Quitter Paris et Versailles : à la découverte de la province (1)

Pour clore ce blog, nous vous proposons de quitter Paris et sa région pour la province. Nos voyageurs – Christoph Pitzler, Lambert Friedrich Corfey, Leonhard Christoph Sturm, Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck, Ferdinand Bonaventure de Harrach et Johann Balthasar Neumann –, qui se rendent en France au tournant du XVIIIe siècle, n’ont pas seulement porté attention à ce qu’ils ont vu à Paris, à Versailles et aux alentours. Au cours de leurs périples respectifs, ils mentionnent aussi les lieux qu’ils traversent et en décrivent certains, enrichissant parfois leurs descriptions de commentaires et jugements personnels.

Parmi nos voyageurs, Lambert Friedrich Corfey est, de loin, le plus intéressé par ce qu’il voit en province. Il est sensible non seulement à l’architecture, à l’art antique, à l’art de son temps, mais aussi aux ouvrages de génie civil. C’est également le voyageur dont le périple en France, en 1698-1699, est le plus long : il se rend de Dunkerque à Antibes en passant par Paris, Nantes, Bordeaux, Toulouse et Marseille. Pour ces raisons, c’est principalement Corfey que nous allons accompagner… sans délaisser Knesebeck et Sturm et leurs remarques pertinentes ! Lors de son passage par l’Alsace et la Lorraine, sur la route qui le mène de Wurtzbourg à Paris en janvier 1723, Neumann esquisse des plans et une description architecturale du château de Saverne – détruit par un incendie en 1779 – et nous fait part de quelques commentaires sur le palais ducal de Nancy, alors en construction. Outre ces témoignages précieux, Neumann ne s’étend pas dans ses lettres sur ce qu’il voit dans les villes qu’il traverse ; il vient en France pour une mission particulière : présenter aux architectes Robert de Cotte et Germain Boffrand ses plans pour la résidence de Wurtzbourg. Dans ce premier volet, nous allons aborder ce que nos voyageurs ont remarqué au nord de la Loire.

Le comté d’Artois : Saint-Omer et le Clairmarais

Après avoir traversé l’Allemagne du Nord, les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols, Lambert Friedrich Corfey – qui fait son Grand Tour en compagnie de son frère Christian Heinrich Corfey – croise début juillet 1698, sur sa route vers Paris, les villes de Dunkerque, Saint-Omer et Abbeville. Corfey évoque la brève visite qu’il a faite de la ville de Dunkerque, où « les fortifications, la citadelle, le port et l’installation portuaire royale avec le grand arsenal sont assurément d’un grand intérêt » (p. 7). Dans la cathédrale de Saint-Omer, édifiée du XIIIe au XVIe siècle, Corfey semble être passé à côté des tombeaux à gisants. Ils sont pourtant accompagnés d’épitaphes… que notre voyageur épigraphiste ne manque généralement pas de copier méticuleusement. Corfey mentionne en revanche l’horloge astrolabe :

« L’église de Saint-Omer est très grande, et on y découvre dès l’entrée, sur la gauche, suspendue à un pilier, une tortue de taille aussi effrayante que celle des tortues indiennes, et face à elle, un crocodile ; on y trouve également une belle horloge avec un astrolabe. » (p. 8)

Le crocodile et, peut-être, la gigantesque tortue, naturalisés, feraient référence au monstre terrassé par saint Michel. À partir du XVIe siècle, il n’est pas rare d’exposer des crocodiles dans les églises pour représenter le mal… ou servir d’ex-voto ! Quant à l’horloge astrolabe – aujourd’hui encore le fleuron de la cathédrale –, elle a été commandée en 1555 par le chapitre de la Collégiale et réalisée en 1558 par Pierre Enguerran, horloger de Saint-Omer. En 1610, l’horloge est augmentée d’un cadran solaire. Elle indique l’heure, le quantième du mois, le lever du soleil et les phases de la lune.

À proximité de Saint-Omer, Corfey s’émerveille devant « le grand Marais, qu’on appelle Clairmarais » (p. 8), territoire inhospitalier que l’homme a aménagé et mis à profit :

« Le Clairmarais est une chose extraordinaire, tant par son étendue que par les innombrables îlets dont certains sont erratiques et sur l’un desquels la curiosité nous a poussés à risquer une petite promenade. Le roi de France, lorsqu’il est venu à Saint-Omer, n’a pas manqué non plus l’occasion de voir tout cela de près. Si inaccessible que semble l’endroit abordé de ce côté-là, les Français ont cependant érigé cette ville en passant par le marais, ce qui a valu des privilèges spéciaux aux paysans qui l’habitent. » (p. 8)

César-François Cassini de Thury (sous la direction de), Carte générale de la France, n° 5, 1758 (détail montrant Saint-Omer et le Clairmarais). Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

Ancienne zone humide tourbeuse, le marais audomarois, vaste de 37 km2, est une cuvette marécageuse inondée par le fleuve Aa. À partir du Xe siècle des canaux de drainage y sont pratiqués pour évacuer l’eau vers la mer et les bras d’eau majeurs sont canalisés pour permettre le commerce. La vase extraite lors de l’opération sert à rehausser les terres, dédiées à l’élevage et à l’agriculture. Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, de nouvelles terres sont ainsi créées progressivement. À l’époque de nos voyageurs, le marais, avec ses canaux et nombreuses îles, est considéré comme un site touristique incontournable. Il demeure aujourd’hui célèbre pour ses activités maraîchères.

La Flandre et la Picardie : préférence de Knesebeck et Sturm pour les églises « à la manière moderne »

Après avoir traversé les Provinces-Unies et la Flandre, Leonhard Christoph Sturm arrive en France par Valenciennes, dont il remarque les fortifications, avant de passer par Cambrai, où il visite et étudie la citadelle. Notre voyageur ne va pas au-delà de la capitale, but de son voyage, et ne s’intéresse guère aux villes de province qu’il traverse. Sur le chemin du retour, notre voyageur fait halte à Amiens. Sans surprise, Sturm, critique, voire allergique, à l’architecture gothique, porte un jugement sans appel sur la cathédrale d’Amiens, « construite assez richement dans ce style » (Knesebeck, fol. 18r). Considérée comme un chef-d’œuvre, Notre-Dame d’Amiens – la plus vaste cathédrale de France par ses volumes intérieurs – inspire une vive répulsion à notre voyageur, préalablement mis de mauvais poil par les fanfaronnades des Français :

« En route, mes compagnons de voyage, tous des Français, se livrèrent à un éloge abominable de la cathédrale d’Amiens et disaient ouvertement que celui qui ne l’a pas vue, n’aurait rien vu de la France. […] En arrivant à Amiens, où nous allions passer la nuit, je me dépêchai d’aller voir l’église et ne trouvai qu’un vieil édifice gothique qui ne soutenait pas même la comparaison avec l’église Saint-Laurent ou l’église Saint-Sébald de Nuremberg, moins encore avec la cathédrale de Magdebourg et encore moins avec celle de Ratisbonne. Les stalles que l’on m’avait tant vantées étaient toutes surchargées d’ancestrales sculptures d’un mauvais dessin. » (Sturm, p. 128 ; voir aussi Knesebeck, fol. 18r)

La cathédrale Notre-Dame d’Amiens © Raimond Spekking / CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons (cliquer ici pour afficher l’image dans sa résolution maximale)

Au terme d’un séjour de dix semaines en France en 1699, Knesebeck et Sturm passent une matinée à Lille. Les églises lilloises « construites à la manière moderne » ont davantage leurs faveurs :

« La ville possède de belles églises construites à la manière moderne, trois en particulier. […] L’église des Récollets est plus belle et d’une architecture plus pure [que l’église des Dominicains]. À l’extérieur, trois colonnades sont superposées : dorique avec des mutules, mais l’ordonnance n’est pas bonne ; ionique avec des frises bombées, et corinthienne. J’ai dessiné ici la moitié de la façade. À l’intérieur, l’architecture ne présente aucune particularité remarquable. » (Knesebeck, fol. 17v ; voir aussi Sturm, p. 129)

Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck, Kurtze Beschreibung einer Tour durch Holland nach Frankreich, von Braunschweig, fol. 17v (les dessins représentent la façade de l’église des Jésuites et celle de l’église des Récollets)

Les récollets, installés à Lille au début du XVIIe siècle, entreprennent la construction d’une église de dimensions plus imposantes que celle alors en place. L’édifice, dont la construction dure jusqu’en 1692, comprend une nef unique et une voûte particulièrement large et élevée. Cette dernière, digne d’intérêt si l’on en croit les descriptions du temps, laisse Knesebeck et Sturm indifférents. Autrement, l’église ne présente rien de remarquable – hormis une Crucifixion d’Antoine van Dyck décorant le maître-autel signalée au XVIIIe siècle – et, comme l’écrit justement Sturm, « [s]a façade [es]t presque entièrement copiée sur celle de l’église Saint-Gervais à Paris » (p. 129), sa contemporaine. L’église des Récollets est détruite au milieu du XIXe siècle.

La troisième église signalée par Knesebeck et Sturm à Lille est la chapelle des Jésuites. Construite entre 1606 et 1610, elle correspond à l’actuelle église Saint-Étienne. C’était à l’origine la chapelle du collège municipal, érigée à l’initiative du groupe de jésuites qui avait la charge du collège :

« L’église des Jésuites est de petite taille mais charmante ; elle possède un bel autel à colonnes corinthiennes de marbre rouge, assorties d’un beau tableau. Le portail comprend deux paires de colonnes doriques jumelées de part et d’autre, qui entourent une arcade de très bonnes proportions. » (Knesebeck, fol. 17v ; voir aussi Sturm, p. 130)

La chapelle que décrivent nos voyageurs est détruite en 1740 par un incendie, qui réduit en cendres son mobilier et plusieurs tableaux de Rubens. Reconstruit à partir de 1743, l’édifice – plus vaste que le précédent – arbore une façade de style jésuite : les paires de colonnes doriques dont parle Knesebeck ont notamment été remplacées par des paires de pilastres ioniques. Le visiteur peut encore admirer aujourd’hui dans l’église Saint-Étienne plusieurs peintures flamandes du XVIIe siècle.

L’Orléanais et l’Anjou : architectures anciennes

Knesebeck et Sturm étant rentrés chez eux, retrouvons maintenant les frères Corfey qui, après être restés près d’un an à Paris, du 9 juillet 1698 au 3 juin 1699, et avoir traversé « différents bourgs et villages qui tous ont un air de misère et de pauvreté » (p. 103), arrivent le 7 juin à Orléans. Dans cette ville, qui « n’offre pas grand-chose à voir au voyageur » (p. 104), Corfey remarque la cathédrale Sainte-Croix, assez différente d’aujourd’hui :

« La grande église de la Sainte-Croix est d’architecture ancienne, néanmoins c’est un édifice très convenable ; on n’y trouve ni un seul tableau ni une épitaphe, d’où la grande pureté de l’église. La tribune, tout en marbre et d’ordre corinthien, ainsi que la chapelle Notre-Dame, derrière le chœur, sont très remarquables. Dans cette dernière, au-dessus de l’autel, à la place du retable on peut voir une mater dolorosa, sculpture en marbre blanc d’une extrême beauté. » (p. 104)

France-fin du XVIe siècle, Frontispice de la circulaire imprimée en 1600 pour annoncer le jubilé de Sainte-Croix, représentant l’ancienne cathédrale Sainte-Croix d’Orléans (repr. dans Georges Chenesseau, Sainte-Croix d’Orléans, histoire d’une cathédrale gothique réédifiée par les Bourbons, 1599-1829. Album, Paris, Champion, 1921, n.p., « Le souvenir de l’ancienne cathédrale »)

Fortement endommagée par les protestants en 1568, la cathédrale est reconstruite à partir de 1601 et achevée plus de deux cents ans plus tard, en 1829. Jusqu’au XVIIIe siècle, elle conserve sa façade romane, « d’architecture ancienne ». Quand Corfey est de passage à Orléans, la cathédrale est donc en cours de reconstruction… ce qui explique la « grande pureté » remarquée par notre voyageur.

Les frères Corfey descendent ensuite la Loire. Après avoir pris logis le 10 juin à Blois, où Corfey vante « la courtoisie des gens et [le] français qu’ils parlent, qui est d’une extraordinaire pureté » (p. 105), avoir traversé le lendemain Tours, « ville assez grande mais vieillotte » (p. 106), Corfey fait halte à Saumur le soir même. Selon notre voyageur, les étrangers n’y séjournent pas « parce que la vie y est chère et que, sous ce rapport, [Saumur] ne le cède en rien à Paris » (p. 106).

« À 3 heures de Saumur se trouve un village qui prétend au titre de ville : c’est Doué, où l’on voit encore une arène des temps de Jules César. Les gradins – on en compte 20 – sont taillés dans la roche. Sa circonférence intérieure est de 103 pas et l’extérieure, de 158, elle est de taille à contenir bien 3000 spectateurs assis. Ce monument est très irrégulier, ce qui indique son antiquité. Sous les gradins, on trouve encore quelques cavités et voûtes creusées à même la roche ; elles semblent avoir servi de cachots ou encore de fosses pour les bêtes sauvages. La première d’entre elles s’appelle encore aujourd’hui la cave aux taureaux et l’autre la cave aux lions. C’est certes un véritable monument antique, mais de ceux qui semblent avoir été faits par des soldats, accordés à leurs plaisirs et à leurs mœurs ainsi qu’à la nature de l’endroit, car on peut certes supposer que ce n’est pas là un ouvrage que les Romains destinaient à témoigner de leur magnificence. » (p. 107-108)

Les arènes de Doué-la-Fontaine. Daniel Jolivet, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons (cliquer ici pour afficher l’image dans sa résolution maximale)

Signalé pour la première fois au XVIe siècle, l’amphithéâtre de Doué est une enceinte sur les parois de laquelle ont été pratiqués des gradins ; creusé dans un banc de pierre coquillère, l’édifice comprend de vastes caves en contrebas. Ces arènes n’auraient en fait aucun rapport avec l’Antiquité romaine, mais dateraient plutôt de l’époque mérovingienne ou carolingienne, voire du XVe siècle. Sous la Révolution, durant la guerre de Vendée, le site sert de prison suite au transfert de mille deux cents prisonniers d’Angers.

Corfey manifeste un intérêt majeur pour les antiquités, dont il donne souvent une description détaillée. Nous le verrons particulièrement dans notre prochain billet, consacré à ce que nos voyageurs – Corfey le premier – ont remarqué dans la suite de leur périple, dans la moitié sud de la France. Pour le moment, laissons Corfey passer les mois d’été à Angers, afin de suivre des cours de français avec son frère.

Pour suivre les périples de nos voyageurs, nous vous invitons à consulter la carte interactive publiée sur le site du projet Architrave

 



Citer ce billet
Cyril Pasquier (2021, 10 décembre). Quitter Paris et Versailles : à la découverte de la province (1). Destination Versailles. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bekz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search