Le château de Saint-Cloud (2) : les jardins

Si seules les descriptions et les photographies permettent aujourd’hui d’imaginer les fastes du château de Saint-Cloud, le promeneur peut encore profiter de ses jardins. Agrémentés de pièces d’eau et de fontaines, ils subsistent dans un état proche de celui qu’ont connu nos voyageurs – Christoph Pitzler, Lambert Friedrich Corfey le Jeune, Ferdinand Bonaventure de Harrach, Leonhard Christoph Sturm et Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck au tournant du XVIIIe siècle. Le parc de Saint-Cloud dépasse alors les 400 hectares.

Nous avons évoqué dans un précédent billet le génie hydraulique de Versailles. Saint-Cloud n’est pas en reste. Si le domaine profite des perfectionnements mis au point pour la résidence royale, un dispositif hydraulique préexistait. Sous les Gondi, le célèbre ingénieur hydraulicien Thomas Francine a agrémenté les jardins de Saint-Cloud de grottes, fontaines et orgues hydrauliques et, par la suite, Barthélemy Hervart a perfectionné le système d’adduction d’eau.

À partir de 1665, les jardins de Saint-Cloud sont réaménagés par André Le Nôtre qui doit s’accommoder d’un « terrain […] très irrégulier, en pentes et en montées » (Harrach, p. 478). Pour les jeux de perspective, l’illustre jardinier crée deux grands axes : l’un parallèle à la Seine et l’autre perpendiculaire à celle-ci. Le Nôtre s’attache à donner l’illusion que les jardins de Saint-Cloud, alors qu’ils ont été progressivement constitués, forment un jardin régulier et unifié.

Fer (Nicolas de), Plan de la belle et manifique [sic] maison de Monsieur à St Cloud, 1705 © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

À l’époque de Philippe d’Orléans, dit Monsieur, frère de Louis XIV et propriétaire de Saint-Cloud, le public peut profiter librement des jardins, même lorsque le roi est de passage. Pour assister aux jeux d’eau, les visiteurs se pressent en nombre.

« Le jardin est très grand mais disposé à l’ancienne mode. Il est mal entretenu et les allées sont très négligées. » (Sturm, p. 127)

La négligence relevée par Sturm et Knesebeck étonne quand on sait que cent cinquante jardiniers étaient au service de Monsieur. C’est dans la relation du voyage du médecin et naturaliste britannique Martin Lister à Paris, en 1698, que se trouve l’explication :

« On a tant de goût pour les arbres que, dans l’occasion, on les a laissés debout, non seulement au milieu des allées, mais encore au milieu des escaliers de pierre qui y conduisent. » (Voyage de Lister à Paris, 1698, p. 179)

Assurément – comme l’écrit plaisamment Florence Austin-Montenay dans Saint-Cloud : une vie de château – Monsieur, qui refusait que l’on arrache les arbres et que l’on chasse dans son domaine, était un « écologiste avant l’heure » !

Allegrain (Étienne), Vue cavalière du château et du parc de Saint-Cloud vers 1675, 1675-1677 (détail) © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Le jugement de Sturm au sujet des jardins de Saint-Cloud est loin d’être négatif : le voyageur note, sans beaucoup de détails, qu’« il s’y trouve de très beaux bosquets et buissons » et « qu’on peut en tirer un assez beau parti ». Harrach remarque, lui aussi, « divers jolis bosquets avec des petites allées bordées de buis » et « çà et là divers parterres, certains faits de buis, d’autres se présentant avec des vases » (p. 478).

En particulier, le jugement de nos voyageurs sur la Grande cascade est unanimement élogieux.

La Grande Cascade

« La seule chose à retenir en priorité est selon moi la nouvelle cascade qui est manifestement d’une beauté et d’une magnificence rares. Elle me confirme dans l’idée que le plus grand talent et l’art le plus consommé des Français résident dans les jeux d’eau comme dans la sculpture ; dans ces domaines, ils égalent au moins les autres nations, s’ils ne les dépassent pas. » (Knesebeck, fol. 61v)

Van der Meulen (Adam Frans), Vue du parc et du château de Saint-Cloud, vers 1671 (détail montrant la Grande cascade dans son premier état) © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Récemment nommé architecte en chef par Monsieur, Antoine Le Pautre est d’abord chargé de la construction de la Grande Cascade, en 1664-1665, soit quelques années avant le chantier du château. C’est un édifice monumental qui, lors de sa mise en eau, offre un spectacle impressionnant : l’abondante chute d’eau tombant de son sommet est accompagnée de bouillons et lances d’eau, petites cascades latérales et mascarons, dauphins et grenouilles crachant de l’eau. Pour donner une hauteur plus importante à l’ensemble, Le Pautre a élevé un mur percé de deux arches, rendant l’effet de la chute d’eau plus saisissant.

À l’époque de Sturm, la Grande Cascade jouit d’une célébrité telle que – chose à peine croyable – notre voyageur a entendu parler de la cascade mais ignore l’existence du château !

« Je voulais seulement aller voir la nouvelle cascade, dont on a fait grand cas également en Allemagne dans les gazettes publiques. J’ignorais toutefois qu’un château avait été construit nouvellement en ce même endroit. » (p. 126)

… Mais peut-être s’agit-il là d’un trait d’humour, pour signifier l’importance exagérée que l’on prête à la cascade au détriment du château.

Entre 1697 et 1699, Jules Hardouin-Mansart restaure et modifie la cascade. Il crée notamment la cascade basse, agrémentée d’un bestiaire aquatique, et son canal. La « nouvelle » Grande Cascade suscite l’émerveillement chez nos voyageurs.

Pérelle, Les nouvelles cascades de St Cloud, vers 1700. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, GR 140, pl. 89. Photographie de l’auteur (cliquer ici pour accéder à la notice du recueil sur le site des collections du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon)

« Tout cet ouvrage est réalisé en pierre de taille, très bien et durablement peint en imitation de marbre. De très nombreuses et fort jolies grottes de rocaille bordent les eaux. » (Sturm, p. 127)

Bien grise, la Grande Cascade que le promeneur actuel admire n’est plus tout à fait celle que Sturm évoque… Toutefois, bien que restaurée à plusieurs reprises, son aspect général reste intact, comme en témoigne la gravure de Pérelle, contemporaine de la visite de nos voyageurs.

La Grande Cascade demeure assurément le clou du spectacle, mais le « Grand Jet », déjà remarqué en 1644 et qui s’élève à presque 30 mètres au centre d’un bassin carré, fait aujourd’hui encore forte impression !

« Finalement nous sommes arrivés au jet d’eau qui grimpe à 90 pieds de haut, et qui est vraiment très beau. » (Harrach, p. 478)

Les jeux d’eau ne se limitent pas à ces deux pièces. Harrach remarque qu’il y a « presque partout des bassins à jet d’eau, ou des fontaines, et [que] de toutes parts on fait jaillir l’eau » (p. 478).

Le bassin des Vingt-Quatre Jets, le bassin du Fer-à-Cheval, les Goulottes, le Canal (bassin rectangulaire en contrebas du château) et le Champignon (fontaine à l’arrière du Grand Jet) font partie de ces pièces d’eau emblématiques que nos voyageurs ont dû voir et que le visiteur d’aujourd’hui peut encore admirer.

Resté dans les possessions des Orléans jusqu’en 1784, date de son acquisition par Louis XVI pour Marie-Antoinette, le palais et ses jardins sont encore le théâtre de fêtes au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, le château est le cadre d’événements majeurs de l’histoire de France, puisque s’y sont notamment déroulés le coup d’État du 18 brumaire, la proclamation de l’Empire le 18 mai 1804 et celle du Second Empire le 1er décembre 1852. Bombardé et incendié en octobre 1870 pendant la guerre franco-prussienne, les vestiges du château sont effacés en 1892. Heureusement, les jardins et le parc demeurent, vestiges du passé fastueux de Saint-Cloud.

 

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Martin Lister, Voyage de Lister à Paris en M DC XCVIII, traduit pour la première fois, publié et annoté par la Société des bibliophiles françois. On y a joint des extraits des ouvrages d’Évelyn relatifs à ses voyages en France de 1648 à 1661,  Paris, Société des bibliophiles, 1873

Florence Austin-Montenay, Saint-Cloud : une vie de château, Genève, Vögele Édition, 2005

Christophe Pincemaille (textes) et Éric Sander (photographies), Le parc de Saint-Cloud, Rouen, Éditions des Falaises, 2017

Robert W. Berger, Antoine Le Pautre : a French Architect of the Era of Louis XIV, New York, New York University Press, 1969


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search