Emplettes parisiennes (1)

Le touriste d’aujourd’hui rapporte machinalement un souvenir emblématique du lieu où il s’est rendu, le plus souvent une babiole ou un objet d’artisanat, décoratif ou utilitaire. Au tournant du XVIIIe siècle, deux de nos voyageurs, Ferdinand Bonaventure de Harrach et Johann Balthasar Neumann, profitent de leur séjour à Paris, en 1698 pour le premier, en 1723 pour le second, pour faire des achats.

Si Harrach semble faire les magasins, la démarche de Neumann est différente. Ce dernier achète divers objets auprès d’artisans pour le compte de son maître, Johann Philipp Franz von Schönborn, prince-évêque de Wurtzbourg, destinés à l’ameublement du château de Wurtzbourg dont il est l’architecte. Ces objets serviront de modèles, « afin d’en composer par la suite d’encore plus riches ». La production parisienne, réputée pour son excellence, est alors un modèle à imiter.

À l’époque de nos voyageurs, il n’y a pas de monnaie unique. Pour payer les marchands et les artisans français, Harrach et Neumann recourent aux lettres de change. Par l’intermédiaire d’une banque, le créancier donne l’ordre de régler une somme dans la monnaie du pays où la transaction est conclue :

« Son Altesse aura l’obligeance […] de me fournir une lettre de change par l’intermédiaire de M. Metzel à Francfort qui la transmettra à Strasbourg à la compagnie de M. Kormann et de là elle sera remise à M. Kormann, banquier dans la rue Saint-Martin à Paris. » (Neumann, 17 février 1723)

L’espace Schengen n’existe pas non plus. Pour voyager à travers l’Europe, les marchandises sont soumises à déclaration et à droit de franchise. Elles doivent être accompagnées de documents douaniers, appelés « passeports ». Une fois ces certificats délivrés par les autorités royales, les marchandises, en caisses ou paquets plombés à la douane, échappent aux droits douaniers et voyagent sans devoir être ouvertes de nouveau. C’est une faveur royale limitée au cercle des souverains, de leurs proches et de leurs représentants. La procédure est évoquée par Neumann :

« Tout cela [six caisses] a été fermé par la douane, y compris les calèches, et scellé au plomb et le tout devra donc arriver fermé à Wurtzbourg. » (29 mars 1723)

« Les calèches et le reste […], tout est scellé avec le plomb du roi, et accompagné des passeports royaux comme d’usage. » (3 avril 1723)

Des habits à la dernière mode

Dans les années 1670-1680, Paris s’impose comme la capitale de la mode. La production parisienne se caractérise par un savoir-faire d’excellence qui allie innovation technique et matières précieuses. La mode de la cour de France sert de modèle : elle est imitée non seulement par Paris, mais aussi par les provinces et les cours étrangères, dont princes et courtisans achètent des textiles en France. Les adresses des meilleurs artisans sont diffusées notamment par les almanachs.

Destinés à être portés à l’occasion du mariage de Joseph de Habsbourg, les habits que Harrach choisit sont parés d’accessoires luxueux :

« Paris, vendredi 31 octobre. […] Pour ma femme, un brocart d’or sur fond noir, et pour ma fille Rosa, un d’or sur fond bleu, très beaux et fastueux mais très chers, pour moi, j’ai pris en plus des vestes et pour garnir les robes des deux femmes, j’ai choisi de la dentelle d’or, et cela a pris toute la matinée. » (466)

Ces articles sont représentatifs des marchandises exportées à l’époque par l’intermédiaire de courtisans qui, comme notre voyageur, sont envoyés à Paris pour faire des courses. À partir de 1680, année du mariage de Marie-Anne de Bavière avec le Grand Dauphin, fils de Louis XIV, commence l’export de produits de luxe vers l’Allemagne, où la mode française connaît un grand succès.

Bonnart (Henri), Chevalier, 1695 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Jean-Marc Manaï

Les soieries brochées – appelées « brocarts » – et brodées sont à l’époque les textiles les plus somptueux et les plus chers. Le dessin des motifs, très riche à la fin du XVIIe siècle, dépend de la mode du moment. La broderie, essentielle car révélatrice de la qualité du porteur, ne recouvre jamais entièrement le tissu de fond, lui aussi fastueux, qui peut être du velours, damas, satin ou soie. La dentelle d’or, constituée en réalité de fils d’argent doré, est également luxueuse.

L’usage voulait que le brodeur présente à son client des dessins ou des échantillons. Cela explique en partie pourquoi Harrach passe beaucoup de temps avec l’artisan.

Harrach ne s’étend pas sur la description des habits qu’il choisit : outre des « vestes », il achète pour lui « un habit fourré à galons dorés », un manteau d’apparat « couleur café et or ».

Des véhicules à la pointe du progrès et du raffinement

À la fin du XVIIe siècle, la production hippomobile est réservée à une élite fortunée. Comme pour la mode, Paris est la référence. Harrach repère une voiture « fort belle et qui devrait bien rouler » en cours de fabrication et qu’il compte acheter. Il se rend aussi chez un sellier pour faire fabriquer une « chaise roulante » dans de brefs délais, puisque notre voyageur doit quitter Paris cinq jours plus tard. Il choisit également les « chevaux anglais d’attelage à voiture ou à chaise » qui la feront avancer.

Plus de vingt ans après Harrach, Neumann cherche à acquérir des carrosses et à rassembler les connaissances nécessaires pour en construire.

La carrosserie parisienne est alors à son apogée. Les voitures françaises, à la pointe du progrès, se sont imposées sur le marché international par leur raffinement et leur perfection, séduisant une clientèle exigeante. Preuve de leur succès, le tsar Pierre le Grand commande en 1717 un carrosse et, dix ans plus tard, le roi Jean V de Portugal vingt-quatre berlines d’apparat.

Ne se contentant pas de ce qui est disponible sur le marché, Neumann dessine sa « chaise », probablement une « chaise de poste ». Déterminé, il se renseigne pendant plus d’un mois sur les aspects les plus techniques, en rencontrant quotidiennement les meilleurs maîtres-artisans :

« J’ai aujourd’hui l’intention de retourner à Paris, où j’ai dessiné une voiture pour 4 et 2 personnes. […] Je vais m’informer pour savoir comment on construit un carrosse et chercher de bons dessins, et j’en achèterai un qui soit déjà fabriqué, ayant déjà servi et d’un prix raisonnable. […] J’ai déjà commencé à chercher de bons systèmes de suspension avec des ressorts en acier pour les voitures de grande et moyenne dimension, ainsi que des toitures, des portes, des pièces de ferronnerie, des poignées, des harnais et des rênes, et à partir de ces éléments je vais faire fabriquer une voiture qui pourra servir de modèle. » (7 février 1723).

Neumann fait finalement l’acquisition des véhicules d’un ambassadeur d’Espagne, le duc d’Osuna : un grand carrosse officiel qui « correspond parfaitement aux intentions [du prince-évêque] », un carrosse en coupé pour deux personnes et une berline pour quatre personnes avec un attelage pour six chevaux.

Picart (Bernard), Planche extraite du Premier des magnifiques carosses (sic) de Monseigneur le duc d’Ossuna, Amsterdam, 1714 Source Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art, collections Jacques Doucet, NUM FOL EST 462

Au XVIIIe siècle, les berlines, plus sûres et plus rapides, remplacent les carrosses désormais réservés aux cérémonies. La description que Neumann donne du coupé, avec attelage de deux chevaux, laisse deviner le luxe des productions parisiennes du temps : il est richement doré à l’or fin, garni de dentelle de velours rouge, de franges dorées, avec les portes, le plafond et les sièges brodés au point d’Espagne et l’extérieur décoré de peintures.

Afin d’acquérir les trois calèches, Neumann reçoit une lettre de change pour un montant de 25 000 livres. Il les achète pour 19 600 livres avec de « très belles rênes ». L’argent restant lui permettra de faire d’autres acquisitions :

« Avec le reste de l’argent je saurai acheter de beaux modèles de cheminées, d’autres rênes de calèches, des fauteuils, des canapés et des appliques, et tout ce que je penserai être bon d’acheter, toutes proportions gardées, et je ferai envoyer ces choses-là à Strasbourg et Mayence. » (15 mars 1723).

Dans un prochain billet, nous continuerons l’évocation des achats multiples et variés, parfois surprenants, de nos voyageurs.

 

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Pierre Arizzoli-Clémentel et Pascale Gorguet Ballesteros (sous la direction de), Fastes de cour et cérémonies royales, le costume de cour en Europe (1650-1800), Versailles,  château de Versailles et Paris, Réunion des musées nationaux, 2009.

Daniel Roche (sous la direction de), Voitures, chevaux et attelages du XVIe au XIXe siècle, Paris, Association pour l’académie d’art équestre de Versailles, 2000.

Corinne Thépaut-Cabasset, « Garde-robe de souverain et réseau international : l’exemple de la Bavière dans les années 1680 » dans Se vêtir à la cour en Europe (1400-1815), p. 177-193.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.