Visiter Versailles à l’époque du Roi-Soleil (épisode 1 : accéder au château et aux jardins)

Si vous êtes déjà venu au château de Versailles, vous savez qu’il vous faut d’abord acheter votre billet, sur place ou en ligne, puis attendre patiemment votre tour au contrôle de sécurité pour enfin avoir la chance de visiter, avec à vos côtés des touristes du monde entier, l’incontournable galerie des Glaces et le grand appartement du Roi. Certains espaces ne se visitent qu’accompagné d’un guide, tels les appartements privés du roi ou ceux de ses maîtresses. Vous pouvez en revanche vous rendre gratuitement dans les jardins, sauf lors de certains évènements comme les Grandes Eaux. Cela vous surprendra peut-être, mais sous l’Ancien Régime le château et les jardins de Versailles étaient aussi accessibles qu’aujourd’hui, si ce n’est plus. Spécificité française, les demeures des rois étaient ouvertes au peuple et aux visiteurs venus de l’étranger. Cependant, si vous vouliez mettre toutes les chances de votre côté pour voir le plus grand nombre d’endroits dans le château, certaines précautions devaient être prises. Suivez le guide !

Au château, ce sujet est à l’honneur jusqu’au 25 février 2018 avec l’exposition « Visiteurs de Versailles, 1682-1789 », que nous vous invitons à découvrir !

Le château

Vue du château de Versailles, du côté de l’avant-cour en 1682, gravure d’après un dessin d’Israël Silvestre
© Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) / Franck Raux (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Sous l’Ancien Régime, le château de Versailles était ouvert à tous les visiteurs, quel que soit leur statut ou leur nationalité, de sorte que s’y côtoyaient quotidiennement des courtisans, des gens du peuple désireux d’apercevoir le roi ou d’explorer son palais et des étrangers curieux de découvrir les us et coutumes de la cour de France. L’Anglais Arthur Young, en visite à Versailles à la veille de la Révolution, constate avec surprise que « tout le palais, excepté la chapelle, est ouvert à tout le monde ».  Tout un chacun pouvait y entrer gratuitement à condition d’être convenablement vêtu et de ne pas appartenir à l’une des trois catégories suivantes, sous peine de se faire recaler dès les premières grilles :

  1. les prostituées
  2. les moines mendiants
  3. les personnes ayant récemment contracté la petite vérole

Les conditions d’accès au château pouvaient varier selon que le roi y était présent ou non. L’auteur allemand Nemeitz nous explique que « s’il n’y avoit point de solennitez, l’on a pu aller à la Cour avec une pleine liberté ». En revanche, les choses se compliquaient dès lors que le roi s’y trouvait. De manière générale, il faut distinguer les espaces que les visiteurs pouvaient parcourir librement, à savoir les lieux de représentation, comme la galerie des Glaces et le grand appartement du Roi, et les espaces plus privés de la résidence.

Si vous vouliez mettre toutes les chances de votre côté pour visiter le plus d’endroits possibles dans le château, il vous fallait :

  • être bien habillé

Vue du château de Versailles sur la cour de la Chapelle au début du xviiie siècle, huile sur toile d’après Jacques Rigaud
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Nemeitz conseille dans son ouvrage un « habit chamarré ». Il fallait « donner dans la vue » comme l’on disait à l’époque. Arthur Young, à la veille de la Révolution, témoigne pourtant de sa surprise en voyant tout ce monde mal vêtu :

« Nous passâmes à travers une vaste foule de peuple pour voir la procession, et il y en avoit qui n’étoient pas trop bien habillés, d’où qu’il ensuit qu’on ne fait pas de questions ; mais les officiers à la porte de la chambre où le roi dîna ne permirent pas indistinctement à tout le monde d’entrer. »

Arthur Young, Voyages en France, pendant les années 1787, 88, 89 et 90 (édition de 1794 en ligne sur Gallica), p. 45.

Si l’on s’en tient au récit de ce visiteur britannique, être mal habillé ne vous empêchait pas de pénétrer dans le château, mais une tenue soignée pouvait vous ouvrir plus de portes. En outre, on avait coutume de dire que le château n’était accessible aux hommes qu’à condition qu’ils portent le chapeau et l’épée, et que le concierge en louait aux visiteurs qui s’en trouvaient dépourvus.

Les Écuries vues du château de Versailles, huile sur toile par Jean-Baptiste Martin, 1688. Détail montrant madame de Maintenon s’apprêtant à monter en carrosse pour Saint-Cyr
© Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

  • être d’un rang social élevé

Là, c’est affaire de naissance, on l’est ou on ne l’est pas. Le comte de Harrach, aristocrate et diplomate du Saint-Empire, a la chance de se fait escorter lors de sa visite par Dominique-Léonard Turola, garde-meuble du château, et Alexandre Bontemps, premier valet de chambre du roi. Il visite ainsi les appartements privés du roi, du dauphin et le cabinet des Médailles. Une fois dans les jardins, on fait jouer les eaux rien que pour lui.

