La sculpture à Paris et en province (1) : effigies royales

La majorité de nos voyageurs – Lambert Friedrich Corfey, Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck, Christoph Pitzler et Leonhard Christoph Sturm et, dans une bien moindre mesure, Ferdinand Bonaventure de Harrach – qui visitent la France au tournant du XVIIIe siècle, font preuve de sensibilité à l’égard de la sculpture.
Les sculptures contemporaines qu’ils remarquent sont, pour beaucoup, des effigies royales et des ouvrages d’art sacré, le plus souvent d’art funéraire. Les premières peuplent, nous l’avons vu, les demeures royales et constituent le sujet des places royales et des arcs de triomphe. S’ils s’étendent plus longuement sur les sculptures de la capitale – aidés du précieux guide de Germain Brice –, nos voyageurs mentionnent aussi quelques œuvres dans les villes de province qu’ils traversent ou dans lesquelles ils séjournent.

Le monument de la place des Victoires : ultime marque de dévotion

« Le duc de La Feuillade a fait aménager une place dans le jardin situé derrière son palais. Ayant acquis pour cela de nombreuses maisons afin de créer deux voies d’accès, il a fait ériger la statue du roi, et le lieu a été appelé place des Victoires. » (Pitzler, p. 75)

Ce que Pitzler écrit peut naturellement surprendre : est-il possible qu’un simple courtisan fasse montre d’une telle dévotion à l’égard du souverain ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est effectivement à titre privé que le duc de La Feuillade entreprend d’ériger un monument à la gloire de Louis XIV, sous prétexte d’un hommage à la paix retrouvée. Fait aussi surprenant, le monument – élaboré à partir de 1681-1682 – a préexisté à la place : créée en accord avec la Ville de Paris, sur les plans de Jules Hardouin-Mansart, elle a été conçue comme un écrin. Nommée « place des Victoires » en souvenir de la paix de Nimègue, son inauguration a eu lieu en mars 1686.

« Au centre de cette belle place se dresse, en bronze doré, une statue du roi en costume de sacre, piétinant un cerbère ; à côté, au sol, une clava Herculis et une dépouille de lion ; une Victoire hissée sur un globe terrestre se tient derrière le roi et le coiffe d’une couronne de lauriers ; le tout est fait d’une seule pièce, mesure 13 pieds de haut et a nécessité environ 30 000 livres de métal. » (Corfey, p. 24)

France-XVIIe siècle, Almanach pour l’année MDCLXXXVII (montrant l’inauguration de la statue de Louis XIV place des Victoires), 1687. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

Bien que nos voyageurs s’attardent sur le monument, aucun ne donne, curieusement, de nom d’artiste. Actif sur plusieurs chantiers parisiens à partir des années 1650 puis sur celui du château de Versailles dès 1670, le sculpteur Martin Desjardins est engagé par le duc de La Feuillade. En 1679, ce dernier lui passe commande d’une statue pédestre de Louis XIV pour sa résidence personnelle. En marbre et achevée en 1683, elle représente le roi vêtu à l’antique. Trop petite pour la place, le duc l’offre à Louis XIV, qui la fait installer dans l’Orangerie de Versailles – nous en avons parlé dans un précédent billet.
Pour la remplacer, le duc commande en 1682 à Desjardins une seconde statue, celle-ci en bronze et mettant en scène le roi vêtu du costume du sacre, couronné par une victoire et piétinant un cerbère symbolisant la triple Alliance vaincue. L’ensemble, piédestal compris, mesure alors 12 m de haut.

