La sculpture à Paris et en province (2) : sculpture funéraire

Les meilleurs sculpteurs français ont pris part à la conception et à l’exécution de monuments funéraires, généralement édifiés à l’initiative d’un membre de la famille du défunt. Chefs-d’œuvre qui méritent le détour, les tombeaux font l’objet d’amples descriptions dans les guides et de représentations gravées, à côté des bâtiments les plus remarquables. Sensibles à la sculpture, nos voyageurs s’attardent sur les plus beaux ouvrages, non seulement à Paris et à Saint-Denis, mais aussi en province.

« On ne peut regarder [le] tombeau [de Richelieu] sans s’émerveiller »

Dans la chapelle de la Sorbonne, nos voyageurs remarquent l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la sculpture française : « le tombeau du cardinal de Richelieu […], un travail magnifique de l’excellent Girardon » (Knesebeck, fol. 37r). En décembre 1642, le corps de Richelieu est transporté à la Sorbonne, conformément au souhait du cardinal de s’y faire inhumer. En mars 1646, la duchesse d’Aiguillon, nièce de Richelieu, conclut un premier contrat relatif à l’exécution du tombeau.

« Le tombeau du cardinal se dresse comme un monument à la manière ancienne au centre du chœur devant le maître-autel. Il est en marbre blanc, si magnifiquement exécuté qu’on le dirait sculpté dans un seul bloc et n’a pas son pareil à Paris. (Sturm, p. 99)

La duchesse fait appel en 1675 au sculpteur François Girardon, après nombre d’imprévus et de déconvenues. Cependant, les péripéties ne font que commencer : le contrat passé avec le sculpteur stipule que la duchesse doit se charger de fournir les blocs de marbre, mais, en juillet 1679, celui nécessaire à l’exécution du tombeau proprement dit et de son soubassement se fait encore attendre… Ne parvenant pas à se faire payer ni à obtenir le marbre dont il a besoin, Girardon, qui a fait l’acquisition entretemps du bloc qui lui manquait, adresse une requête au parlement de Paris en mai 1689. Le sculpteur obtient gain de cause : la duchesse d’Aiguillon – fille de la précédente – doit lui verser une importante somme d’argent et fournir le marbre nécessaire.
À cause de tous ces rebondissements, le monument n’a été achevé qu’en 1694, soit avec dix-sept ans de retard ! En 1695, il est installé dans la chapelle de la Sorbonne.

« Dans le chœur se dresse le remarquable tombeau du cardinal de Richelieu, représenté soutenu par une allégorie de la Religion, tandis qu’à ses pieds, pleurante, se tient l’allégorie de la Science ou Sagesse ; derrière la Religion, deux génies portent les armes du cardinal. Ce groupe sculptural monolithe de marbre blanc, chef-d’œuvre du célèbre maître François Girardon, représente un portrait du cardinal d’après nature. » (Corfey, p. 50)

François Girardon, Tombeau du cardinal de Richelieu, 1675-1694 © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Auteur de toutes les sculptures, Girardon est également le concepteur et le maître d’œuvre du monument. Remarquable prouesse, le cardinal, l’allégorie de la Piété et les deux angelots sont sculptés dans un seul bloc. Corfey reprend une information inexacte colportée par les guides de l’époque : les deux allégories symbolisent en fait la Piété et la Doctrine.

« Tout ceci est d’un dessin et d’une exécution si magnifiques, en particulier les vêtements qui sont tous excellemment réalisés jusqu’au moindre détail, que l’on ne peut regarder ce tombeau sans s’émerveiller. Il existe une gravure sur cuivre, précise et très belle, mais qui est chère et difficile à trouver dans un format pratique. » (Sturm, p. 99)

Reconnu unanimement comme un chef-d’œuvre, le tombeau de Richelieu a fait dès l’époque l’objet d’une série de gravures, d’une qualité digne de l’œuvre représentée.
Le tombeau a retrouvé la chapelle de la Sorbonne en 1823, après l’avoir quittée en 1792.

Charles-Louis Simonneau, Tombeau du cardinal de Richelieu dans l’église de la Sorbonne, 1695. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

« Le tombeau de Mazarin, en particulier, mérite la visite »

Dans la chapelle du collège des Quatre-Nations, Knesebeck et Sturm s’attardent sur le tombeau de Mazarin, « unique dans tout Paris » (Knesebeck, fol. 33r). Fondateur en 1661 du collège des Quatre-Nations par son testament, le cardinal avait souhaité y être inhumé.

« Le tombeau de Mazarin, en particulier, mérite la visite. Il est placé au fond à droite en entrant. […] Un piédestal assez élevé se dresse sous un arc sculpté de marbre gris rouge, auquel sont adossées trois statues de métal. Le caveau est en marbre noir à pieds dorés, la statue du cardinal et les anges sont en marbre blanc. Ils sont l’œuvre de Coysevox tandis que les statues de métal sont de B. Tuby. Le travail de ce tombeau est si magnifique qu’il est unique dans tout Paris. […] En particulier, la robe du cardinal, étendue sur le cercueil, est d’une facture excellente et travaillée avec le plus grand soin. » (Knesebeck, fol. 33r)

Bien que le cardinal soit décédé en 1661, ce n’est qu’en 1684 que son corps est transféré dans la chapelle du collège des Quatre-Nations et seulement en 1689 que le tombeau est mis en chantier. Au contraire du tombeau de Richelieu, il s’agit d’un chef-d’œuvre véritablement collectif : l’architecte Jules Hardouin-Mansart en assure la conception et la maîtrise d’œuvre, tandis que les talentueux Antoine Coysevox, Étienne Le Hongre et Jean-Baptiste Tuby en réalisent les sculptures… sans oublier Charles Le Brun, sollicité par les sculpteurs comme maître d’œuvre secondaire.
Le Hongre décédé en 1690, l’exécution des sculptures à proprement parler revient à Coysevox et à Tuby, mais Sturm et Knesebeck sont bien catégoriques dans les attributions qu’ils donnent ; il est en réalité difficile de déterminer la part des sculpteurs. Seuls le groupe du cardinal et du génie en marbre blanc et deux des trois figures de vertus en bronze sont signés de Coysevox.

« Le cardinal, très ressemblant à ce que l’on dit, [est représenté] agenouillé sur un cercueil, et son manteau se déploie dans une draperie d’un travail magnifique sur tout le cercueil. Derrière lui se tient un ange qui dans une main porte le faisceau symbole du pouvoir de la Rome antique, et de l’autre lui désigne le ciel. […] Toutes les figures décrites jusqu’ici sont de marbre blanc mais en bas, sur le piédestal, se trouvent encore, dans des poses fort réussies, trois statues de bronze. Les insignes qu’elles ont en main sont clairement indiqués, et les deux qui tiennent respectivement les insignes impériaux et la corne d’abondance sont très tristes, mais la troisième les console. C’est Coysevox qui a réalisé cet ensemble. » (Sturm, p. 85-86).

Le tombeau, qui impressionne par sa hauteur de plus de 4 mètres, la qualité et la richesse de ses sculptures et la polychromie des marbres et du bronze doré, est achevé en 1693. Mazarin, représenté plein de ferveur et de dignité, est mis en scène sur un mode triomphal ; les figures de vertus – la Prudence, la Paix et la Fidélité –, leurs attributs et l’épitaphe soulignent l’action mémorable de l’homme d’État… qui ne jouit pas alors d’une grande popularité. C’est pour cette raison, peut-être, que son tombeau n’a pas été honoré par la gravure.

Antoine Aveline, d’après Ferdinand Delamonce, Tombeau du cardinal Mazarin, publiée dans Germain Brice, Nouvelle Description de la ville de Paris, 1725, t. IV, p. 122. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

En 1794, le monument quitte le collège des Quatre-Nations. Après un passage par le château de Versailles et un séjour au musée du Louvre, le tombeau de Mazarin a retrouvé son emplacement d’origine en 1962.

« Je n’ai rien remarqué de particulier aux tombeaux que j’ai pu voir »

Corfey, Knesebeck, Sturm et Pitzler se sont rendus à la basilique Saint-Denis, lieu incontournable, nécropole des rois et reines de France. Ils ne s’étendent pas sur la description des tombeaux, hormis celui du maréchal de Turenne et celui de Louis XII et Anne de Bretagne. Knesebeck et Sturm s’accordent sur la supériorité du premier :

« Cependant, je n’ai rien remarqué de particulier aux tombeaux que j’ai pu voir, et celui du maréchal de Turenne, que j’ai aperçu sur le côté gauche, me parut être le plus beau parmi tous, sculpté dans le goût d’aujourd’hui. J’ai pu remarquer qu’il était disposé à peu près à la manière des tombeaux que j’ai vus à Paris » (Sturm, p. 128).

« En face, sur la gauche, se trouve une chapelle dont les piliers et la voûte ont un très beau décor intérieur et un revêtement de marbre veiné de blanc et de gris ; on peut y voir le tombeau d’Henri de La Tour, vicomte de Turenne, fait de marbre blanc. Il est représenté en costume romain, à demi étendu au pied d’une pyramide, soutenu par une Victoire couronnée. À ses pieds, un aigle déploie ses ailes comme dans un mouvement de frayeur à sa vue. Des trophées sont placés de chaque côté ; à droite, Pallas et à gauche, Annona, le nerf de la guerre, sont assises, éplorées, toutes deux de marbre blanc. » (Corfey, p. 83-84)

Gaspard Marsy et Jean-Baptiste Tuby, Tombeau du vicomte de Turenne, vers 1676-1680 © Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Anne-Sylvaine Marre-Noël (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

En 1676 le cardinal de Bouillon commande un tombeau pour son oncle, Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne et maréchal de France, mort au sommet de sa gloire l’année précédente. L’exécution du tombeau est confiée aux sculpteurs Jean-Baptiste Tuby et Gaspard Marsy, sur dessin de Charles Le Brun.
Si dans la basilique ce tombeau « éclipse » tous les autres selon Knesebeck (fol. 18r), il détient surtout le record du tombeau le plus cher du XVIIe siècle ! En effet, il a coûté près de 52 000 livres – soit plus de 10 000 livres au-dessus de celui de Mazarin.

Pour honorer l’homme considéré alors comme le plus grand général en exercice, Louis XIV demande que le tombeau soit érigé dans la basilique Saint-Denis, parmi ceux des souverains.
Transféré à Paris en 1796, le tombeau est depuis 1800 dans la chapelle de la Vierge aux Invalides.

Corfey n’est pas du même avis que Knesebeck et Sturm ; bien qu’il ne soit pas insensible à la beauté de celui du maréchal de Turenne, c’est le tombeau de Louis XII et Anne de Bretagne qui a sa préférence :

« Dans la partie septentrionale se trouve le magnifique tombeau de Louis XII, qui est le plus beau de tous, tant par ses dimensions que par l’art rare de son exécution. Le roi est représenté avec son épouse, tous deux figurent en gisants, eux aussi entièrement nus, avec, sur l’abdomen, une entaille recousue, sous un monument soutenu par 12 arches, soit 4 de chaque côté et 2 à chaque extrémité, sous lequel siègent les 12 apôtres ; aux quatre angles du soubassement figurent les 4 Vertus cardinales ; sur la plate-forme du mausolée, le couple figure en orants ; sur les faces du soubassement, des bas-reliefs en marbre blanc représentent avec une grande délicatesse les hauts faits du roi et des scènes de batailles. » (Corfey, p. 84)

Jean-Baptiste de Poilly, d’après Leblond, Tombeau du roy Louis XII et de la reine Anne de Bretagne, publiée dans Michel Félibien, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denys en France, 1706, p. 562. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

François Ier confie l’exécution du tombeau de Louis XII et Anne de Bretagne aux frères Antoine et Jean Juste, sculpteurs d’origine florentine. Exécuté entre 1516 à 1531, taillé dans du précieux marbre de Carrare, le tombeau prend l’apparence d’un édifice comportant douze arcades et autant de pilastres supportant un entablement, avec un soubassement. À l’intérieur de l’édifice, la représentation des défunts époux en transis est saisissante de réalisme – en témoigne l’entaille recousue sur l’abdomen mentionnée par Corfey.

En province

En 1514, Anne de Bretagne est inhumée dans la basilique Saint-Denis, mais son cœur, déposé dans un reliquaire en or fait exprès, rejoint le tombeau que la reine avait fait ériger à Nantes en l’honneur de ses défunts parents, François II et Marguerite de Foix :

« Aux Carmes on peut voir notamment le tombeau de François II, duc de Bretagne, ainsi que de son épouse Marguerite de Bretagne, tous deux finement sculptés en gisants de marbre blanc. Le duc a un lion à ses pieds, la duchesse un lévrier, l’un et l’autre présentant les armes de Bretagne. Ces animaux symbolisent la fidélité pour ce dernier, la magnanimité pour le premier. Les coussins de tête sont soutenus par trois anges. Sur les deux faces latérales du catafalque figurent les 12 apôtres, au chevet, 2 rois, aux pieds, saint François et sainte Marguerite, tandis qu’un ermite en marbre se tient sous chacun des deux saints. Aux 4 angles, figurent, en pied, quatre vertus cardinales, à savoir, Prudentia aux 2 faces (dont la postérieure est celle d’un vieillard), en robe monastique ceinte d’une corde nouée, de la main droite tenant un compas, de la gauche, un miroir ; Justitia, elle aussi en robe monastique, portant armure, à la main droite, un glaive et dans la gauche un livre où figure une balance ; Temperantia, également en robe monastique, une bride à la main droite, une horloge dans la gauche ; Fortitudo, casquée, dans la main gauche, une tour d’où elle extirpe un dragon de la droite. Tout l’ensemble est en marbre de Carrare à l’exception des socles en marbre noir. » (Corfey, p. 116-117).

Michel Colombe, Tombeau de François II et Marguerite de Foix, 1502-1507. Pymouss, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons (cliquer ici pour afficher l’image dans sa résolution maximale)

Commandé en 1499 par Anne de Bretagne, le tombeau de François II et Marguerite de Foix, qui allie statues d’esthétique gothique et ornementation renaissance, est considéré comme un chef-d’œuvre de la sculpture. Exécuté de 1502 à 1507 par Michel Colombe sur les dessins de Jean Perréal, le monument est d’abord mis en place dans la chapelle des Carmes, où Corfey le décrit. Caché à la Révolution pour éviter sa destruction, il peut être admiré depuis 1817 dans la cathédrale de Nantes.

Dans la cathédrale d’Angers, notre voyageur remarque le tombeau de René d’Anjou et Jeanne de Laval (que Corfey, un peu étourdi ce jour-là, prénomme « Anne ») :

« Dans le chœur de la cathédrale Saint-Maurice, à gauche, on peut voir entre autres le tombeau en marbre blanc de René, roi de Sicile et de Jérusalem et de son épouse Anne. Un lion est couché sous les pieds du roi, tandis qu’à ceux de la reine 2 chiens rongent un os. S’ils sont le symbole de la fidélité ou d’une mésentente survenue entre les époux, je n’ai pu le tirer au clair. » (Corfey, p. 112)

Louis Boudan, [Monument funéraire de René d’Anjou et d’Isabeau de Lorraine à Saint-Maurice d’Angers], 1695. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, RESERVE PE-2-FOL. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

Le tombeau n’a rien de particulier, mais l’histoire de la dépouille du roi René est pour le moins cocasse. Quand René d’Anjou, notamment comte de Provence, meurt à Aix en 1480, les Provençaux comptent garder sa dépouille… Soucieuse de respecter la volonté de son époux de reposer à Angers dans le tombeau qu’il avait fait bâtir pour sa première épouse, Isabelle Ire de Lorraine, Jeanne de Laval met en place un stratagème : elle cache le corps du défunt dans un tonneau qu’elle fait charger de nuit sur une embarcation !

Outre les effigies royales et les tombeaux, nos voyageurs signalent aussi quelques sculptures profanes. Dans ce domaine, le sculpteur Jean Goujon – qui « a laissé à Paris quantité d’œuvres magnifiques » (Knesebeck, fol. 24r) – a la préférence de Sturm et Knesebeck. Les caryatides dans la salle du même nom au Louvre sont particulièrement estimées, de même que les nymphes en bas-reliefs de la fontaine des Innocents dont « la correction et la variété du dessin des chairs et des drapés, ainsi que le soin apporté à l’exécution, ont tous valeur de parangon » (Sturm, p. 67).
À Arles, les Alyscamps ont intéressé nos voyageurs ; nous en parlerons dans un prochain billet, consacré à ce que nos voyageurs ont vu en dehors de Paris et de ses environs.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les références suivantes :

Frédéric Chotard, « Le tombeau de François II », La Cathédrale de Nantes, [en ligne], 2005, consulté le 9 octobre 2021. URL : http://nantescathedrale.free.fr/tombeau.htm

Alexandre Maral et Françoise de La Moureyre, François Girardon (1628-1715), le sculpteur de Louis XIV, Paris, Arthena ; Versailles, Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, 2015.

Alexandre Maral et Valérie Carpentier-Vanhaverbeke, Antoine Coysevox (1640-1720), le sculpteur du Grand Siècle, Paris, Arthena ; Versailles, Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search