La sculpture au château de Versailles (1)

Depuis les années 1660, sous toutes ses formes – statues, groupes, termes, vases, reliefs, décors intérieurs et extérieurs – et dans des matériaux divers – marbre, pierre, bronze, plomb et bois –, la sculpture est omniprésente à Versailles : elle peuple l’intérieur du château et se déploie en nombre sur les façades et dans les jardins.

Bien qu’ils ne soient pas particulièrement loquaces au sujet de la sculpture, quatre de nos voyageurs qui visitent la France au tournant du XVIIIe siècle, Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck et Leonhard Christoph Sturm et, dans une moindre mesure, Lambert Friedrich Corfey et Christoph Pitzler, se montrent sensibles à quelques-unes des œuvres les plus remarquables.
Vous ne serez pas surpris d’apprendre que, tout comme la peinture, la sculpture à Versailles participe à la gloire du roi et du royaume. Le château et les jardins servent de lieu d’exposition à la collection de sculpture de Louis XIV et de vitrine à l’excellence des artistes français.

Un écrin pour les collections royales

Lors de sa visite du château, Pitzler note que les pièces du grand appartement du roi « sont décorées de bustes, vases et statues, avec sur les portes des ornements sculptés en bois, celles-ci sont d’ailleurs à deux battants et surmontées […] d’ornements sculptés. » (p. 128)

De ces œuvres variées, les sculptures antiques sont particulièrement précieuses : elles signifient la richesse et le prestige de celui qui les possède. Par la présence de ces pièces insignes dans ses collections, le souverain légitime davantage son pouvoir, qu’il inscrit dans une tradition héritée de l’Antiquité. De nombreuses œuvres ont été acquises par Louis XIV à partir de 1665, d’autres faisaient déjà partie des collections royales.

Curieusement, les charmes de la Vénus d’Arles et de la Diane de Versailles qui se trouvent alors dans la Grande Galerie semblent laisser de marbre Sturm et Knesebeck qui mentionnent seulement « entre les demi-entrecolonnements, dans des niches, huit statues antiques » (Knesebeck, fol. 52v). En revanche, dans le salon de Vénus, outre « six beaux bustes de marbre sur leurs piédestaux » (Knesebeck, fol. 52r), le maître et son élève remarquent la statue du Cincinnatus Savelli. C’est la seule antique explicitement mentionnée par nos voyageurs, qui relèvent la même anomalie :

« En face des fenêtres est une grande niche abritant la statue antique de L. Q. Cincinnatus, dont la main gauche me sembla en proportion trop longue : elle est très nettement plus grande que son visage. » (Sturm, p. 119 ; voir aussi Knesebeck, fol. 52r).

Thomassin (Simon), Lucius Quintus Cincinnatus, premier quart du XVIIIe siècle © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Louis XIV fait acheter en 1685 et installer dans la niche du salon de Vénus cette statue qui provient de prestigieuses collections romaines. Comme souvent, l’œuvre n’est que partiellement antique. Représentant probablement à l’origine Mercure rattachant sa sandale, la statue a été complétée au XVIe siècle et restaurée en Cincinnatus. Les bras et la jambe droite sont modernes : l’intervention de plusieurs artistes explique la disproportion observée par Sturm et Knesebeck.

Les marbres antiques ennoblissent non seulement l’intérieur du château mais aussi quelques allées et bosquets. Durant leur visite, nos voyageurs mentionnent le bosquet de la salle des Antiques, « remarquable avec ses statues antiques et les fontaines intercalées entre les sculptures » (Knesebeck, fol. 55r). À partir de 1681, le bosquet est orné de vingt-quatre sculptures provenant de Rome, mais dont l’antiquité n’est pas avérée… Les sculptures alternaient avec des jets d’eau et des arbustes.

À l’instar du Cincinnatus, les plus belles antiques de Versailles ont été saisies à la période révolutionnaire et portées au Louvre, où elles sont aujourd’hui conservées. Événement exceptionnel, en 2016, les visiteurs du château de Versailles ont pu admirer, non sans émotion, le Cincinnatus à l’emplacement exact qu’il occupait sous l’Ancien Régime.

Portraits du maître des lieux

Pressés par le temps, influencés par les guides – ou sensibles à l’attraction solaire du maître des lieux ? –, nos voyageurs sont sélectifs : s’ils oublient beaucoup de sculptures, ils mentionnent quasiment toutes les représentations du roi…

« Au centre, face à la fenêtre, une niche abrite un buste de marbre blanc qui est un portrait du roi à l’âge de trente ans environ. » (Knesebeck, fol. 52r).

