainsi que la devise “Je suis l’unique sur l’onde comme mon Roy l’est dans le monde” ; on dit que sa construction et son équipement ont coûté 2 millions de francs. » (p. 217)

Le Languedoc : le Capitole

Il est temps de retrouver Corfey, que nous n’abandonnerons plus désormais. Après avoir passé l’été 1699 à Angers, Corfey et son frère continuent leur descente de la Loire jusqu’à Nantes, avant de mettre cap au sud, toujours en privilégiant les voies d’eau. Leur projet de longer la côte atlantique par mer étant compromis, les frères Corfey sont contraints d’emprunter entre Nantes et la Rochelle les routes, « par moments si mauvaises » (p. 118), puis, à partir de Royan, remonter la Garonne à la voile pour arriver le 22 septembre à Toulouse, où ils visitent l’incontournable Capitole :

« Le plus éminent des monuments qu’on puisse voir ici est l’hôtel de ville, qui porte le nom romain de Capitole et qui est bâti un peu sur le modèle du Capitole de Rome. Dans sa cour intérieure, à droite du portail d’entrée, on nous a montré sur le mur le sang du duc de Montmorency, qui fut décapité en cet endroit. » (p. 129)

Siège du pouvoir municipal depuis le XIIe siècle, le Capitole a longtemps consisté en un ensemble de bâtiments disparates acquis ou érigés progressivement pour abriter différents services, les archives et la prison. Au début du XVIe siècle, le nom de l’édifice, « Capitulum », est changé en « Capitolium », en référence au Capitole de Rome. Au siècle suivant, les capitouls – nom spécifiquement donné aux magistrats de la ville – ont pour ambition de construire un palais digne de ce nom, avec une façade effectivement inspirée de celles des palais de la place du Capitole à Rome. Finalement, une façade bien différente est construite entre 1750 et 1760 pour dissimuler les bâtiments, hétérogènes, dont l’harmonisation était difficile.

Les traces laissées par la décapitation du duc de Montmorency se sont probablement estompées depuis le temps, mais une dalle au sol rappelle aujourd’hui l’épisode de l’histoire de France auquel Corfey fait allusion. Ayant participé avec Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, à l’organisation d’un soulèvement du Midi contre le pouvoir royal, Henri II de Montmorency, gouverneur du Languedoc et maréchal de France, est condamné à mort le 30 octobre 1632. Incité par Richelieu, son puissant ministre, Louis XIII livre le duc de Montmorency au parlement de Toulouse. Traitement exceptionnel, l’exécution n’a pas lieu en place publique, mais à huis clos, dans la cour intérieure du Capitole.

« À l’étage [du Capitole] se trouve une grande salle, dite la chambre des Illustres ; on y voit sur tout son pourtour quantité de bustes d’hommes de Toulouse connus de par le monde. » (p. 130)

Construite en 1674, la salle des Illustres tient son nom des bustes représentant des Toulousains célèbres dont Germain de Lafaille, historiographe, capitoul et syndic de la ville, a fait orner la salle. À l’époque de la venue de Corfey, la salle est ornée d’une trentaine de bustes de personnalités aux fonctions et statuts divers. Le nombre de bustes est augmenté jusqu’à leur dispersion en 1793. Détruite en 1887, puis reconstruite dans d’autres proportions, la salle des Illustres actuelle (ornée de douze bustes seulement) n’a plus grand rapport avec celle mentionnée par Corfey.

Le Languedoc : les antiquités nîmoises

Le 24 septembre 1699, les Corfey empruntent le canal du Midi – « une véritable prouesse » (p. 142) – dont Lambert Friedrich Corfey note méticuleusement le nom des soixante-deux écluses que « le dénivelé du terrain a obligé à construire entièrement en pierre de taille » (ibid.). Après un détour le 27 par Narbonne, où Corfey fait le plein d’inscriptions, et avoir parcouru le reste du canal du Midi jusqu’à Marseillan et poussé jusqu’à Montpellier le 29, notre voyageur arrive le 1er octobre en chaise roulante à Nîmes. D’un intérêt et d’une célébrité bien supérieurs à l’amphithéâtre de Doué, les antiquités nîmoises font l’objet d’un long développement par Corfey, qui décrit les édifices incontournables que sont les arènes, la tour Magne, le temple de Diane et la Maison Carrée.

