Visiter Versailles à l’époque du Roi-Soleil (épisode 3 : savoir se tenir)

Aujourd’hui, dans n’importe quel musée ou institution culturelle exposant des objets d’art, tout visiteur se doit de respecter certaines règles comme l’interdiction de toucher aux œuvres ou l’introduction d’objets dangereux. Si vous voulez tout savoir sur comment bien se tenir à Versailles, vous pouvez consulter les règlements de visite du château (ici) et des jardins (et là). Mais qu’en était-il sous le Roi-Soleil ? Au xviie siècle, le château était avant tout la résidence du roi et, par conséquent, plusieurs règles sévissaient à la cour tel que le cérémonial ou l’étiquette : le premier régissait les cérémonies publiques, la seconde relevait des aspects de la vie privée du roi et de la cour (qui se déroulait tout de même publiquement en majeure partie). L’étiquette codifiait tous les rapports entre les individus et rythmait la vie quotidienne. Ainsi, visiter Versailles exigeait du visiteur qu’il se pliât à ces règles. Mais encore fallait-il les connaître ! Un visiteur étranger qui n’était pas au fait des us et coutumes de la cour pouvait s’exposer au déshonneur (ou pire, au ridicule !) s’il se retrouvait dans un endroit où il n’était pas censé aller par exemple. Rassurez-vous, vous n’étiez pas envoyé directement au cachot, vous risquiez surtout de vous faire railler par les courtisans…

Au château, les visiteurs sont à l’honneur jusqu’au 25 février 2018 avec l’exposition « Visiteurs de Versailles, 1682-1789 », que nous vous invitons à découvrir !

Entre moqueries de la cour…

Les membres de la famille royale de France réunis autour du Dauphin né en 1781, huile sur toile, école française, 1782
© Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Une méconnaissance des us et coutumes de la cour pouvait vous mettre dans l’embarras. Par exemple, un visiteur anglais, Arthur Young, assiste en mai 1787 à la cérémonie d’investiture dans l’ordre du Saint-Esprit du duc de Berry, fils du comte d’Artois (futur Charles X et frère de Louis XVI), cérémonie dite aussi du cordon bleu. Pour vous expliquer ça très simplement, se trouvent réunis le roi, Louis XVI, dont Arthur Young nous dit qu’il « paraissait, par sa conduite et son inattention, désirer être à la chasse », et son neveu de 10 ans, le duc de Berry, s’apprêtant à être sacré chevalier de l’ordre du Saint-Esprit. À cette occasion, le roi doit lui remettre un cordon bleu (pensez aux écharpes que portent les maires ou, accessoirement, miss France, autour du torse), attribut des chevaliers de l’ordre. Face à toute cette pompe, Arthur Young se méprend sur l’identité du jeune garçon qu’il s’imagine être le dauphin. Afin d’en avoir le cœur net, il se renseigne auprès d’une dame de la cour se tenant près de lui. Arthur Young nous fait part de sa réaction :

« elle me rit au nez, comme si j’avois été coupable de la plus grande absurdité ; sa conduite fut d’autant plus insultante, qu’en faisant des efforts pour se retenir, elle marquoit davantage son mépris. »

Il demande alors à son compagnon quelle erreur il a bien pu commettre ; celui-ci lui explique que le dauphin reçoit le cordon bleu dès la naissance (à son baptême) et que le garçon devant lui ne peut donc être le dauphin (et que tout le monde le sait !). Arthur Young, vexé, écrit :

« il étoit impardonnable à un étranger d’ignorer une partie si importante de l’histoire de France, que celle de donner à un enfant une bavette bleue au lieu d’une bavette blanche »

Arthur Young, Voyages en France, pendant les années 1787, 88, 89 et 90 (édition de 1794 en ligne sur Gallica), p. 43.

…Et incompréhension des visiteurs

Si les comportements et réflexions des visiteurs pouvaient amuser ou choquer les courtisans, l’inverse était également vrai.  Les us et les coutume de la cour pouvaient surprendre les visiteurs. Par exemple, il était déstabilisant pour un étranger de voir le roi en déshabillé lorsqu’il se levait. Envoyé impérial de la cour du Saint-Empire-Romain germanique, Lobkowitz, dès son arrivée à la cour en 1685, témoigne à l’empereur Léopold Ier :

« Il m’a semblé  d’autant plus suspect d’entendre, mais aussi de voir, que le roi économise sur sa propre garde-robe et sur les banquets et divertissements habituels. C’en est au point qu’on se demande si tout cela provient d’un manque d’argent, ou du fait qu’il a l’intention de rassembler une somme importante afin d’entreprendre de nouvelles conquêtes, le moment venu […]. »

Hendrik Ziegler, Louis XIV et ses ennemis. Image, propagande et contestation, 2013, Paris, Presses universitaires de Vincennes, p. 204-205.

