La peinture au château de Versailles

Au sein du château de Versailles, la peinture, de concert avec les autres arts, est au service de la gloire du roi et du royaume. Elle participe par là même à la magnificence du lieu : aux décors peints des grands appartements, dus à des artistes français contemporains, répondent les tableaux des collections royales, chefs-d’œuvre de peintres français ou étrangers – italiens pour la plupart – parfois de siècles antérieurs.

Parmi nos voyageurs qui visitent la France au tournant du XVIIIe siècle, seuls Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck et Leonhard Christoph Sturm évoquent, dans des témoignages très similaires, les peintures qu’ils ont vues lors de leur visite partielle du château de Versailles. Christoph Pitzler, laconique, se contente de mentionner les « excellentes peintures » de la Grande Galerie.

Sauf autorisation, il est défendu à l’époque de dessiner sur place, ce qui explique en partie les lacunes dans les témoignages de nos voyageurs, écrits quelque temps après leur venue à Versailles. Ainsi, au sujet du plafond de la Grande Galerie, Knesebeck fait remarquer que « le roi de France […] a même interdit que quiconque en fasse des dessins » (fol. 53r). Les peintures du château, décors comme tableaux, sont diffusées par le biais de la gravure. Au sujet du plafond de la Grande Galerie, Knesebeck note que « tous les tableaux et ornements de ces plafonds ont pu être reproduits dans de superbes gravures » (fol. 53r) et Sturm, examinant les tableaux des collections royales, « pu[t] ainsi constater que les gravures sur cuivre, qu[‘il] avai[t] vues auparavant, étaient très précisément et proprement copiées d’après les originaux. » (p. 122)

Edelinck (Gérard), d’après Raphaël (Raffaello Sanzio, dit), La Sainte famille, 1677 (nos voyageurs signalent le tableau de Raphaël dans le salon de Mars). Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Des décors peints

Les salons du grand appartement du Roi

Les plafonds des salons du grand appartement du Roi, pourtant peints par de talentueux artistes, ne semblent pas avoir marqué Knesebeck et Sturm. Au sujet du plafond du salon de l’Abondance que René-Antoine Houasse a peint avec beaucoup d’élégance et de délicatesse, Sturm note de manière assez déconcertante :

« La peinture du plafond était une pièce plaisante sans sujet historique, si mes souvenirs sont bons. » (p. 118)

Knesebeck n’est pas plus loquace ; il semble lui aussi ignorer le nom des auteurs. Au sujet du salon de Diane, il donne seulement le nom de Charles Le Brun : « le plafond montre un champ circulaire et la corniche est surmontée de quatre champs semi-circulaires. Tous ces compartiments ont été dessinés par le Brun. » (fol. 52r)

S’il n’est pas l’auteur des peintures du plafond de ce salon, dues à Claude Audran, Louis-Gabriel Blanchard et Charles de La Fosse, Le Brun, premier peintre du roi, est le maître d’œuvre du décor du Grand Appartement du Roi. C’est lui qui a fourni les dessins des plafonds. En outre, les peintres Audran et La Fosse comptent parmi les élèves de Le Brun.

Rousseau (Jacques), Perspective de jardins, 1679-1680 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot

En revanche, dans le salon de Vénus, Knesebeck et Sturm remarquent « des perspectives peintes, que l’on dit être de Rousseau, un Français qui a excellé dans ce genre de peinture. » (Knesebeck, fol. 52r).

Nos voyageurs sont correctement renseignés : méconnu du grand public, l’auteur de ces décors est bien le peintre Jacques Rousseau, réputé pour ses trompe-l’œil qui ornaient résidences royales et hôtels particuliers parisiens. Dans le salon de Vénus, les trompe-l’œil que l’artiste a peints en 1679-1680 figurent deux perspectives architecturales et deux statues antiques dans de fausses niches.

La Grande Galerie

Nos deux voyageurs sont plus attentifs à la Grande Galerie « qui est ce qu’on peut voir de mieux et de plus magnifique dans tout Versailles » (Knesebeck, fol. 52v). Leur intérêt pour le plafond de cette pièce, peint par Charles Le Brun et son atelier entre 1680 et 1684, ne doit pas étonner : outre le fait que « la composition de cette galerie est tout à fait soignée et belle » (Knesebeck, fol. 53r), des représentations gravées circulent dans toute l’Europe, faisant une large promotion du lieu. Ainsi les voyageurs nourrissent-ils une forte attente quant à la pièce maîtresse du château.

