La sculpture au château de Versailles (2)

Hormis quelques statues antiques – nous l’avons évoqué dans notre précédent billet –, Louis XIV fait peupler les allées et les bosquets de ses jardins de copies d’antiques des collections les plus prestigieuses et de sculptures d’invention, commandées exprès par l’administration royale aux meilleurs artistes. Les Modernes, comme Charles Perrault, n’hésitent pas à comparer les chefs-d’œuvre créés pour Versailles aux illustres antiques, en donnant l’avantage aux premiers !

« Les allées, çà et là, sont ornées d’innombrables statues, termes et vases pour la plupart en marbre blanc et pour partie en bronze, exécutés avec un art d’une extrême finesse. » (Corfey, p. 90).

Des chefs-d’œuvre à la gloire d’Apollon-Louis XIV

Durant leur visite de Versailles, nos voyageurs – Lambert Friedrich Corfey, Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck, Christoph Pitzler et Leonhard Christoph Sturm – n’ont pas eu le temps de s’attarder sur chaque sculpture des jardins, mais Corfey, Knesebeck et Sturm mentionnent tout de même quelques œuvres. Outre le groupe d’Apollon servi par les nymphes de François Girardon, « fameux » (Corfey, p. 91) parce que nos voyageurs le connaissent par la gravure, citons le bassin de Latone et Apollon sur son char, chefs-d’œuvre emblématiques en lien avec la figure d’Apollon-Louis XIV.

« Le bassin de Latone est bien le plus charmant de tous. La statue qui surmonte l’ensemble est en marbre blanc. Elle est entourée de 74 tortues et grenouilles, les grenouilles figurant les paysans métamorphosés, et toutes l’aspergent de leurs fins jets d’eau qui, dans le soleil, s’irisent gracieusement de sorte qu’ils paraissent former un lustre de cristal. » (Corfey, p. 90).

Le bassin de Latone a pour sujet un épisode des Métamorphoses d’Ovide et illustre la protection divine accordée à Apollon. Installée au sommet de la composition de Jules Hardouin-Mansart, Latone est représentée avec ses enfants, Apollon et Diane, en train d’implorer le secours de leur père, Jupiter lui-même, contre les vilains paysans qui interdisent à Latone de se désaltérer. Le dieu des dieux transforme aussitôt en grenouilles les paysans qui vomissent leurs injures sous la forme de jets d’eau.

« Le bassin de Latone avec ses enfants, une œuvre magnifique de marbre blanc ; les paysans, eux, sont en plomb. Les auteurs en sont deux frères du nom de Marsy. » (Knesebeck, fol. 55v).

Le décor sculpté, réalisé par Gaspard et Balthasar Marsy entre 1666 et 1670, oppose le noble marbre de Carrare du groupe de Latone au plomb des paysans en cours de métamorphose, grenouilles, tortues et lézards.

Chastillon (Louis de), Fontaine d’Apollon, à la teste du Grand Canal de Versailles, 1683 © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Conçu à la même période, le groupe d’Apollon sur son char – personnification du soleil qui, sortant de l’eau, s’élève dans les airs pour dominer le monde – a impressionné nos voyageurs. Le talent du sculpteur Jean-Baptiste Tuby, magnifié par le jeu des eaux, participe à la gloire de Louis XIV :

« La fontaine d’Apollon, dont les eaux coulent avec une abondance et une force qu’on ne saurait décrire, possède de magnifiques statues de chevaux et de tritons dues à Jean-Baptiste Tuby. Elles sont faites en plomb métallisé. » (Knesebeck, fol. 55r).

L’« incomparable » bosquet du Labyrinthe

Échappant à la figure tutélaire d’Apollon, conçu pour l’éducation morale du Dauphin, le bosquet du Labyrinthe a plu à nos voyageurs – nous l’avons évoqué dans un précédent billet.

« Les deux figures [Ésope et l’Amour, à l’entrée du Labyrinthe] sont en plomb et rehaussées de couleurs d’après nature. Le Labyrinthe même est quelque chose d’incomparable aussi bien par son invention que sa construction. […] Trente-neuf fontaines y ont été disposées, et les sculptures qui crachent l’eau représentent dans un ordre aléatoire les fables d’Ésope. […] Toutes les statues sont en plomb et rehaussées de couleurs naturelles et, à chaque fontaine, il y a une figure différente d’où jaillit l’eau. » (Sturm, p. 113-114).

Cotelle (Jean), L’Entrée du Labyrinthe dans les jardins de Versailles, 1688 © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Exécutées entre 1672 et 1674 par les plus grands artistes, trois cent trente sculptures d’animaux en plomb, toutes différentes, étaient les sujets des trente-neuf fontaines du bosquet du Labyrinthe. Le tableau de Jean Cotelle reproduit ci-contre laisse imaginer la riche polychromie qui égayait chaque sculpture. Détruit en 1775, le bosquet du Labyrinthe constituait le plus important ensemble de sculpture animalière jamais créé.

 

L’absence de long commentaire au sujet de la sculpture pourrait dénoter un manque de considération de la part de nos voyageurs. Or, aussi bien Corfey, qui admire l’« art d’une extrême finesse » (p. 90) avec lequel les sculptures des jardins sont exécutées, que Knesebeck apprécient la sculpture à sa juste valeur. Pour preuve, ce dernier fait le commentaire suivant :

« Dans la Galerie de Versailles, on compte trop peu de statues, qui sont pourtant l’un des ornements les plus prestigieux d’une galerie. » (Knesebeck, fol. 53r).

Le visiteur qui se rend aujourd’hui à Versailles a la chance de pouvoir admirer la majorité des chefs-d’œuvre que nos voyageurs signalent au tournant du XVIIIe siècle. Versailles demeure ce « palais pour la sculpture » voulu par Louis XIV.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les références suivantes :

Alexandre Maral, Le Versailles de Louis XIV, un palais pour la sculpture, Dijon, Faton, 2013.

Alexandre Maral, avec la collaboration de Cyril Pasquier, Catalogue des sculptures des jardins de Versailles et de Trianon [en ligne]. Paris, Réunion des musées nationaux, 2021. Disponible sur : https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search