« ce Monsieur Turola ayant fait savoir à Monsieur de Bontemps, qui est Gouverneur de Versailles, que le comte d’Harrach est ici et désirait voir le jardin, celui-ci m’a reconnu d’après mon nom et a répondu : c’est un grand ministre de l’emp[ereur] qui sert bien son maître, et son fils est amb[assadeur] en Espagne : qu’on lui fasse jouer les eaux, je le prends sur moi, le roi en sera content […] »

  • connaître quelqu’un au château

Connaître un garde suisse par exemple, chargé de surveiller la chambre du Roi, pouvait se révéler utile si vous souhaitiez y rentrer. Il était tout de même préférable de compter parmi ses connaissances un membre influent de la cour, qui pouvait vous ouvrir certaines portes et vous introduire auprès de la famille royale.

Ainsi, si le château était théoriquement ouvert à tous, l’accès à certaines parties plus privées dépendait surtout du statut social du visiteur et de son introduction auprès de membres importants de la cour.

Les jardins

Veue des Tuillerie et du jardin comme il est à présent, gravure par Adam Perelle, xviie siècle
Source INHA (cliquer sur l’image pour accéder à sa source dans la bibliothèque numérique de l’INHA)

Louis XIV avait également souhaité que les jardins soient accessibles au public, dans la tradition du lex hortorum, pratique apparue à la Renaissance qui consistait à ouvrir à tous certains jardins de villas romaines. Déjà en France, les jardins des Tuileries, aménagés sous Catherine de Médicis puis redessinés par Le Nôtre sous Louis XIV, étaient libres d’accès : les parisiens venaient y discuter affaires, mariages et, comme l’écrit Charles Perrault, « de toutes les choses qui se traitent plus convenablement dans un jardin que dans une église. » L’écrivain nous raconte d’ailleurs dans ses Mémoires comment il a dissuadé Colbert de fermer les jardins des Tuileries. Le ministre souhaitait en effet les conserver à l’usage exclusif du roi et empêcher le peuple de les dégrader, mais devant la détermination de Perrault et l’assurance des jardiniers que le peuple ne détériorait pas les lieux, il n’en fit rien.

« Je suis persuadé, continuai-je, que les jardins des Rois ne sont si grands et si spacieux, qu’afin que tous leurs enfants puissent s’y promener. »

Mémoires de Charles Perrault, de l’Académie française et premier Commis des bâtiments du Roi contenant beaucoup de particularités et d’anecdotes intéressantes du ministère de M. Colbert, 1759, Livre IV, p. 186.

C’est donc naturellement que les jardins de Versailles furent entièrement ouverts au public. Même le Petit Parc, qui s’étend du château au bassin d’Apollon et du bas de l’Orangerie jusqu’au bassin de Neptune, partie la plus privée du domaine et décorée de nombreuses sculptures, était librement accessible. Cependant, le roi souhaita plusieurs fois en réglementer l’accès car des dégradations et des vols y étaient commis.

Vers l’année 1680, des barrières et des tourniquets furent installés pour délimiter le Petit Parc. Ces tourniquets, que vous pouvez voir à droite sur le dessin ci-dessous, ne laissaient entrer et sortir qu’une personne à la fois et empêchaient donc les chevaux et voitures hippomobiles d’entrer dans les jardins et de les abîmer.

Vue perspective des jardins et parterres du Nord et du château de Versailles, Jacques André Portail, vers 1740

Détail du dessin Vue perspective des jardins et parterres du Nord et du château de Versailles, par Jacques-André Portail, vers 1740
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Après plusieurs années de travaux d’embellissement, le roi en eu assez des vols et dégradations et, comme Dangeau le rapporte le 13 avril 1685 :

« Le roi, ne pouvant plus se promener dans ses jardins sans être accablé par la multitude du peuple qui venoit de tous les côtés et surtout de Paris, ordonna aux gardes de n’y laisser entrer que les gens de la cour et ceux qu’ils mèneroient avec eux. La canaille qui s’y promenoit avoit gâté beaucoup de statues et de vases. »

Journal du marquis de Dangeau. Tome 1 (édition de 1854-1860 en ligne sur Gallica), p. 153.

Il s’agissait avant tout de protéger les endroits les plus fragiles, à savoir les bosquets, et d’en restreindre l’accès par des grilles et des gardes postés à leurs entrées. Finalement, vingt ans plus tard, Louis XIV fit rouvrir tous les bosquets et permit à tous de s’y promener librement.

« Vue du bassin d’Apollon et de la flottille royale sur le Grand Canal vers 1680 dans les jardins de Versailles », Famille des Perelle, estampe issue du recueil Vues des plus belles vues des Maisons Royales de France, vers 1685
© Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

En ouvrant sa demeure et ses jardins, Louis XIV manifestait son souhait de montrer à tous sa gloire et sa splendeur. Ce principe d’accessibilité de la demeure royale, et qui plus est de la personne royale, n’était pas sans étonner ces visiteurs étrangers venus admirer la cour de France. Je vous expliquerai dans l’épisode 2 à quelles occasions il était possible d’apercevoir le roi.

Pour approfondir ce sujet, vous pouvez consulter le catalogue de l’exposition « Visiteurs de Versailles. Voyageurs, princes, ambassadeurs. 1682-1789 » (dir. Daniëlle Kislud-Grisheide et Bertrand Rondot, 2017) et tout particulièrement l’article de Mathieu da Vinha, « Accéder à Versailles » (p. 48-55).

Si vous souhaitez en savoir plus sur les tourniquets des jardins de Versailles, je vous conseille l’article de Maxime Blin, «Les “tourniquets” et “barrières” du Petit Parc» dans Versailles de l’Ancien Régime à nos jours, n° 22, 2017, p. 24-29.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *