Les Invalides (2) : l’institution

La solennité des cérémonies officielles et la majesté du tombeau de Napoléon font oublier au public actuel qu’à l’époque de la venue de nos voyageurs, les Invalides étaient une véritable ruche où quotidiennement s’affairait un personnel nombreux au service d’une profusion de pensionnaires.

Dans notre précédent billet, centré sur l’architecture des Invalides, nous avons évoqué la durée du chantier de l’édifice, commencé en 1671 et achevé en 1706.

Almanach pour l’année 1707 : Visite du roi Louis XIV à l’Hôtel des Invalides et sa nouvelle église et y entend la messe le 28 août 1706 (Mansart remettant les clefs en présence de Robert de Cotte) © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Franck Raux (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Les premiers pensionnaires furent accueillis bien avant l’achèvement de l’église du Dôme, qui n’était pas indispensable au fonctionnement de l’institution. En effet, ingénieusement construit par moitié pour être opérationnel dans les meilleurs délais, l’hôtel des Invalides est en mesure d’accueillir des pensionnaires dès octobre 1674.

Dirigée par Louvois, l’institution héberge non seulement d’anciens soldats, mais sert aussi d’hospice pour les officiers et hommes de troupe dépourvus de ressources ou âgés. Les différents lieux de vie et d’activité s’articulent autour des cinq cours du bâtiment.

Une gestion rigoureuse

Les critères d’admission aux Invalides sont drastiques : il faut avoir rempli dix années de service ou être hors d’état de servir. À la fin du règne de Louis XIV, à cause du trop grand nombre de pensionnaires, il faut justifier de vingt ans de service sans interruption et être atteint d’une infirmité incurable.

De fait, le nombre de bouches à nourrir était important. D’après le témoignage de Corfey, on y consommait vingt bœufs, vingt veaux et cent moutons chaque semaine. Pour subvenir à ses besoins, l’institution comptait une boucherie, une boulangerie et des jardins potagers.

L’organisation de l’hôtel est strictement réglementée. Les pensionnaires sont regroupés par compagnies. Privilège dû à leur rang hiérarchique, les officiers bénéficient de chambres chauffées.

Les chambres des officiers et soldats sont disposées de manière à regrouper correctement les personnes selon leur compagnie. Les chambres des simples soldats ont chacune quatre lits, mais les officiers ont chacun une chambre individuelle qui est bien et joliment meublée selon leur rang hiérarchique.  (Sturm, p. 92)

[L’infirmerie] est équipée de quelque 550 lits […]. Aux Invalides, 40 sœurs ou garde-malades sont employées […]. Enfin, on ne saurait trop louer les commodités et le confort apportés aux malades. La pharmacie est tenue avec une méticuleuse propreté, ainsi que le laboratoire.  (Corfey, p. 56)

Les Invalides comportent des infirmeries modernes de grande capacité. Sur ordre de Louis XIV, trente-sept religieuses Filles de la Charité assurent les soins, l’entretien des locaux, la gestion de la pharmacie et ont sous leur autorité le médecin et le chirurgien. Tout ceci obéit à une « gestion extrêmement stricte et régulière » selon Corfey (p. 56).

Conçu pour que l’hôtel dispose d’une bonne hygiène, le dispositif hydraulique du bâtiment est évoqué par Sturm (p. 93) :

Le bâtiment de la pompe qui, actionnée par des ânes, permet de transvaser l’eau d’un puits profond dans un réservoir. À partir de ce réservoir, l’eau est distribuée sous la terre dans l’ensemble des bâtiments […]. L’évacuation des eaux usées se fait sous la cour centrale, vers laquelle sont également dirigées les eaux de toutes les gouttières.

Preuve de la discipline qui règne entre les murs de l’institution, Knesebeck note que dans les réfectoires – assez vastes pour accueillir simultanément mille cinq cents soldats invalides pour leurs repas quotidiens –, « [les invalides…]  purgent une peine en étant assis au milieu et contraints de boire de l’eau ».

La « table des buveurs d’eau » est représentée sur la gravure de Nicolas de Fer ci-dessous. En outre, nourriture, vin et tabac sont proscrits dans les chambres.

Fer (Nicolas de), L’un des quatre réfectoirs [sic] de l’hôtel royal des Invalides comme ils sont servis à table à l’heure des repas, vers 1700 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

En cas de non-respect du règlement intérieur, le pensionnaire peut être emprisonné ou expulsé sans pension. Seuls les officiers ont le droit de sortir librement de l’hôtel, les soldats devant solliciter auprès du gouverneur une autorisation de sortie et porter leur uniforme.

Un lieu de production artistique

Toutefois, l’hôtel des Invalides ne saurait être assimilé à une prison. Certes, la discipline y est rigoureuse, imposant notamment aux pensionnaires de « pren[dre] leur tour de garde, comme en temps de guerre » et de se livrer à l’exercice, mais – Corfey le remarque avec justesse – ils ont la liberté d’« occuper leurs loisirs à toutes sortes d’activités manuelles, pour leur plaisir et avantage » (Corfey, p. 55).

En effet, les jours ouvrables, les pensionnaires peuvent travailler dans leur chambre ou au sein d’ateliers. Sous Louis XIV, on compte des ateliers de tapisserie, d’enluminure, de cordonnerie et de tailleurs d’habits, encadrés par des professionnels. Ces ateliers produisent des œuvres de qualité, tant estimées qu’elles font parfois l’objet de commandes de la part du roi lui-même !

Lieu de production artistique, les Invalides sont aussi décorés d’œuvres de grands artistes du siècle de Louis XIV.

Un lieu décoré de peintures et de sculptures

Les décors intérieurs de l’église du Dôme, nous l’avons vu, n’ont été réalisés qu’à partir de 1700. Les peintures seront du pinceau des célèbres Coypel, Jouvenet et La Fosse. À l’époque où nos voyageurs viennent aux Invalides, il existe déjà quelques chefs-d’œuvre à se mettre sous la dent. Les espaces les plus décorés de l’hôtel des Invalides sont alors les réfectoires, situés au rez-de-chaussée, de part et d’autre de la cour Royale :

Dans les quatre réfectoires, on voit de belles peintures représentant de façon très vivante des batailles et des sièges auxquels les soldats, pour certains, avaient pris part et qu’ainsi ils ont, pour leur plaisir, constamment sous les yeux.  (Corfey, p. 55)

Parrocel (Joseph), Bataille de Saint-Denis-devant-Mons, le 14 août 1678, 1679-1680 © Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Pierre Delagarde (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Ces peintures ont été réalisées entre 1678 et 1680 par les peintres Friquet de Vauroze, Corneille le Jeune et Parrocel. Knesebeck et Sturm les admirent également, mais notent qu’elles sont déjà « très effacées et difficiles à identifier ».

France-XVIIe siècle, Chevaux écrasant un captif, vers 1671-1676 © Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Anne-Sylvaine Marre-Noël (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Si Sturm note que les statues de Charlemagne et Saint Louis doivent être placées dans les niches de la façade de l’église du Dôme, Knesebeck et lui peuvent déjà contempler les « quatre paires de chevaux cabrés, très proprement sculptés en pierre » dans la cour Royale et les « belles statues de marbre blanc » dues aux sculpteurs Coysevox et Van Clève. La statue de saint Charlemagne sera également l’œuvre de Coysevox et celle de Saint Louis de son neveu également sculpteur, Nicolas Coustou.

En outre, évoquons, aussi rapidement que Sturm, les « belles peintures encore visibles que Le Brun aurait – dit-on – peintes à la gloire du roi, mais que [Sturm] n’[a] pas regardées avec particulièrement d’attention, car il s’agissait surtout d’obséquieuses représentations de Louis le Foudroyant que l’on nous sert bien trop souvent et jusqu’à la nausée ». (Sturm, p. 93)

Un édifice remarquable… objet de critiques pointues

Les voyageurs tiennent un discours élogieux sur les Invalides. Néanmoins, Knesebeck et Sturm, férus d’architecture, se permettent une « critique architecturale » de l’église du Dôme. La sévérité du jugement de nos deux voyageurs semble disproportionnée pour des « fautes » qui, pour le commun des mortels, relèvent du détail.

Les colonnes doriques sont accouplées et elles ont un défaut […] : les moulures des bases et des chapiteaux se touchent. Cependant, cette faute énorme et scandaleuse ne saute pas autant aux yeux ici que dans l’église des frères Minimes. [Monsieur Mansart] aurait mieux fait de ne pas s’égarer en choisissant cet ordre. […] La faute commise ici est la suivante : l’architecte a utilisé des mutules sur la corniche, ce qui est absolument prohibé lorsqu’on a affaire à des colonnes doriques accouplées. (Knesebeck, f. 31v)

Hardouin-Mansart (Jules), L’église du Dôme de l’hôtel des Invalides © Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Anne-Sylvaine Marre-Noël (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

L’intérieur de l’église est riche d’un nombre considérable de sculptures, toutes d’une facture extrêmement délicate. Cependant, l’architecte a commis une erreur tout à fait manifeste sur la corniche qui, comme ses autres bévues, peut d’autant plus lui être reprochée que les architectes français se flattent de maîtriser la correction de l’architecture jusque dans ses ultimes subtilités. L’erreur consiste en ce que les modillons de la corniche située sous la coupole se rejoignent d’une façon qui n’est pas heureuse […]. (Knesebeck, f. 32r)

Ce que reproche Knesebeck dans cette seconde critique est visible sur la photographie ci-contre, sur la corniche au premier plan.

Chef-d’œuvre unifiant le beau et l’utile, les Invalides participent à la diffusion de l’image d’un roi bienveillant qui prend soin de ses sujets. Corfey concluant que cette institution « suffirait à elle seule à immortaliser la renommée d’un roi », c’est chose réussie.

Un changement majeur est réalisé dans les années 1840 : le sol de l’église du Dôme est excavé pour pratiquer une crypte et accueillir le tombeau de Napoléon. Depuis lors, les proportions intérieures de l’église, savamment équilibrées par Hardouin-Mansart, ne peuvent plus être correctement appréciées et le lieu revêt une nouvelle dimension.

Fait notable mais peu connu, les Invalides continuent aujourd’hui encore à assurer la mission pour laquelle ils ont été construits.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Invalides, musée de l’Armée. L’hôtel des Invalides et le tombeau de Napoléon, Paris, Paris musées et Musée de l’Armée, 2003

Alexandre Gady (sous la direction de), L’hôtel des Invalides, Paris, L’Esplanade, 2016


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search