Le Bernin (Gian Lorenzo Bernini, dit), Louis XIV, 1665 © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

… sans pour autant se noyer dans les détails. La brièveté avec laquelle nos voyageurs décrivent cette œuvre est assez déconcertante. Pourtant, ce portrait n’est rien moins que le célèbre buste commandé au Bernin en 1665. Exprimant la noblesse, la grandeur et l’héroïsme du modèle, le portrait n’est, bien qu’idéalisé, paradoxalement pas exempt de réalisme : pour preuves, la verrue au coin du nez du souverain et ses poils au menton ! La draperie flottante est aussi admirable. Ce chef-d’œuvre du Bernin règne sur le salon de Diane depuis 1684.

Dans l’escalier des Ambassadeurs, Corfey signale un autre buste du roi :

« Le grand escalier, entièrement habillé de marbres rares, reçoit sa lumière d’en haut, au moyen d’une lanterne, avec en son centre une fontaine et un buste du roi ». (p. 88).

Dans la niche située au centre de la composition théâtrale de cet escalier trône en effet un buste représentant le roi, plus âgé. Daté de 1681, ce portrait est dû au ciseau d’Antoine Coysevox.

L’effigie royale n’est évidemment pas circonscrite au Grand Appartement. Elle se décline jusque dans l’orangerie où Sturm et Knesebeck remarquent « près de l’entrée, une niche abrit[ant] une statue du roi en pied, qui l’a saisi dans toute sa noblesse. C’est une statue grandeur nature en marbre blanc, par Desjardins. » (Knesebeck, fol. 55v).

Desjardins (Martin), Louis XIV, 1679-1683 © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Commandée en 1679 pour la place des Victoires à Paris, offerte au roi en 1683, la statue monumentale de Louis XIV – mesurant environ 3,50m – par Martin Desjardins, « portrait fort ressemblant du roi » (Sturm, p. 112), est depuis 1684 dans l’orangerie de Versailles. L’œuvre a connu des vicissitudes qui passent inaperçues aux yeux du profane : modifiée durant la période révolutionnaire, le portrait de Louis XIV n’est pas d’origine ; il a été restitué en 1816.

Dans les jardins, à proximité du futur bassin de Neptune, la statue de « Curtius à cheval, du Bernin » (Knesebeck, fol. 55v) attire l’attention de Sturm et de Knesebeck.

« Au fond est posée une statue équestre en marbre qui, d’après ce qu’en disent les Français, aurait été le modèle de la statue en bronze que le Bernin aurait dessinée pour la place des Conquêtes. […] On abattit la tête de la première [statue] pour la remplacer par une autre : elle représente désormais Curtius à Rome se jetant dans la fosse des pestiférés. » (Sturm, p. 116)

Ce que Sturm rapporte est véridique. Exécutée entre 1670 et 1674 par le Bernin, la statue équestre de Marcus Curtius représentait à l’origine Louis XIV. Quand il l’a découverte à Versailles en 1685, le roi fut si mécontent qu’il était résolu à faire détruire l’œuvre ! Finalement, il en a fait refaire la tête par son illustre sculpteur, François Girardon. Moyennant quelques transformations, l’œuvre représente depuis le héros romain Marcus Curtius.
Reléguée à l’arrière du futur bassin de Neptune, la statue est exilée en 1702 par Louis XIV à l’extrémité de l’immense pièce d’eau des Suisses… la rendant à peine visible depuis le château.

Toutes ces représentations royales peuvent encore aujourd’hui être admirées à Versailles. Pas de doute, le Roi-Soleil demeure l’indétrônable maître des lieux ! C’est sans compter, dans les jardins du château, la présence du roi sous les traits d’Apollon. Nous évoquerons cette thématique apollinienne dans notre prochain billet.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les références suivantes :

Versailles et l’Antique, sous la direction d’Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic, cat. exp. (Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 13 novembre 2012 – 17 mars 2013), Versailles, Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles ; Paris, Artlys, 2012.

Alexandre Maral, avec la collaboration de Cyril Pasquier, Catalogue des sculptures des jardins de Versailles et de Trianon [en ligne]. Paris, Réunion des musées nationaux, 2021. Disponible sur : https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr

Hendrik Ziegler, Louis XIV et ses ennemis : image, propagande et contestation, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Versailles, Centre de recherche du château de Versailles et Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2013.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/10/2021

    […] Pasquier, La sculpture au château de Versailles (1), Destination Versailles (= Carnet Hypothèses) (20 septembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search