Projet ARCHITRAVE : Portraits de voyageurs

Le Voyageur (De Reiziger), Frans Hals, vers 1650, huile sur bois, Harleem, Frans Hals Museum
Source franshalsmuseum.nl (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site du Frans Hals Museum)

Dans le cadre du programme franco-allemand ARCHITRAVE (2017-2020), nous réalisons l’édition numérique de manuscrits, en grande partie inédits, de voyageurs allemands venus en France visiter Paris et Versailles au tournant du XVIIIe siècle. Notre blog Destination Versailles, qui accompagne ce projet et fait découvrir au grand public les thématiques abordées par ces textes, cite régulièrement dans ses billets ces visiteurs étrangers. Le projet ARCHITRAVE se déroulant jusqu’en 2020, date à laquelle ces textes seront publiés en allemand et en français sur un portail d’édition numérique, nous vous proposons en attendant de faire connaissance avec ces personnages et leurs écrits en les replaçant dans le contexte historique de l’époque.

Le rythme des voyages en Europe sous l’Ancien Régime est étroitement lié aux évènements historiques qui la secouent, notamment aux xvie et xviiie siècles. Dans les années 1680 commence une période de paix relative : en effet, en 1678, le traité de Nimègue met fin à la guerre de Hollande et place la France au rang de première puissance européenne. Louis XIV devient alors le souverain le plus puissant d’Europe et la période qui s’ensuit est l’occasion pour le Roi-Soleil de relancer le chantier de Versailles. C’est précisément à ce moment-là que l’architecte allemand Christoph Pitzler vient en France et visite le château de Versailles.

Extrait du carnet d’esquisses de Christoph Pitzler concernant les jardins de Versailles

Christoph Pitzler (1657-1707), Reysebeschreibung durch Teutschland, Holland […] Frankreich […], 1685-1688, Potsdam, Stiftung Preußische Schlösser und Gärten, Graphische Sammlung (manuscrit)

Pitzler, né près de Leipzig dans le Saint Empire romain germanique, travailla auprès duc de Saxe-Weissenfels, Jean-Adolphe Ier, probablement en tant qu’administrateur adjoint de l’argenterie. N’étant pas architecte de formation, Pitzler aurait acquis ses compétences en autodidacte et aurait ainsi réussi à convaincre le duc de l’envoyer faire un tour d’Europe pour voir les bâtiments les plus célèbres de France, des Pays-Bas et d’Italie. Notre architecte séjourne à Paris de 1685 à 1687 et en profite pour se rendre plusieurs fois Versailles. Durant son périple, Pitzler tient à jour un carnet de notes et d’esquisses dont voici un extrait ci-contre où il reproduit sous forme de croquis des plans et éléments d’architecture de Versailles. Des 140 pages du carnet de son voyage en France, 31 sont consacrées à Versailles. Ce manuscrit fut malheureusement détruit pendant la Seconde Guerre mondiale mais 160 photographies d’avant-guerre conservées à Potsdam permettent aujourd’hui de le redécouvrir.

En 1688 débute la guerre de la Succession palatine, dite aussi la guerre de la ligue d’Augsbourg, opposant la France et ses alliés – l’Empire ottoman et les jacobites irlandais et écossais – à la ligue d’Augsbourg, composée de princes du Saint Empire romain germanique et de son empereur, Léopold Ier, de Guillaume III de Hollande, du  roi d’Espagne Charles II et de Victor-Amédée II de Savoie. La guerre prend fin en 1697 avec le traité de Ryswick et ce n’est qu’à partir de là que les voyages depuis le Saint Empire peuvent reprendre. Les quatre voyageurs présentés ci-après se rendent en France durant cette courte période de paix qui durera jusqu’en 1701.