« Cette statue [la statue du roi] repose sur un imposant piédestal aux quatre coins duquel sont enchaînés 4 esclaves de bronze parmi une chute d’armes. […] Les quatre faces du piédestal sont ornées chacune d’un bas-relief de bronze, de 6 pieds de long par 4 de large ; le premier représente la préséance de la France sur l’Espagne, le deuxième, le passage du Rhin, le troisième la prise de Besançon et de la Franche-Comté et le quatrième la paix de Nimègue. De chaque côté, dans le soubassement, on trouve encore un bas-relief également de bronze ; l’un des deux illustre l’éradication de l’hérésie, l’autre, l’interdiction des duels. » (Corfey, p. 24-25)

Assis aux angles du piédestal, quatre captifs en bronze représentent chacun une puissance vaincue par la France (Empire, Espagne, Brandebourg et Hollande) et un sentiment différent. Le piédestal est aussi agrémenté de bas-reliefs et d’inscriptions dithyrambiques sur la gloire militaire du roi. À juste titre, les contemporains ont été choqués de tant de maladresse diplomatique… les inscriptions suscitent d’ailleurs le dégoût et l’incompréhension de Sturm :

« Il serait trop fastidieux de les reproduire ici, étant donné qu’elles regorgent de gasconnades par trop exagérées. Il faut s’étonner qu’un roi aussi intelligent ait pu les apprécier, si par ailleurs il en connaissait le contenu exact. » (Sturm, p. 64-65)

L’inscription « Viro immortali » sur le socle de la statue suffit pour mesurer l’exagération relevée par notre voyageur. Toutefois, n’accablons pas notre « homme immortel » : comme le monument a été érigé à titre privé, les inscriptions ont été élaborées à l’insu du roi.

« Aux quatre angles de la place, à 40 pas de la statue, on trouve à chaque fois trois colonnes de marbre rouge sur lesquelles une lanterne brûle la nuit et, entre les colonnes, des médaillons ovales bordés de feuilles de chêne sur lesquels on a l’intention de représenter les hauts faits du roi ; tous les décors d’architecture sont en marbre, tous les autres ornements, y compris les bas-reliefs, en bronze. » (Pitzler, p. 75)

La dévotion de La Feuillade n’est, semble-t-il, pas satisfaite par le pompeux monument, aussi le duc fait-il ériger en 1685 quatre groupes de trois colonnes de marbre supportant des fanaux et parés d’ornements de bronze. Commandés en août 1686 – c’est-à-dire après l’inauguration de la place –, les médaillons et ornements de bronze sont du sculpteur Jean Arnould, sur des dessins de Pierre Mignard. Les vingt-quatre médaillons représentent divers sujets, dont le percement du canal du Midi, la prise de Valenciennes ou « les magnifiques bâtiments de Versailles ».

Pérelle, La place des Victoires, vers 1687. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, GR 140, pl. 33 © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

« Chaque groupe de colonnes est surmonté d’une lanterne dorée. Ce qui conduisit un bel esprit à se moquer du fait qu’Apollon – ou le soleil – qui représente le roi, doive être éclairé par des lanternes. Pour l’entretien des lumières de ces quatre lanternes, il paraît que l’on dépense par an 333 thalers. » (Sturm, p. 65)

Selon un contrat de 1687, les fanaux devaient être allumés chaque soir. Cette directive n’a pas fait long feu… Dès 1699, on ordonne d’éteindre les fanaux et, en 1718, on démantèle les groupes de colonnes. Les statues des captifs et les six médaillons du piédestal notamment ont échappé aux destructions révolutionnaires et sont aujourd’hui conservés au musée du Louvre.

La statue équestre de la place Vendôme : de la modération dans la démesure

Remarquée par Corfey, Harrach et Sturm, la statue équestre de la place Vendôme, « très réussie » (Harrach, p. 474), est la pièce principale d’un monument qui, contrairement à celui de la place des Victoires, a été conçu sous le contrôle de l’administration royale.

« La place Vendôme, dite encore place de la Conquête, quoique point encore terminée, est cependant l’une des plus belles places de Paris. […] Au centre de cette place sera dressée la statue en bronze de Louis XIV à cheval, en costume romain, plus grande que nature, une commande de M. de Louvois. » (Corfey, p. 22)

En 1684, à l’initiative de Louvois, l’hôtel de Vendôme est acheté par le roi dans l’optique de créer une place royale, dont l’aménagement est confié à Hardouin-Mansart. En 1685, le sculpteur François Girardon est chargé de concevoir un monument à la gloire du roi ; il élabore alors le modèle d’un souverain à l’antique, inspiré du Marc-Aurèle du Capitole.

