Les aléas du voyage

Comme je vous l’avais expliqué dans un précédent billet, voyager sur les routes aux xviie et xviiie siècles n’avait rien d’une sinécure. Il fallait s’armer de patience mais également de courage pour parcourir ces routes souvent semées d’embûches. Les obstacles étaient nombreux et pouvaient, au mieux, retarder considérablement votre voyage, et dans le pire des cas, vous mettre gravement en danger. Petit tour d’horizon des difficultés à éviter…

L’état des routes

L’état des routes était certainement le principal paramètre qui pouvait rendre le trajet très inconfortable. Le pouvoir royal prend pourtant conscience à cette époque de l’importance des voies de communication ; celles-ci servent au mouvement des troupes, aux postes et messageries du roi et au transport de marchandises. C’est sous Louis XIV que l’administration des ponts et chaussées est créée, contribuant au développement du réseau. Puis au xviiie siècle, sous Louis XV, c’est la corvée royale qui est mise en place. La corvée royale, quésaco ? C’est une sorte d’impôt que paye le peuple en se voyant imposer un travail non rémunéré qui consiste à créer et entretenir les routes. Au xviiie siècle, celles-ci s’améliorent, notamment grâce à une nouvelle technique de revêtement qui superposait des couches d’empierrement, de gravier et de sable pour éviter leur effondrement. Si vous souhaitez en savoir plus sur la construction des routes au xviiie siècle, je vous invite à consulter le site L’histoire par l’image et notamment l’analyse d’un tableau de Joseph Vernet intitulé La construction d’un grand chemin (c’est par ici !).

En tant que voyageur, s’il valait mieux vous retrouver sur une route pavée, bien que le bringuebalement de la chaise pouvait vite mettre à mal votre colonne vertébrale, le pire était les chemins de terre qui étaient certes praticables par temps sec, bien que cahoteux, mais qui devenaient par temps de pluie de véritables pièges boueux. En effet, l’une des principales calamités du voyage était l’embourbement.

Le comte Ferdinand Bonaventure II de Harrach, qui voyage en France en 1698, en témoigne fréquemment dans son journal, notamment lorsqu’il se trouve dans le marais poitevin :

« […] la plupart des postillons nous ont fait passer sur le trottoir pour éviter les fondrières et nous nous sommes embourbés dans l’une d’elles et il a fallu deux bœufs pour tirer la calèche de là […] »

Sortir la voiture de la boue pouvait considérablement retarder votre périple, tout comme devoir la réparer.

L’état des véhicules

Les incidents liés aux défaillances du matériel sont souvent narrés dans les récits des voyageurs et pouvaient les immobiliser pendant de longues heures, les plus fréquents étant généralement liés aux roues et aux essieux. Le comte de Harrach le relate à plusieurs reprises :

« Aujourd’hui nous sommes partis au lever du jour et avons parcouru sans encombre les deux premiers relais mais ensuite, avons cassé un essieu de roue qu’il a fallu fixer avec un ruban de fer, ce pourquoi il a fallu s’arrêter une heure et demie à Clam […] »

"Trois figure dans une voiture renversée", dessin sur papier de George Hendrik Breitner, 1874-1876

Trois figures dans une voiture renversée, dessin sur papier de George Hendrik Breitner, 1874-1876
Source Rijksmuseum.nl (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur le site du Rijksmuseum)

« […] voilà qu’il s’est mis à pleuvoir à verse et, vers le soir, à neigeoter, ce qui a continué à détériorer la route, mais pour comble de malheur, entre Lunéville et Bénaménil, l’essieu du surtout s’est brisé en deux et il a fallu ramener un charron du village le plus proche pour en fabriquer un neuf ce qui lui a pris 3 heures […] »

Les intempéries

"Près de Senlis, l'équipage du roi Louis XIV est menacé de mort par les hautes eaux, 1670", gravure par Jan Luyken, 1698

Près de Senlis, l’équipage du roi Louis XIV est menacé de mort par les hautes eaux, 1670, gravure par Jan Luyken, 1698
Source Rijksmuseum.nl (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur le site du Rijksmuseum)

Vous l’avez compris, la détérioration des routes et du matériel était en grande partie due aux intempéries. Le mauvais temps pouvait également vous détourner de votre itinéraire initial. Lorsque le comte de Harrach repart de Paris en direction de Vienne, il passe par la Lorraine et les Vosges sous une pluie diluvienne qui fait gonfler tous les cours d’eau de la région. Juste avant Nancy, un pont cède et le comte et son équipage se retrouvent bloqués sans aucune chance de pouvoir traverser. Ils se voient donc obligés de faire un détour de plusieurs heures vers le nord pour rejoindre Nancy et traversent le cours d’eau tant bien que mal :

 

« de nombreux gentilshommes lorrains logeaient ici à l’auberge, ils nous ont conseillé de remonter en direction de Rosière qui se trouve à environ une poste et demie, et là, de prendre le pont à ___ ; nous avons suivi ce conseil et pu, par chance, parvenir de l’autre côté malgré une rivière en crue au point que les chevaux avaient de l’eau jusqu’au ventre […] »

Le manque de place

Si vous n’aviez pas la chance d’avoir votre chaise personnelle et que vous deviez utiliser le réseau des chaises de poste, vous pouviez également avoir à patienter avant de trouver une place de libre. Par exemple, un autre des voyageurs que nous étudions dans le cadre de notre projet, Lambert Friedrich Corfey, architecte et ingénieur militaire, voyage en France la même année que le comte de Harrach et nous explique qu’il se trouve bloqué deux jours à Saint-Omer dans le Nord de la France car toutes les places à bord des chaises de poste ont été réservées et payées d’avance. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Corfey met à profit ce temps libre pour visiter la ville et ses environs.