Victor-Jean Nicolle, Vue extérieure des arènes de Nîmes, seconde moitié du XVIIIe siècle © RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

« Parmi les ruines antiques [de Nîmes], les plus imposantes sont celles de l’amphithéâtre, qu’on désigne du nom d’arènes. Ce monument est bâti à pierres sèches, avec d’énormes blocs de pierre sans liant de chaux ou ciment, en lieu de quoi, leurs surfaces de contact ont été soigneusement polies pour s’emboîter les unes dans les autres. Il présente 2 ordres, le toscan pour les pilastres et le dorique, compte 60 arches et 210 pas de circonférence pour la grande galerie voûtée. Il est ovale et toutes les arches, les piédroits, les piédestaux et les saillies des corniches convergent vers un centre, ce qui, en certains endroits, en raison de l’obliquité, n’est pas d’un heureux effet. » (p. 150-151)

Les arènes de Nîmes, construites à partir de 90, sont l’un des amphithéâtres les mieux conservés du monde romain. Lors de son passage à Arles, Corfey n’honorera pas d’un long commentaire l’amphithéâtre ; il notera laconiquement, mais avec justesse, que ce dernier, « plus qu’à demi en ruine, est de mêmes dimensions et du même ordre que celui de Nîmes » (p. 163). Les deux édifices sont contemporains et s’inspirent du Colisée, dont la construction a été achevée en 80.

« La façade extérieure est encore intacte, mais à l’intérieur, la moitié des gradins est déjà ruinée et l’espace entièrement occupé par des habitations. À l’intérieur, la plupart des pierres de ce théâtre qui servent d’architraves sont brisées ; on dit que c’est à la suite du tremblement de terre qui a eu lieu durant la passion du Christ. » (p. 151)

Détournées de leur fonction première – accueillir des spectacles, dont des combats de gladiateurs –, les arènes de Nîmes, assez vastes pour accueillir 25 000 spectateurs, sont utilisées lors des Grandes Invasions comme village fortifié, où la population se réfugie. Comptant dans son enceinte deux églises, deux cent vingt maisons, un petit château, construits notamment à l’aide des pierres qui constituaient les quarante-trois rangées de gradins, et des boutiques, les arènes deviennent une ville dans la ville.

Déjà préconisés par François Ier, les travaux de restauration et de mise en valeur du monument sont ordonnés à la fin du XVIIIe siècle. Les constructions parasites sont détruites sous le Premier Empire, mais il faut attendre le Second Empire pour qu’une campagne de réhabilitation et de restauration soit menée.

François Liger, Vue intérieure des arènes de Nîmes, 1793. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

La Provence : Arles et les Alyscamps

Continuant leur route en chaise roulante, les frères Corfey atteignent le 5 octobre le « fameux pont du Gard », « très proprement bâti en pierre de taille » (p. 161-162), puis Avignon le même jour, avant de gagner Arles par le Rhône le 8. À la même époque qu’à Toulouse les capitouls ont souhaité embellir leur palais, le conseil municipal d’Arles a décidé de faire bâtir un nouvel hôtel de ville :

« L’hôtel de ville est fort beau, son premier niveau est d’ordre rustique en bossage, l’étage est d’ordre corinthien en pilastre surmonté d’un attique. Dès l’entrée, on se trouve sous une vaste voûte, très aplatie et sans piliers où l’on voit à main gauche une statue en pied de Louis le Grand. » (p. 164)

Prévu dès 1657, le nouvel hôtel de ville d’Arles est édifié entre 1673 et 1676, après bien des déconvenues, sur les dessins de Jacques Peytret, peintre et architecte local, modifiés par Jules Hardouin-Mansart. L’apport majeur du célèbre architecte est la conception pour le vestibule du rez-de-chaussée d’une voûte très surbaissée. D’une extrême virtuosité, sans aucun pilier intermédiaire, sa portée est de 15 mètres, mais sa flèche très faible. Nous ne pouvons que regretter que Knesebeck et Sturm, particulièrement sensibles à l’art de la coupe des pierres – nous l’avons vu aux Invalides et à l’Observatoire –, ne soient pas descendus jusqu’à Arles pour contempler ce qui est considéré comme un chef-d’œuvre de stéréotomie !