« Le roi et sa monture, pris ensemble, font 20 pieds de haut. Le ventre du cheval est à 5 pieds 6 pouces du sol, son dos à 11 pieds 5 pouces, et la semelle du roi mesure 2 pieds parisiens. On a fondu 80 000 livres de métal pour cet ouvrage, dont 70 000 rien que pour la statue. Elle aurait coûté 250 000 écus. Le ventre du cheval peut contenir 20 hommes assis. En bref, c’est la plus grande statue de toutes celles qui se trouvent ici. Sur le fer à cheval, on peut lire cette inscription : inventé et fait par François Girardon troyen, fondu par Jean Baltazar Kelder [sic] de Zurich en suisse 1692 31 decemb. » (Corfey, p. 22)

Pierre Lepautre, Représentation de la statue de Sa Majesté eslevée dans la place de Louis le Grand le 13 aoust 1699, 1699. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

Suite à la réalisation d’un modèle de cire destiné à servir à la fonte, le fondeur Jean-Balthasar Keller intervient à partir de 1691. Ce ne fut pas une mince affaire de réaliser une œuvre si grande – de près de 6,50 m – en une seule coulée ! Jusqu’à son transfert au centre de la place Vendôme, la statue était gardée et visible du public à l’endroit où elle avait été fondue ; c’est là que Corfey et Harrach l’ont remarquée.

« On peut voir cette statue non loin de là, chez les sœurs capucines, au bout de la rue Neuve-des-Petits-Champs, à l’endroit même où elle a été coulée. » (Corfey, p. 22)

Peut-être achevée dès 1695, c’est seulement à l’été 1699 que la statue équestre est transférée au centre de la place Vendôme, où Sturm la signale (p. 60). Ce délai a de quoi surprendre : le sort de la statue était en fait devenu incertain, Louis XIV ayant un temps abandonné l’idée d’achever la place royale.

« Brice prétend que la statue fait vingt pieds de haut ; cela me semble fort douteux […]. Mais c’est encore une exagération insolente de dire que l’on a essayé plusieurs fois, avec succès, d’installer vingt personnes à une table dans le ventre du cheval. Il se contredit d’ailleurs grossièrement en indiquant une hauteur de 20 pieds. Je veux bien croire que si l’on voulait y entasser 20 personnes comme harengs en caque, guère plus de la moitié y trouveraient place. Les gasconnades sont, on le voit, des plus courantes chez ces braves gens. » (Sturm, p. 60)

Cette fois-ci, les « gasconnades » sont ailleurs que dans les inscriptions. En effet, Louis XIV demande expressément que les inscriptions du piédestal soient « sages et raisonnables », par opposition à celles de la place des Victoires. Ce sont les membres de la Petite Académie, institution officielle, qui ont été chargés de les rédiger.

Des arcs de triomphe à la gloire militaire du roi

L’effigie royale se rencontre également sur les portes de la Ville de Paris, dont cinq, financées par la Ville, sont érigées de 1671 à 1676. Architectures à l’antique, elles sont parées de reliefs et d’inscriptions à la gloire de Louis XIV.

« Paris compte 8 grandes portes, lesquelles passeraient plutôt pour des arcs de triomphe que pour des portes […]. Cette dernière [la porte Saint-Denis] est un bel arc de triomphe. L’ouverture est de 24 pieds, chaque côté est orné d’une pyramide chargée de trophées. Au-dessus de l’archivolte on voit sur les deux faces un bas-relief ; celui de la face tournée vers la ville représente le passage du Rhin ; la frise porte l’inscription : LVDOVICO MAGNO. Sur le piédroit de gauche, un fleuve est assis sur un chien […]. Sur le piédroit de droite une Victoire trône sur un lion. » (Corfey, p. 16)

Érigée à partir de 1672 sur les dessins de l’architecte François Blondel, contrôleur général des travaux de Paris et directeur de l’Académie royale d’architecture, la porte Saint-Denis est la plus célèbre. Elle évoque la toute récente campagne victorieuse de Louis XIV contre la Hollande. Dès 1674, le sculpteur Michel Anguier commence l’exécution des reliefs, dont certains rendent compte des hauts-faits de Louis XIV. L’un représente le Passage du Rhin, l’autre la Prise de Maastricht. La porte Saint-Denis a tout de suite été considérée comme un chef-d’œuvre.