Dans la Grande Galerie, les peintures sont à la gloire de Louis XIV, qu’elles mettent personnellement en scène : dans les principales compositions sont représentés des épisodes de la guerre de Hollande et, dans des médaillons, des épisodes de la guerre de Dévolution ainsi que des événements marquants du règne du jeune Louis XIV.

« Ces représentations [du roi sous les traits de Jupiter] sont assez insultantes pour les Nations auxquelles Louis XIV a fait la guerre, au point que l’on ne laisse pas de s’étonner que ce sage roi ait pu quotidiennement supporter la vue d’aussi énormes adulations et flatteries. […] Comme on le voit assez bien à l’une des entrées de la galerie, dans l’espace au-dessus de la grande arcade et jusqu’au plafond, les Alliés sont représentés en nombre contre la France sous une tente sombre, en train de fomenter leurs attaques secrètes. Dans le premier compartiment du plafond, le roi est peint sur son char du Soleil, s’avançant vers les ennemis la foudre à la main. Les nuages, comme décrit ci-devant, débordent des encadrements et dépassent cette même tente. Mercure les traverse et découvre la tente. C’est du plus bel effet, mais l’invention est par trop prétentieuse, assurément, et le roi a bien fait d’interdire que l’on fît sur place des dessins qui pourraient tomber en des mains étrangères. Un lourdaud de Hollandais aurait sinon eu beau jeu de se livrer à des interprétations délicates. » (Sturm, p. 121)

Le Brun (Charles), Prise de la ville et de la citadelle de Gand en six jours / Mesures des Espagnols rompues par la prise de Gand, vers 1680 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / René-Gabriel Ojéda / Franck Raux / montage Dominique Couto

Particularité qui n’a pas échappé à nos voyageurs, le plafond de la Grande Galerie développe un message politique contemporain explicite et humiliant pour les puissances vaincues par la France, principalement les Provinces-Unies, le Saint-Empire, le Brandebourg et l’Espagne qui s’étaient alliés lors de la guerre de Hollande. La défaite des ennemis de la France est ainsi exposée sans retenue aux yeux des prestigieux et influents visiteurs de Versailles.

Sturm ignore qu’une campagne de reproduction consacrée à la Grande Galerie a été lancée dans les années 1680. Cette campagne ayant été interrompue, le recueil de gravures ne verra le jour qu’au milieu du XVIIIe siècle.

Un « musée »

Knesebeck regrette que la Grande Galerie ne serve pas de lieu d’exposition, au contraire des galeries des palais italiens :

« Dans la Galerie de Versailles, on ne trouve pas de tableaux sur les murs, ce qui ne m’a pas plu. » (fol. 53r)

Toutefois, Versailles est aussi un écrin privilégié pour les collections royales, riches de plus de cinq cents tableaux de grande qualité. Nos voyageurs signalent des tableaux dans la majorité des pièces qu’ils ont visitées. Louis XIV, conseillé par son ministre Colbert, a fait l’acquisition dans les années 1660-1680 de nombreux tableaux, principalement des écoles italiennes et françaises. Certains provenaient de prestigieuses collections, comme celles du cardinal Mazarin ou du banquier Everhard Jabach. Des œuvres commandées par Louis XIV à des artistes contemporains, comme Charles Le Brun et Pierre Mignard, sont venues compléter les collections royales.

Une présentation réfléchie

Des tableaux de peintres étrangers et de peintres français cohabitent souvent dans une même pièce, notamment dans le salon de Mars :

« La salle n° 8 est la plus grande et la plus magnifique de toutes […]. Dans cette salle se trouvaient trois tableaux hors du commun mettant en concurrence les trois plus grands maîtres. […] L’un se trouve au-dessus de la cheminée et représente une sainte famille de Raphaël. Sur l’un des côtés est un grand tableau représentant le souper des apôtres à Emmaüs [par Véronèse]. […] La Famille de Darius est incontestablement le meilleur tableau qu[e Le Brun] ait jamais fait. Il est accroché sur le mur d’en face. » (Sturm, p. 120)

L’accrochage n’est évidemment pas le fruit du hasard. Selon nos voyageurs, la disposition des tableaux reflète un certain chauvinisme. La cohabitation vise à montrer que les artistes français soutiennent la comparaison avec les illustres artistes italiens, voire leur sont supérieurs. Au sujet du salon de Mars, Sturm remarque que la comparaison est biaisée :

« Le choix des œuvres n’est pas non plus impartial, parce que l’on n’a pas accroché ici les meilleurs tableaux de Raphaël et de Paul Véronèse. […] Même si le tableau de Le Brun est en effet très beau et irréprochable quant à la physionomie, les affects, la vérité de l’histoire, la convenance des habits, le dessin, l’ordonnance et le coloris, je n’ai vraiment pas pu trouver de différence ni comprendre la préférence que lui accordent les Français. » (p. 120)

Le Brun (Charles), La famille de Darius aux pieds d’Alexandre dit La tente de Darius, 1660 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot

L’appartement intérieur du Roi

Une partie des collections de tableaux de Louis XIV est exposée au premier étage du château de Versailles, dans l’appartement intérieur du Roi. À son sujet, Knesebeck note que « le plus remarquable est le nombre important de tableaux des meilleurs maîtres » (fol. 54r) et donne les titres et les auteurs des œuvres qui l’ont marqué. Contrairement au Grand Appartement, l’appartement intérieur du Roi – véritable musée particulier de Louis XIV – est un lieu intimiste où le visiteur ne peut pas se rendre sans l’autorisation personnelle du monarque.
Ces pièces richement décorées donnent aussi à voir des sculptures, des médailles, des bijoux et divers cadeaux diplomatiques.

Parmi les pièces de l’appartement intérieur du Roi, la plus spectaculaire est la Petite Galerie, « entièrement couverte de tableaux » (Sturm, p. 121). Écrin somptueux, son plafond a été peint par Pierre Mignard, rival de Le Brun. Dans la Petite Galerie, dite de Mignard, et les deux salons attenants sont exposées les plus précieuses peintures de la collection royale :

« Je remarquai, pour sa facture magnifique, un [saint] François en méditation dont j’ignorais cependant le nom de l’auteur. Deux portraits en buste du Guide, dont l’un représentait le dessin et l’autre le coloris. À côté étaient accrochés des portraits en buste de Jésus et de Marie qui semblaient également être de la main de ce même peintre. Une naissance du Christ, d’un format très petit, mais excellemment peinte par Carrache. Une sainte Catherine agenouillée devant le Christ, peinte par Corrège. Le portrait de Raphaël peint par lui-même lorsqu’il était très jeune. Un Ecce Homo de Mignard. L’Espérance, du même. » (Sturm, p. 121)

Achevée en 1685, la Petite Galerie a disparu au milieu du XVIIIe siècle.

Bien que le regard d’architecte de nos voyageurs n’ait pas été spécialement attiré par la peinture, le cycle pictural de la Grande Galerie et certains chefs-d’œuvre des collections royales n’ont pas échappé à Knesebeck et Sturm. Ce dernier fait même part d’observations personnelles et pertinentes, en particulier au sujet du plafond de la Grande Galerie dont il s’applique à décrypter le sens politique.

Beaucoup de tableaux qui se trouvaient dans les collections de Louis XIV sont conservés au musée du Louvre depuis la période révolutionnaire, à l’instar de La Joconde qui avait été accrochée à la fin du XVIIe siècle dans l’appartement intérieur du Roi. Privé de nombreux tableaux à la fin du XVIIIe siècle, Versailles n’a toutefois pas cessé d’être un écrin pour la peinture. Au XIXe siècle, le château s’est enrichi de nouveaux décors et de très nombreux tableaux d’histoire et de portraits de grands hommes commandés pour le musée de l’Histoire de France voulu par Louis-Philippe.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Ouvrage collectif, Versailles disparu de Louis XIV, Arles, Honoré Clair et Versailles, Château de Versailles, 2020.

Nicolas Milovanovic, Les grands appartements de Versailles sous Louis XIV : catalogue des décors peints, Paris, Réunion des musées nationaux et Versailles, Château de Versailles, 2005.

Hendrik Ziegler, Louis XIV et ses ennemis : image, propagande et contestation, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Versailles, Centre de recherche du château de Versailles et Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search