Vestibule du rez-de-chaussée de l’hôtel de ville d’Arles. Mbzt, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons (cliquer ici pour afficher l’image dans sa résolution maximale)

« Dans une salle du rez-de-chaussée nous avons vu une copie en plâtre de la magnifique statue de Diane, grandeur nature, qui a été découverte en 1651 dans le couvent de la Miséricorde auprès des deux grandes colonnes corinthiennes en marbre et qui a été présentée au roi. […] Cette statue au buste dénudé portant, sous la taille, une draperie tombant jusqu’à terre, ressemble plutôt à une Vénus qu’à une Diane ; plusieurs Français se sont creusé la tête sur ce sujet jusqu’à ce que Paris , s’avisant de ses hanches généreuses plus appropriées à une posture lascive qu’à mener la chasse, décidât finalement qu’il s’agissait d’une Vénus. » (p. 165-166)

Aphrodite, dite Vénus d’Arles, dans la Galerie des Glaces (moulage de l’œuvre originale conservée au musée du Louvre) © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Didier Saulnier (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

La statue mentionnée par notre voyageur est bien la célèbre antique installée en 1685 dans la Grande Galerie du château de Versailles. Découverte en fait en 1652 sur le site du théâtre antique d’Arles, diffusée par la gravure dès l’année suivante, la statue dont l’identité fait alors débat est offerte à Louis XIV par les consuls d’Arles en novembre 1683 et complétée avec érudition en Vénus par François Girardon. Le moulage que Corfey signale a été réalisé par un sculpteur d’Avignon avant que la statue ne soit donnée au roi.

Aux Alyscamps, notre voyageur épigraphiste a de quoi être comblé, aussi ne se prive-t-il pas d’effectuer un précieux relevé des inscriptions qui s’y trouvent, accompagné d’une description du site.

« Hors de la ville [d’Arles], près des Minimes, on peut voir une vaste nécropole comptant d’innombrables tombes, tant chrétiennes que païennes, taillées dans la pierre, dont certaines de marbre avec de beaux bas-reliefs. Les païens y étaient de tout temps inhumés et nommaient ce lieu Campos Eliseos. Les antiquaires rapportent que les habitants de Lyon et d’autres cités le long du Rhône, afin d’y être inhumés, faisaient charger leur cercueil sur une barque sans voile, ni rames, ni nautonier, laquelle barque, une fois parvenue ici, s’arrêtait en touchant la rive. C’est ainsi qu’ils trouvaient leur sépulture en ce lieu. […] Par la suite, il paraît que nombre de chrétiens ont été enterrés ici, parmi eux, ceux tombés non loin lors de la bataille de Charlemagne contre les Sarrasins. On prétend que le Christ lui-même a béni ce cimetière ; une chose au moins est certaine, c’est que de nombreux évêques des premiers temps chrétiens ont voulu être inhumés ici. » (p. 169-170)

Nécropole païenne puis chrétienne implantée le long de la Via Aurelia, à l’extérieur de la cité d’Arles, les Alyscamps deviennent un lieu de culte à partir de la fin du IVe siècle, suite à l’inhumation du martyr arlésien saint Genès, décapité pour avoir refusé de signer des condamnations à mort de chrétiens. Dès lors, le prestige de la nécropole est tel que les inhumations s’y font en grand nombre et les sépultures se multiplient ; les évêques d’Arles y reposent notamment dans une chapelle. Célèbres, les anecdotes rapportées par notre voyageur participent plutôt des nombreuses légendes, forgées au Moyen Âge, qui entourent le site.

Vue des Alyscamps avec l’église Saint-Honorat. Corine REZEL, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons (cliquer ici pour afficher l’image dans sa résolution maximale)

À la fin du XVIe siècle, le site est amputé d’une grande partie de sa superficie lors du percement d’un canal et, au début du siècle suivant, les minimes s’installent aux Alyscamps et y font construire un couvent. Les minimes aménagent l’ancienne nécropole dans l’état où nos voyageurs l’ont vue : outre quelques antiquités qu’ils enchâssent dans les murs des bâtiments qu’ils font construire, ils rassemblent sarcophages et bas-reliefs dans la cour du couvent et créent des alignements de tombeaux. En 1784, les objets archéologiques d’Arles rejoignent les sarcophages et bas-reliefs pour constituer un « musée public d’antiquités ». À la Révolution, les Alyscamps sont pillés, des statues et sarcophages sont vandalisés ou servent à alimenter des ateliers de salpêtre ; en 1793, les pièces les plus précieuses sont transférées à l’hôtel de ville.