« Le 2 juillet, fête de la Visitation, nous avons pris le coche d’eau, fait halte à Bourbourg (où, après la messe aux Capucins, nous sommes descendus À la Croix Rouge pour la collation), continué jusqu’à  Saint-Omer où nous avons passé la nuit Au Cercle d’or. Les 3 et 4, nous avons dû nous arrêter, toutes les places ayant été retenues et payées d’avance dans toutes les chaises de poste, ce qui nous a donné l’occasion, le premier jour, non seulement de visiter la ville, mais encore, le deuxième jour, de voir le grand Marais, qu’on appelle Clairmarais. »

Les causes humaines

L’erreur est humaine, nous le savons tous, et il n’était pas rare de tomber sur des postillons ivres, peu compétents, voire négligents. Je vous avais à ce propos raconté quelques anecdotes dans mon précédent billet.

Les accidents sur les routes n’étaient pas rares et inspiraient les artistes de l’époque, comme en témoigne une gravure satirique de 1757 conservée à la Bibliothèque nationale de France. Illustrant surtout une situation politique, elle montre la voiture renversée à bord de laquelle se trouve l’impératrice du Saint-Empire. Moment d’inattention du postillon ou du cocher ? Comme l’indique le texte dans le phylactère, le postillon est conscient que cet accident causera sa perte.

"La voiture dans laquelle était l’impératrice d'Allemagne est renversée et le postillon jeté à terre", gravure de 1757

La voiture dans laquelle était l’impératrice d’Allemagne est renversée et le postillon jeté à terre, gravure de 1757 imprimée à Londres
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer sur l’image pour accéder à sa source dans Gallica)

La négligence est un problème, la malveillance en est un autre. Le brigandage est l’un des clichés récurrents lorsque l’on parle des routes sous l’Ancien Régime. Loin d’être exceptionnels, les vols alimentaient régulièrement les gazettes de l’époque. Si les voleurs étaient pris, ils étaient pendus sans autre forme de procès sur le lieu même de leur méfait.

"L'attaque de la diligence" dans Les grandes misères de la guerre, estampe par Jacques Callot (1592-1635)

« L’attaque de la diligence » dans Les grandes misères de la guerre, gravure par Jacques Callot (1592-1635)
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer sur l’image pour accéder à sa source dans Gallica)

"Vol sur les grands chemins' dans Les petites misères de la guerre, estampe par Jacques Callot (1592-1635)

« Vol sur les grands chemins » dans Les petites misères de la guerre, gravure par Jacques Callot (1592-1635)
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer sur l’image pour accéder à sa source dans Gallica)

Les dangers des coches d’eau

"Barge à Haarlem", gravure par Reinier Nooms, 1652-1654

Barge à Haarlem, gravure par Reinier Nooms, 1652-1654
Source Rijksmuseum.nl (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur le site du Rijksmuseum)

Les voyageurs avaient régulièrement la possibilité, lorsqu’ils devaient longer une rivière, de prendre un coche d’eau. Également appelées barques de halage, ces embarcations descendaient le cours d’eau grâce au courant et le remontait à l’aide de chevaux de traction placés sur l’une des rives. Bien que plus lent, ce moyen de déplacement était apprécié et souvent privilégié par les voyageurs car plus agréable ; il avait l’avantage de leur éviter le cahotement des voitures et de leur faire découvrir différemment les paysages qui se déroulaient au fil de l’eau. Lambert Friedrich Corfey, que j’ai évoqué plus haut, raconte son voyage en coche d’eau pour remonter la Seine :

« nous voulions utiliser ce voiturage comme étant plus commode et le plus distrayant, car en effet, nous avons vu que la Seine, entre Paris et Corbeil, offrait à nos yeux sur chaque rive les plus agréables paysages qu’une rivière pût offrir grâce aux nombreuses charmantes maisons de campagne […] dont les jardins et les allées descendant jusqu’aux rives de la Seine, ainsi que les collines verdoyantes, offrent de bien riantes vues. »

Mais voyager en coche d’eau n’était pas sans danger. Il n’était pas rare que la corde de halage (qui relie l’embarcation aux chevaux) lâche et que la bateau soit pris dans les courants. Corfey en témoigne également :

« À Corbeil, il fallut de plus passer sous un pont de pierre ; or à cet endroit le courant est assez fort et nous étions halés par 7 ou 8 chevaux, et la corde de halage a cassé 2 fois, et nous aurions pu courir encore un pire danger si la seconde fois s’était produite un peu plus tard, à savoir lorsque nous avons heurté fort violemment une pile du pont. »

Les maladies

Cerise sur le gâteau, avec tout cela, vous pouviez tomber malade ! Le bringuebalement des voitures pouvait vous donner mal au dos, à la tête ou au ventre. Les conditions climatiques pouvaient vous causer des coups de chaud ou de froid et vous faire contracter une maladie, voire, comble de la malchance, entraîner la mort.

Pour finir, poétiquement, cet article, je vous propose de partager avec vous les problèmes de digestion chroniques du comte de Harrach qui le tourmentent en de nombreuses circonstances, et notamment lors de ces voyages :

« Après ces 3 relais de poste, je comptais en faire 2 de plus jusqu’à Meaux, mais comme le ciel était fort couvert et menaçant, que la route semblait mauvaise et que la colique me tourmentait, j’ai fait halte sur place. »

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, je vous conseille les lectures suivantes :

  • Un dossier thématique sur la construction de routes sur le site Passerelles  de la Bibliothèque nationale de France.
  • Le catalogue de l’exposition « Le Voyage en France. Du maître de poste au chef de gare. 1740-1914 ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *