Le château de Saint-Cloud (1) : le château

Pour les habitants de la région parisienne, Saint-Cloud représente aujourd’hui un vaste parc propice à la détente et à la pratique d’activités sportives ou ludiques le week-end. Lieu empreint de calme et de sérénité à l’ouest de la capitale, au cœur d’une région trépidante, le château de Saint-Cloud fut le chef-d’œuvre d’André Le Nôtre et le témoin des fêtes données dans la seconde moitié du XVIIe siècle par le maître des lieux, Philippe d’Orléans, dit Monsieur, frère de Louis XIV qui en était le propriétaire.

Quand nos voyageurs – Christoph Pitzler, Lambert Friedrich Corfey le Jeune, Ferdinand Bonaventure de Harrach, Leonhard Christoph Sturm et Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck – se rendent au château de Saint-Cloud au tournant du XVIIIe siècle, le château connaît son apogée. Le lieu est situé à la campagne, et Sturm en admire, depuis la Grande Cascade, la « perspective complètement dégagée » (p. 127) sur la ville de Paris.

Particularité notable, le château de Saint-Cloud est, après Versailles, le site où nos voyageurs s’attardent le plus, consacrant plusieurs pages à la description des intérieurs et de leur ameublement – ce qui, d’habitude, n’intéresse pas outre mesure nos architectes !

Allegrain (Étienne), Vue cavalière du château et du parc de Saint-Cloud vers 1675, 1675-1677 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

L’histoire du château de Saint-Cloud commence au XVIe siècle. Jérôme de Gondi fait construire à partir de 1577 une imposante maison de plaisance qui, à mesure des réaménagements, devient un château. En 1658, Mazarin achète pour le compte de Louis XIV le château et son domaine au contrôleur général des finances Barthélemy Hervart, propriétaire du lieu depuis trois ans. Le roi a pour dessein de l’offrir à son frère, Philippe d’Orléans, dit Monsieur.

Architecture extérieure

Pérelle, Le chasteau de St Clou [sic] du costé que l’on arrive, achevé en 1680, fin du XVIIe siècle © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Nommé architecte en chef de Monsieur en 1660, Antoine Le Pautre est le principal auteur du château de Saint-Cloud. La date de construction du château n’est pas connue avec précision. En 1671, l’aile sud, bâtie sur les fondations de la maison des Gondi, est terminée ; six ans plus tard, l’aile nord l’est à son tour. Quant au corps central, dont Jean Girard serait l’auteur, il a est achevé en 1680-1681.

Les modifications commanditées par Monsieur sont tellement conséquentes que Sturm évoque fort à propos « un tout nouveau palais » :

« Saint-Cloud […] se trouve sur un coteau assez élevé au bord de la Seine. Le frère du roi Louis XIV, feu le duc d’Orléans, a fait bâtir un tout nouveau palais en pierre de taille. » (p. 125)

La cour ouverte, la forme en U et l’orientation est-ouest du bâtiment sont inspirées des travaux contemporains de Louis Le Vau au château de Versailles.

« Le corps de bâtiment principal possède deux étages parfaitement bien proportionnés, l’étage inférieur est rustique et toscan, l’étage supérieur corinthien. » (Knesebeck, fol. 60v)

En architectes soucieux du détail, Sturm et Knesebeck relèvent la même curiosité architecturale :

« Sur les deux avant-corps des ailes on pouvait à nouveau voir un caprice tout à fait extraordinaire. Ces derniers sont décorés de quatre pilastres devancés par quatre colonnes dégagées qui supportent une corniche architravée. Or, tandis que les quatre colonnes sont de l’ordre toscan, comme le reste du rez-de-chaussée, avec les bonnes proportions, les quatre pilastres sont de l’ordre composite et, par conséquent, mal proportionnés. » (Sturm, p. 126)

« Toute l’architecture est assez pure, mais on peut observer dans les deux portiques des ailes du bâtiment un caprice tout à fait étonnant. Ces portiques se composent de quatre colonnes toscanes surmontées d’une corniche architravée et supportant un balcon. Mais à l’arrière, les pilastres sont en ordre romain et tout à fait rustiques dans leurs proportions. » (Knesebeck, fol. 60v)

L’escalier principal

En 1687-1688, Jules Hardouin-Mansart intervient sur le château et modifie l’escalier principal, situé dans l’aile sud, le transformant en un véritable chef-d’œuvre. Sturm et Knesebeck admirent cet escalier qui dessert l’ensemble du palais.

« En entrant par l’avant-corps de l’aile gauche, on accède à l’escalier principal, sous lequel on passe pour aller dans le grand jardin. Mais il est étonnant que cet unique escalier soit censé desservir le palais entier, alors qu’il est très éloigné des appartements principaux. […] Au demeurant, l’escalier principal est assez bien disposé et peut être compté parmi les plus beaux qui soient à Paris et dans les environs. Il est pourvu en bas de colonnes toscanes, d’un beau marbre, en haut de pilastres ioniques, également de marbre, et couvert d’un plafond voûté qui n’était pas encore décoré mais qui promettait d’être d’une belle apparence. » (Sturm, p. 126)

« En ce qui concerne l’ordonnance de l’escalier principal, c’est la meilleure que j’aie vue en France : en bas, elle est ornée de magnifiques colonnes toscanes de marbre et, en haut, de pilastres engagés ioniques ; elle est surmontée d’un grand plafond bordé de hautes voussures qui, au fil du temps, a été magnifiquement décoré. » (Knesebeck, fol. 60v)

Ransonnette (Nicolas), d’après Blondel (Jacques-François), Grand escalier du château de St Cloud, pl. LXI du recueil des Planches pour le cinquième volume du cours d’architecture commencé par feu J.F. Blondel et continué par M. Patte, 1777. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

Détruit dans les années 1780, l’escalier du château de Saint-Cloud n’était pas sans évoquer l’escalier des Ambassadeurs du château de Versailles.

« La galerie et les appartements sont magnifiques et fastueux » (Corfey, p. 81)

En 1677, Monsieur confie la décoration de l’aile nord au peintre Pierre Mignard. Celui-ci réalise en particulier les peintures de la galerie d’Apollon, du salon de Mars et, un peu plus tard, du cabinet de Diane.

« La galerie et le salon qui la précède sont superbes et ce dernier est entièrement revêtu de marbre. La disposition ressemble beaucoup à celle de Versailles, à ceci près qu’il n’y a qu’un salon, et des fenêtres des deux côtés. Le salon est orné d’une Assemblée des dieux, dans un cercle. […] Toutes ces œuvres [les peintures de la galerie d’Apollon] sont de Mignard, et dépassent presque en magnificence la Galerie de Versailles. » (Knesebeck, fol. 60v)

Schneider (Armand), Galerie d’Apollon, vue prise du salon de Mars, vue n°8 des « grands appartements de réception » dans Le Palais de St-Cloud, photographies rassemblées par Armand Schneider, [1855-1870]. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour afficher la source dans Gallica)

En octobre 1678, Louis XIV découvre la galerie d’Apollon, tout juste achevée. Anecdote célèbre, le roi confie alors à Madame, Élisabeth-Charlotte de Bavière, l’épouse de Monsieur : « Je souhaite fort que les peintures de ma galerie de Versailles répondent à la beauté de celles-ci » (Simon-Philippe Mazière de Monville, La Vie de Pierre Mignard, premier peintre du roy, Paris, 1730, p. 121-122). De quoi tout à la fois mettre la pression sur Charles Le Brun qui allait réaliser le plafond de la Grande Galerie de Versailles, consacrer Mignard, attiser la rivalité et stimuler l’émulation entre les deux peintres ! La concurrence qui a existé entre eux  est apparemment connue de nos voyageurs. À la suite des réalisations de Mignard au château de Saint-Cloud, Louis XIV lui confie le décor d’une partie de son appartement intérieur au château de Versailles et à la mort de Le Brun, en 1690, le roi nomme Mignard premier peintre.

La galerie d’Apollon, dont le modèle était la galerie du même nom au palais du Louvre, a soutenu la comparaison avec la Grande Galerie de Versailles jusqu’à sa destruction dans l’incendie de 1870.

Il faut dire que, consacrée au cycle d’Apollon sur 45 mètres de long, la galerie a de quoi flatter le Roi-Soleil. Le plafond, divisé en cinq grands compartiments et quatre petits, raconte l’histoire d’Apollon depuis sa naissance. Les compositions de Pierre Mignard côtoient un mobilier luxueux, des peintures figurant des animaux et bizarreries sur fond végétal, et les représentations de vingt-quatre maisons royales disposées sur les murs.

Au plafond du salon attenant à la galerie – le salon de Mars –, Mignard a peint les amours de Mars et de Vénus. Les murs sont scandés par seize pilastres et quatre colonnes de marbre Campan à chapiteaux de bronze doré, rivalisant avec les salons versaillais. Dans le cabinet de Diane, achevé en 1680, Mignard a représenté aux voussures des peintures mettant en scène la déesse.

Audran (Jean), d’après Mignard (Pierre), La jalousie et la discorde, fin du XVIIe siècle ; Audran (Benoît), d’après Mignard (Pierre), Les plaisirs des jardins, fin du XVIIe siècle © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Comme pour Versailles, les décors du château de Saint-Cloud sont diffusés par la gravure. Ainsi, certaines compositions de la galerie d’Apollon sont gravées par Jean-Baptiste Poilly et le plafond et les dessus-de-porte du salon de Mars (dont deux sont reproduits ci-dessous) par le même, ainsi que Jean et Benoît Audran.

Un grand raffinement

Comme d’autres résidences royales, Saint-Cloud possède son fastueux mobilier d’argent. Pitzler, lors de son séjour en France entre 1685 et 1687, a la chance de visiter Saint-Cloud quelques années avant que Louis XIV n’ordonne la fonte du mobilier d’argent pour financer la guerre de la Ligue d’Augsbourg.

« L’appartement du roi est très beau et richement décoré, toutes les tables et chaises sont en argent. » (Pitzler, p. 157)

Le château est constitué de l’appartement du Roi, du grand appartement et du petit appartement de Monsieur, de quatre cabinets de curiosités et de l’appartement de Madame. La relation écrite par Harrach donne une idée juste de la diversité et de la richesse du mobilier des appartements.

« Après ce salon [le salon de Madame], il y en a encore un pareil, toujours avec ces tapisseries, des porcelaines et des lambris, ainsi qu’un baldaquin à l’ancienne, en tapisserie, sous lequel Monsieur reçoit en audience. » (Harrach, p. 476)

Dans la chambre du Dais, ornée d’un mobilier éblouissant qui allie marbre, ébène et bronze, Monsieur reçoit les ambassadeurs sur un trône surmonté d’un dais luxueux, sur lequel sont disposés de grands miroirs de Venise.

Comme Louis XIV au château de Versailles, Monsieur aménage au château de Saint-Cloud des cabinets de curiosités dans lesquels ses collections sont mises en valeur par une présentation recherchée. Monsieur n’a pas les mêmes goûts que son frère : il a un intérêt prononcé pour les objets raffinés, comme les pierres précieuses, les bijoux ou les porcelaines.

« 2 cabinets où se trouvent plusieurs beaux tableaux ; le premier est tendu de velours bordé de fleurs multicolores, [avec] quantité de porcelaines, dont certaines sont fabriquées à Saint-Cloud et qu’on distingue à peine de celles qui viennent des Indes. » (Harrach, p. 477)

Manufacture de Saint-Cloud, Gobelet et soucoupe, 1677-1722 © RMN-Grand Palais (Sèvres – Manufacture et musée nationaux) / image RMN-GP (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Le cabinet des Porcelaines sert de lieu d’exposition à la collection de porcelaines de Monsieur, riche d’environ trois cents pièces. Certaines sortent de la manufacture de Saint-Cloud, institution fondée en 1666 et dont Monsieur est mécène. Dans les années 1690, la manufacture met au point une nouvelle pâte de porcelaine, translucide, qui permet des réalisations fines et délicates, capables de rivaliser avec les porcelaines de Chine.

« Le second cabinet est orné de panneaux de laques indiennes du Japon de même largeur qu’un velours, et toujours à côté de rangées de miroirs de même largeur, à la manière dont sont disposées d’habitude les tapisseries de velours et de feuilles de stuc doré, ce qui va très bien ensemble et, posés sur de petits supports et piédestaux, on trouve différents joyaux en or, en cristal ce qui, comme ensemble, est d’un très bel effet. » (Harrach, p. 477)

Aménagé en 1689-1690, le cabinet de la Chine est le plus novateur. Huit pilastres de glace alternent avec d’exceptionnels panneaux de laque. Des pièces d’une préciosité extrême sont disposées sur des consoles fixées aux murs. On y voit notamment des vases d’agate ou de cristal de roche travaillé et des coquilles montées en argent.

Là ne s’arrête pas la magnificence de Saint-Cloud. Le château de Monsieur est « entièrement entouré de jardins, d’exquises cascades et de bocages. » (Pitzler, p. 158), aussi nos voyageurs ont-ils pris le temps de se promener dans le domaine et d’admirer la Grande Cascade, dont l’existence leur était connue par les gazettes allemandes. Les jardins du château de Saint-Cloud seront l’objet de notre prochain billet.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Florence Austin-Montenay, Saint-Cloud : une vie de château, Genève, Vögele Édition, 2005

Robert W. Berger, Antoine le Pautre : a French architect of the Era of Louis XIV, New York, New York University Press, 1969

Stéphane Castelluccio, Les collections royales d’objets d’art de François Ier à la Révolution, Paris, Éditions de l’Amateur, 2002, p. 125-128

Bernard Chevallier, avec la collaboration d’Arnaud Denis, Aurélia Rostaing, Jean-Denis Serena et Marc Walter, Saint-Cloud : le palais retrouvé, Paris, Swan éditeur et Éditions du patrimoine, 2013


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search