La Provence : le sanctuaire de la Sainte-Baume

Le 11 octobre, les frères Corfey louent des chevaux et atteignent le surlendemain Marseille, dont « l’arsenal est indescriptiblement vaste et beau » (p. 177). Le 15, nos voyageurs gravissent à cheval le massif de la Sainte-Baume dont ils décrivent longuement le sanctuaire – la grotte de Sainte-Marie-Madeleine, où Marie-Madeleine aurait vécu trente années au Ier siècle, et la chapelle du Saint-Pilon, érigée au sommet des falaises.

« Après avoir longuement marché à travers une épaisse forêt, dite le Désert de sainte Madeleine, nous avons enfin atteint la Sainte-Baume qui est une caverne que la nature a percée en son milieu, orientée au nord, de sorte que la lumière du soleil n’y peut jamais pénétrer, dans un rocher quasiment perpendiculaire d’une impressionnante hauteur. Cette grotte a une profondeur de 16 pas, une largeur de 14 pas et une hauteur d’environ 20 pieds. […] L’eau suinte de toute part sauf au fond de la grotte, à l’endroit où Marie-Madeleine se reposait et où le Christ lui est apparu près de 110 fois. Cet endroit est exhaussé du sol à une hauteur de 6 marches et expose, à demi allongée, une statue de sainte Marie-Madeleine, grandeur nature, le coude droit appuyé sur le sol rocheux et, à portée de la main gauche, une boîte d’onguent balsamique ; suspendu par un système de treille métallique, un ensemble de 20 lampes d’argent, dont 6 brûlent jour et nuit, éclaire ce lieu. Près de là, dans un recoin, on voit encore une petite source où Madeleine s’est désaltérée. […] Devant ce reposoir de Madeleine on a élevé un autel entouré d’une balustrade de marbre blanc, par-dessus lequel, en raison de l’humidité régnant dans la grotte, on a dressé une voûte montée sur 4 piles à la gothique. » (p. 177-178)

Dès le Ve siècle la grotte de la Sainte-Baume est transformée en sanctuaire chrétien. Le pèlerinage prend de l’ampleur au XIe siècle, mais c’est à partir du XIIIe siècle que le sanctuaire se développe davantage, suite à la mise au jour des reliques de Marie-Madeleine, lors des fouilles entreprises à l’initiative de Charles II d’Anjou, comte de Provence, et à l’installation des dominicains, chargés de la gestion du site.
La grotte, l’un des plus hauts lieux de la chrétienté, attire de nombreuses personnalités et têtes couronnées, dont Saint Louis en 1254 et, plus récemment, en 1660, Louis XIV accompagné de sa mère, Anne d’Autriche, et de Mazarin.

Israël Silvestre, Veue au naturel de la Saincte Baume en Provence, XVIIe siècle © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

« Sur la crête du massif, surplombant la grotte, se trouve la petite chapelle du Saint-Pilon édifiée sur le lieu même où, 7 fois par jour, sainte Madeleine était transportée par les anges et ravie en extase. […] Ce lieu ainsi que la Sainte-Baume sont visités non seulement par les chrétiens mais parfois par les Turcs mêmes, les uns pour s’y recueillir, les autres pour sa renommée. » (p. 180).

Le sanctuaire, pillé au cours des guerres de Religion, est détruit à la Révolution, avant d’être reconstruit au cours du XIXe siècle.

Le 22 octobre, nos voyageurs embarquent sur une tartane et abordent le 5 novembre à Antibes, ville « très ancienne, petite et peu attrayante » (p. 189) mais qui possède « un très joli petit port, défendu par une citadelle carrée, petite elle aussi, située sur une péninsule » (p. 188). C’est la dernière escale de nos voyageurs qui, d’Antibes, embarquent pour l’Italie.

Nous laissons ici nos voyageurs poursuivre leur route au-delà du royaume et regagner leurs pénates. Nous espérons que nous n’avons pas perdu trop de lecteurs au cours de ce périple à travers la France et que le voyage n’a pas été trop harassant pour ceux qui nous ont suivi jusqu’au bout ! Nous espérons même que vous avez pris plaisir à nous suivre, guidés par les remarques érudites de nos voyageurs, et que vous garderez longtemps le souvenir de ces nombreux moments passés avec Corfey, Knesebeck, Sturm et les autres, à Paris, à Versailles et sur les routes du royaume.

Pour suivre les périples de nos voyageurs, nous vous invitons à consulter la carte interactive publiée sur le site du projet Architrave.



Citer ce billet
Cyril Pasquier (2021, 31 décembre). Quitter Paris et Versailles : à la découverte de la province (2). Destination Versailles. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bel0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search