François Blondel, La porte Saint-Denis, 1672-1676. User:Parsifall, photographer, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons (cliquer ici pour afficher l’image dans sa résolution maximale)

« Les sculptures sont d’une qualité remarquable. Avant Anguier l’Ancien, c’est Girardon qui les avait commencées, mais il a dû s’interrompre pour exécuter des commandes royales. » (Knesebeck, fol. 18v).

Ce que Knesebeck écrit est véridique : Girardon a été le premier sculpteur à travailler sur ce monument. On lui doit les ornements de la voûte de la grande arche et, peut-être, l’élaboration du programme iconographique.

À l’instar de la porte Saint-Martin, la porte Saint-Denis est parvenue jusqu’à nous, à l’exception des devises, supprimées à la Révolution.

Inspiré des portes parisiennes, lui aussi toujours debout, l’arc de triomphe de Montpellier a été remarqué par Corfey.

« La nouvelle porte dite du Peyrou est un très bel édifice, conçu comme un arc de triomphe d’ordre dorique en bossage, surmonté d’un attique. Sur la façade extérieure gauche, un médaillon représente Hercule couronné par la Victoire […] ; à droite, en médaillon, la figure allégorique des Pays-Bas, terrassée, remet à la France les clefs du pays […] ; face intérieure, à gauche, la Foi foule aux pieds l’Hérésie […] ; à droite, Thétis unit 2 déesses marines. » (Corfey, p. 149)

Augustin-Charles d’Aviler, La porte du Peyrou, 1691-1694. Thomon, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons (cliquer ici pour afficher l’image dans sa résolution maximale)

Érigé en 1691 par l’architecte Augustin-Charles d’Aviler sur les dessins de François d’Orbay, l’arc de triomphe de Montpellier est, comme ses cousines parisiennes, un monument à la gloire du roi. En 1694, le sculpteur Philippe Bertrand exécute quatre médaillons allégoriques qui évoquent des événements contemporains : d’un côté, le creusement du canal du Midi et la Révocation de l’Édit de Nantes, de l’autre, la conquête des villes de Mons et de Namur et la victoire de Louis XIV sur l’Angleterre et l’Autriche.

Nos voyageurs ne s’intéressent pas seulement à l’art contemporain, ils sont aussi sensibles aux monuments des règnes antérieurs. Ainsi Corfey, Sturm et Knesebeck ont-ils remarqué place Royale – actuelle place des Vosges – la « très belle » (Knesebeck, fol. 47r) statue équestre en bronze de Louis XIII ; sur le pont Neuf, celle d’Henri IV, « cadeau du grand-duc de Florence, qui a été transporté à Paris par la mer non sans péril et à grands frais » (Sturm, p. 82), « belle pièce » (ibid.) installée « sur un superbe socle comportant un grand nombre d’esclaves enchaînés » (Corfey, p. 38) ou encore le monument du Pont au Change – hommage au jeune Louis XIV, à la régente Anne d’Autriche et à Louis XIII, représentés par trois statues de bronze – dont « le dessin est assez réussi » (Knesebeck, fol. 45r).

Nous consacrerons notre prochain billet à l’art funéraire, domaine dans lequel les sculpteurs français ont excellé.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Geneviève Bresc-Bautier et Xavier Dectot (ouvrage collectif sous la direction de), Art ou politique ? Arcs, statues et colonnes de Paris, Paris, Action artistique de la ville de Paris, 1999.

Isabelle Dubois, Alexandre Gady et Hendrik Ziegler (ouvrage collectif sous la direction de), Place des Victoires : Histoire, architecture, société, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004.

Alexandre Maral et Françoise de La Moureyre, François Girardon (1628-1715), le sculpteur de Louis XIV, Paris, Arthena ; Versailles, Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, 2015.

Hendrik Ziegler, Louis XIV et ses ennemis : image, propagande et contestation, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Versailles, Centre de recherche du château de Versailles et Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search