Voir le roi en robe de chambre, laissant penser que celui-ci faisait des économies sur sa garde-robe, pouvait donc mener les diplomates vers de fausses pistes.

Arthur Young, encore une fois, témoigne de la lourdeur de l’étiquette à la cour. Il décrit le moment du grand couvert (que j’ai déjà évoqué dans un précédent article) et compare cette coutume avec celle du roi de Prusse :

« Ç’auroit été pour moi un repas fort désagréable, et si j’étois souverain, j’abolirois les trois quarts de ces formalités stupides. Si les rois ne dînent pas comme les autres hommes, il perdent beaucoup des plaisirs de la vie ; leur situation est bien faite pour les priver d’une infinité de ces plaisirs, et ils se soumettent encore à de folles coutumes qui tendent à les priver du reste. Le seul dîner agréable et amusant est une table de dix à douze couverts de personnes choisies: les voyageurs disent que c’étoit la coutume du roi de Prusse, qui connoissoit trop bien le prix de la vie pour la sacrifier à de vaines formalités d’un côté, ou une réserve monastique de l’autre. »

Arthur Young, Voyages en France, pendant les années 1787, 88, 89 et 90 (édition de 1794 en ligne sur Gallica), p. 44.

Quelques règles de conduite

De manière surprenante, les règles à respecter n’apparaissent nullement dans les guides du château, mais certains récits de voyageurs donnent des conseils pour ne pas se trouver en difficulté. Par exemple, on ne pouvait pas cracher dans l’enceinte du palais ou s’appuyer sur les meubles. Dans son ouvrage Séjour de Paris que l’auteur allemand Nemeitz adresse à ses compatriotes, il indique :

« Il ne faut jamais ouvrir de soi-même une porte, devant laquelle sont des gardes, mais la faire ouvrir à quelcun d’eux, après leur avoir fait entendre avec honêteté, qu’on souhaite d’entrer. Qu’on ne paroisse non plus à la Cour, une canne à la main, ni en surtout, ni couvert d’un manteau ; ni qu’on se promène pas toûjours dans les Antichambres. »

La surveillance du château et des jardins ou la maison militaire du Roi

Pour faire respecter ces règles et protéger le roi, plusieurs corps militaires se partageaient la surveillance du domaine. Ces corps se divisaient entre ceux chargés de surveiller l’extérieur et l’intérieur du château. Les gardes françaises et les gardes suisses surveillaient l’extérieur ; le service intérieur était fait par les gardes du corps, la compagnie des gardes suisses et la compagnie des gardes de la Porte.

Arrivée de Louis XIV précédé des gardes du corps en vue de l’ancien château de Versailles en 1669, huile sur toile par Adam Frans van der Meulen, vers 1669
© Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Parmi ceux chargés de surveiller l’intérieur du château, nous pouvions trouver :

  • les gardes du corps
  • les Cent-Suisses
  • les gardes de la Porte

À l’extérieur du château :

  • les gardes françaises
  • les gardes suisses

Au xviie siècle, les gardes de la Prévôté, sous l’autorité du Grand Prévôt de France, étaient à l’affût des voleurs qui écumaient le château et les jardins de Versailles. Leur rôle principal était de patrouiller et de tenir à l’œil tous ceux qui entraient dans l’enceinte de la demeure royale.

 Pour en savoir plus sur ce sujet :

  • Sur l’étiquette à la cour, voir l’article de Benjamin Ringot, « L’Art de se conduire à la cour » dans le catalogue de l’exposition « Visiteurs de Versailles. Voyageurs, princes, ambassadeurs. 1682-1789 » (dir. Daniëlle Kislud-Grisheide et Bertrand Rondot, 2017)
  • Sur les réactions des étrangers, voir l’ouvrage d’Hendrik Ziegler, Louis XIV et ses ennemis. Image, propagande et contestation (Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2013)
  • Sur l’organisation de la surveillance du château et la protection du roi, voir l’ouvrage de Mathieu da Vinha, Le Versailles de Louis XIV (Paris, Perrin, 2009)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *