Emplettes parisiennes (2)

Dans notre précédent billet, nous avons évoqué l’intérêt des cours allemandes pour deux fleurons du savoir-faire parisien au tournant du XVIIIe siècle : la haute couture et la carrosserie. Les habits et les véhicules ne sont pas les seules marchandises que les voyageurs Harrach et Neumann viennent chercher à Paris.

Un souvenir personnalisé : un portrait par Rigaud

« Emplette » atypique, Harrach se fait portraiturer par l’un des meilleurs portraitistes du Grand Siècle : le peintre Hyacinthe Rigaud.

Agréé en 1684 à l’Académie royale de peinture et de sculpture, à laquelle il sera reçu en 1700, Rigaud jouit d’une réputation remarquable à l’époque où Harrach lui rend visite. Surchargé de commandes, Rigaud vient de peindre des portraits de Louis XIV et de son fils, le Grand Dauphin, toiles qu’Harrach voit dans l’atelier du peintre :

« Paris, mercredi 29 octobre. […] L’après-midi, le comte de Lamberg, mon fils et moi sommes allés chez un peintre du nom de Rigaud, qui réalise des contrefaits très ressemblants, et avons vu là des portraits du roi, du Dauphin, du prince de Conti et de nombreux personnages distingués de la cour. » (464)

Parmi les portraits de Louis XIV par Rigaud, celui du roi en costume de sacre, datant de 1701, est le plus célèbre. Le succès des portraits de Rigaud vient de leur excellente qualité d’exécution et de leur ressemblance avec le modèle. Outre les personnes de la cour et les artistes, Rigaud a peint des particuliers.

Rigaud (Hyacinthe, atelier de), Portrait en pied de Louis XIV âgé de 63 ans en grand costume royal, 1701 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin

Assez réticent – sans doute à l’idée de devoir faire preuve d’une grande patience –, Harrach finit par prendre la pose :

« Paris, mercredi 5 novembre. Les miens m’ayant si souvent assailli de prières pour que je me fisse peindre, afin que mon portrait demeurât dans la maison en souvenir de moi, je m’y suis enfin résolu et ce matin j’ai posé pour Rigaud […]. Bergeret était là aussi et pendant tout le temps je devais m’entretenir avec lui et avec le peintre, pour ne point avoir une mine trop sérieuse. » (475)

Harrach a dû braver l’« ennui » : au lieu de trois, Rigaud a sollicité finalement cinq séances pour réaliser le portrait du comte. Cela n’en valait-il pas la peine ? À la fin, on pouvait s’enorgueillir de posséder de soi « un portrait ressemblant mais encore une œuvre d’art » (480), exécuté par l’un des meilleurs portraitistes du temps !

Rigaud (Hyacinthe), Portrait de Ferdinand Bonaventura I, comte de Harrach, 1698, huile sur toile, 91,7 × 73 cm, château de Rohrau, collection de peintures des comtes de Harrach.

Des chiens de chasse ou de compagnie

Harrach et Neumann cherchent à se procurer des chiens. Harrach s’intéresse aux épagneuls. Il en existe à l’époque deux catégories : les uns, de grande taille, sont des « chiens d’utilité », précisément des « chiens d’arrêt » utilisés pour la chasse, les autres, guère plus grands que nos chihuahuas, sont des chiens de compagnie, chiens d’intérieur.

Sève (Jacques de), [L’Épagneul], 1753 Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France. En haut, l’épagneul nain continental.

« Paris, lundi 3 novembre. Nous sommes allés voir de jeunes épagneuls ils étaient une bonne cinquantaine, logés dans différentes pièces, dans des paniers, j’étais prêt à donner pour un chien noir et blanc et une chienne presque entièrement noire 13 louis d’or, soit, dans notre monnaie, 122 f[orints], mais je crois que je peux encore les avoir pour moins. » (470)

La présence des chiens dans des paniers et leur nombre laissent penser qu’il s’agit d’épagneuls de compagnie. À partir du XVIe siècle, ce chien est à la mode dans les cours européennes. Il est représenté sur plusieurs portraits royaux peints, notamment aux côtés de Louis XIV.

Quant à Neumann, il mentionne que le chien qu’il cherche à obtenir pour le prince-évêque de Wurtzbourg est un chien de chasse, mais ne précise pas sa race. Il s’agit probablement d’un épagneul ou d’un braque, chiens de chasse par excellence.

Les chiens d’arrêt se sont répandus en France au XVIe siècle mais, jugés trop meurtriers, leur réglementation est très encadrée. À l’époque où nos voyageurs viennent en France, ils sont réservés à quelques privilégiés.

Des achats variés et de l’espionnage industriel

Harrach s’est rendu dans toutes sortes de boutiques pendant son séjour à Paris. Ses achats sont variés : de l’« eau de la Reyne, sirop capillaire, cachous, poudre pour les cheveux et autres semblables articles », un jeu de table avec les pièces assorties, deux tables de service roulantes « pour les desserts » ; enfin, « toutes sortes de choses » au Palais Royal.

Le cachou, réputé bon pour les dents et l’estomac et utilisé pour parfumer l’haleine, s’achetait chez les apothicaires. Il en existait différents parfums, énumérés dans un traité de médecine de la fin du XVIIIe siècle : fleur d’orange, violette, bergamote, cannelle et ambre. Le sirop capillaire, que l’on trouvait aussi chez les apothicaires, n’a aucun rapport avec le soin du cuir chevelu : il s’agit d’un sirop, à l’époque produit au Canada et à Montpellier, utilisé pour guérir le rhume et les maux de poitrine. Son nom de « capillaire » lui vient de la petite fougère dont on se sert pour obtenir le sirop. Quant à l’eau de la Reine, appelée aussi « eau de Hongrie », c’est un parfum à base de romarin en vogue à la cour de Louis XIV.

Neumann ne fait pas les magasins à la manière d’Harrach, sa démarche est différente ; ce qu’il achète servira de modèles aux artisans qui travaillent au château de Wurtzbourg :

« J’ai trouvé assez utile de pouvoir faire des copies de tous ces objets afin d’en composer par la suite d’encore plus riches, ce que je m’engage à faire. J’ai bien observé le goût des gens d’ici, et je pourrai l’imiter à la plus grande satisfaction de Votre Altesse. » (29 mars 1723)

La diversité des objets acquis prouve que les artisans parisiens excellent et sont à la pointe de la modernité dans plusieurs disciplines. La moisson de Neumann comprend, entre autres, « de beaux chenets, appliques, statues, miroirs, objets dorés ou non dorés, en bois sculpté et en bronze, en partie pour servir de modèles, et qui sont de la dernière mode et manière de faire. » (29 mars 1723)

Ainsi, outre les trois calèches, les achats de Neumann remplissent six caisses : « tout cela a été fermé par la douane, y compris les calèches, et scellé au plomb et le tout devra donc arriver fermé à Wurtzbourg. » (29 mars 1723)

Pendant son séjour à Paris, Neumann s’est également mis en quête d’une main-d’œuvre qualifiée. Ainsi, un compagnon serrurier, un sculpteur d’ornements, un tapissier et un doreur viendront en personne exercer leur savoir-faire à la cour du prince-électeur.

 

À partir de la fin du XVIIe siècle, les exportations depuis Paris vers les cours étrangères sont fréquentes. Le commanditaire peut passer commande directement auprès des artisans parisiens, envoyer un intermédiaire ou encore s’appuyer sur un réseau de connaissances sur place. C’est par ce moyen-ci que parviendront en Franconie les fusils et pistolets que le prince-évêque de Wurtzbourg avait demandé à Neumann d’acheter, mais que celui-ci n’avait pas eu le temps de faire expédier avant son départ :

« Je n’ai pas eu le temps de tout faire et j’ai organisé la chose avec de bons amis de telle manière que je puisse à tout moment demander ce dont j’ai besoin à Paris, que ce soient des gens ou des ouvrages, des dessins pour l’intérieur des pièces et d’autres choses de ce genre. » (3 avril 1723)

 

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Katharine MacDonogh et Danièle Momont (traductrice), Histoire des animaux de cour, Paris, Payot, 2011.

Stéphan Perreau, Hyacinthe Rigaud 1659-1743 : le peintre des rois, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2004.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search