Extrait du journal de Lambert Friedrich Corfey

Lambert Friedrich Corfey le Jeune (1668-1733), Reisetagebuch 1698-1700, Münster, Landesarchiv Nordrhein Westfalen (manuscrit)

Corfey était un officier d’artillerie, originaire de Münster, fils d’un brigadier du même nom. Il participa en 1688 au siège de Belgrade, alors sous le joug de l’Empire ottoman. Il fut par la suite géomètre et maître d’œuvre, et participa notamment à la construction du canal Max-Clemens. Corfey et son frère, Christian Heinrich, parcourent la France entre 1698 et 1700, puis prennent le bateau à Marseille pour Gênes ; ils visitent Pise et Florence. Après un séjour de six mois à Rome, ils visitent Naples et se rendent en Sicile puis à Malte. En remontant vers Münster, les deux frêres s’arrêtent à Bologne, Venise, Munich et Strasbourg. Le journal de voyage de Corfey, dont une centaine de pages concernent le France, relate de nombreuses anecdotes sur la culture des pays qu’il traverse.

Leonhard Christoph Sturm (1669-1719), Architectonische Reise-Anmerkungen […], Augsburg, 1719, Los Angeles, The Getty Research Institute, Research Library (livre imprimé)

Théoricien de l’architecture, Sturm travailla au service d’Antoine-Ulrich, duc de Brunswick-Wolfenbüttel. Il fut professeur à Wolfenbüttel puis à Francfort-sur-l’Oder. Il travailla aussi pour le duc de Mecklenburg-Schwerin qui l’engagea comme maître d’œuvre à la construction et à la reconstruction de plusieurs bâtiments. Il est surtout connu pour son travail comme théoricien de l’architecture plutôt que comme maître d’œuvre. Les notes de son voyage en France en 1699 ont été publiées à titre posthume en 1719, sous la forme de lettres fictives adressées à un correspondant inconnu. Quatre-vingt des 140 pages de cet ouvrage concernent la France.

Leonhard Christoph Sturm, Martin Bernigeroth, publié en 1707 à Francfort-sur-l’Oder
Source portraitindex.de (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site Digitaler Portrait Index)

Extrait de Architectonische Reise-Anmerkungen […] de Leonhard Christoph Sturm

Extrait du manuscrit de Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck

Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck (avant 1680- après 1727), Beschreibung einer Reise von Braunschweig durch Holland nach Frankreich, vers 1699, Rostock, Universitätsbibliothek (manuscrit)

Knesebeck était très probablement l’étudiant de Leonhard Christoph Sturm qu’il accompagna lors de son voyage en France en 1699. Il rédigea lors de ce voyage un texte richement illustré dont on pense qu’il fut à l’origine de la publication de Sturm. Il aurait été remanié pour donner lieu à la publication posthume que nous connaissons aujourd’hui. Nous ne savons pas grand-chose encore de Knesebeck si ce n’est qu’il travailla, tout comme Sturm, pour le duc de Mecklenburg-Schwerin.

 

 

Ferdinand Bonaventure de Harrach (1637-1706), Tagebuch des Grafen Ferdinand Bonaventura I. von Harrachvom Jahre 1687 und 1698, Vienne, Osterreichisches Hauptstaatsarchiv (manuscrit)

Le comte de Harrach était un diplomate du Saint Empire romain germanique, sous le règne de Leopold Ier, envoyé en missions diplomatiques à la cour d’Espagne. Après une mission diplomatique infructueuse à Madrid alors que la guerre de la Succession d’Espagne couve, il fait une halte à Paris en octobre-novembre 1698 avant de regagner Vienne. Il nous laisse de son voyage un journal de 500 pages écrites de sa main qui nous est parvenu intact et dans lequel il consigne ses missions, notamment en Espagne. Lors de son passage à Paris, il fait réaliser son portrait par le très célèbre peintre français Hyacinthe Rigaud – portrait aujourd’hui conservé dans une collection particulière en Grande-Bretagne (voir le portrait en ligne) et reproduit dans la gravure ci-dessous.

Portrait du comte Ferdinand Bonaventure von Harrach, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Bildarchiv und Grafiksammlung, Porträtsammlung
Source portraitindex.de (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site Digitaler Portrait Index)

Extrait du journal de Ferdinand Bonaventure, comte de Harrach

En 1701 débute la guerre de la Succession d’Espagne opposant les grandes puissances européennes autour de la prise du trône après la mort sans descendance du dernier Habsbourg d’Espagne, Charles II. Dernière grande guerre de Louis XIV, elle ne se termine qu’en 1714, un an avant la mort du Roi-Soleil le 1er septembre 1715. La régence revient alors à son neveu Philippe d’Orléans alors que le petit Louis XV n’est âgé que de cinq ans. Cette période est propice à la reprise des voyages et voit notamment la célèbre visite du tsar Pierre le Grand en 1717.

Johann Balthasar Neumann (1687-1753), Briefe der Reise nach Frankreich 1722-1723, Würzburg, Staatsarchiv (manuscrit)

Neumann est certainement le personnage le plus connu de notre corpus. Il commença sa carrière à Wurtzbourg en tant qu’apprenti fondeur puis comme compagnon. Après avoir appris les mathématiques, il s’engagea dans l’armée où il devint ingénieur militaire puis voyagea à Milan et Paris. Ses liens privilégiés avec la famille des comtes Schönborn, grande famille du Saint Empire romain germanique, dont plusieurs de ses représentants exerçaient des fonctions ecclésiastiques importantes, firent de lui l’un des plus grands architectes de la période baroque. Il conçut notamment la résidence de Wurtzbourg, siège de l’épiscopat et chef-d’œuvre de l’architecture baroque allemande. Pendant son voyage à Paris entre janvier et avril 1723, Neumann correspond avec son maître, Johann Philipp Franz von Schönborn, prince-évêque de Wurtzbourg, et nous laisse 19 lettres dans lesquelles il émet jugements et critiques sur la tradition architecturale française et fait souvent montre de son admiration pour les décors intérieurs et les produits de luxe. Il rencontre en France l’architecte du roi, Robert de Cotte, et l’architecte du duc de Lorraine, Germain Boffrand, avec lesquels il discute de ses projets pour Wurtzbourg.

Portrait de Balthasar Neumann, par Marcus Friedrich Kleinert, 1727, huile sur toile, Mainfränkisches Museum Würzburg
Source commons.wikimedia.org (cliquer ici pour accéder à la source de l’image)

Extrait d’une lettre de Balthasar Neumann

Joachim Christoph Nemeitz, Séjour de Paris, c’est-à-dire, Instructions fidèles, pour les voiageurs de condition…durant leur séjour Paris, 1727, Leide, J. Van Abcoude

Nemeitz est un auteur allemand dont l’œuvre ne fait pas partie du corpus de manuscrits de notre future édition numérique, mais nous le citons très régulièrement dans nos articles car il est un extraordinaire complément à notre projet. Nemeitz écrivit un guide à l’usage de ses compatriotes allemands intitulé Séjour de Paris, c’est-à-dire, Instructions fidèles, pour les voiageurs de condition…durant leur séjour Paris, dans lequel il livre quantité de conseils pour préparer son voyage, des visites ou s’introduire auprès des cercles les plus élevés de la société française. Publié à l’origine en allemand, la traduction que nous citons est une traduction non autorisée imprimée en Hollande. Cet ouvrage eut un grand succès et fut très prisé par le public européen de l’époque. Il est consultable sur Gallica à cette adresse.

Tous ces textes offrent de précieux témoignages de ces voyages qui se déroulaient aux xviie et xviiie siècles. Leur diversité fait état des différentes raisons motivant ces déplacements, qu’il s’agisse de voyages diplomatiques ou de formation dans le cas des architectes et maîtres d’oeuvre. Ils se déroulent tous sous le règne de Louis XIV puis sous la Régence, de 1685 avec le voyage de Pitzler à 1723 avec celui de Neumann. Ces voyages sont généralement longs et la durée des séjours à Paris est dans la plus part des cas de plusieurs semaines. Les textes de notre corpus permettent aujourd’hui d’apprécier la réception de l’art français par la culture allemande. Bien qu’admiré, l’art français, et particulièrement l’architecture, est tout de même considéré avec une certaine distance critique par ces voyageurs étrangers. Nous en parlerons très prochainement dans un nouvel article en prenant pour exemple Versailles !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26/03/2018

    […] et indiquent le nom des peintres, le titre et la date d’exécution figurant sur les tableaux. Christian Friedrich Gottlied von dem Knesebeck, par exemple, en fait l’inventaire et en dénombre 69. Voici ce qu’il décrit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.