Les Invalides (1) : les bâtiments

Le touriste d’aujourd’hui se rend aux Invalides principalement pour voir le tombeau de Napoléon et visiter le musée de l’Armée. Considérant le bâtiment comme un mausolée et un lieu d’exposition, le visiteur ignore parfois l’origine de son nom et, de fait, sa vocation initiale. Il s’agit d’un « hospice pour les soldats, de religion catholique romaine, que la guerre et les missions lointaines ont estropiés et rendus inaptes à servir » (Leonhard Christoph Sturm).

Que le touriste soit excusé : la magnificence du lieu ne laisse guère présager une destination aussi humble ! Sturm remarque fort à propos que « le bâtiment édifié pour [les soldats invalides] dépasse de loin, en dépenses et en magnificence, la plupart des châteaux des princes d’Allemagne ». D’accord avec Sturm, Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck estime d’ailleurs qu’il « peut être considéré comme un palais royal ».

Dulin (Pierre), La fondation de l’hôtel des Invalides, 1710 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Entre 1685 et 1699, quatre de nos voyageurs – Lambert Friedrich Corfey, Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck, Christoph Pitzler et Leonhard Christoph Sturm –  se rendent à l’hôtel royal des Invalides. Bien qu’inachevé à cette époque, il est déjà considéré comme « l’un des plus remarquables édifices de tout Paris » (Sturm).

Nos voyageurs commentent avec précision et expertise la disposition et l’architecture de l’édifice, tout en s’intéressant au fonctionnement de l’institution.

L’hôtel des Invalides

En novembre 1671, Louis XIV pose symboliquement la première pierre de l’hôtel des Invalides. Celui-ci s’élèvera dans la plaine de Grenelle, alors à l’extérieur de Paris.

Sturm cite le nom des deux architectes célèbres qui ont édifié les Invalides :

Tout l’édifice de l’hôtel a été construit d’après les dessins de Libéral Bruant, exceptée l’église à l’arrière que Mansart le Jeune a ordonnancée.

Pérelle (Adam), Veue et perspective de l’hostel de Mars, dit les Invalides, quatrième quart du XVIIe siècle. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à la source dans Gallica)

Architecte et entrepreneur dans le chantier de l’édifice, Libéral Bruand est l’auteur des plans de l’hôtel des Invalides. C’est à lui que l’on doit notamment les longues façades austères – dont celle côté Seine mesure presque deux cents mètres ! –, l’entrée monumentale et la cour Royale. Ces trois parties du bâtiment sont représentées sur la gravure de Pérelle ci-dessus.

L’entrée monumentale ou « porte Royale » s’apparente à un arc de triomphe couronné d’un grand fronton circulaire sur lequel est sculpté un Louis XIV équestre. Cette entrée a intrigué Knesebeck qui juge son ordonnance « tout à fait singulière et un peu bizarre ». L’adjectif « bizarre », aussi employé par Sturm, se rapporte bien à ce morceau d’architecture original et sans équivalent.

Après être passé sous cet arc de triomphe, on arrive dans la cour Royale. Parmi les cinq cours intérieures de l’hôtel, Corfey reconnaît qu’il s’agit de « la plus vaste et la plus belle ». Ses nombreuses arcades la font ressembler à un cloître. Sturm précise ses dimensions colossales : 312 pieds [environ 100 mètres] de long sur 186 de large [environ 60 mètres].

L’œil expert de nos voyageurs s’intéresse à des parties de l’édifice qui pourraient laisser le visiteur ordinaire indifférent. Ainsi, Knesebeck et Sturm ont été sensibles à la qualité d’exécution des escaliers de l’hôtel des Invalides :

À l’intérieur des bâtiments, on peut voir partout de beaux escaliers. Les grands escaliers placés des deux côtés de l’église, en particulier, peuvent être considérés comme des chefs-d’œuvre.(Knesebeck)

Ces deux escaliers en pierre de taille, « chefs-d’œuvre de l’art de la coupe des pierres » selon Sturm, sont également dus à Bruand. S’inscrivant dans une cage monumentale et d’une harmonieuse sobriété, comportant des parties voûtées, ils sont assurément les plus remarquables des Invalides.

Le second architecte, qui prend le relai du chantier des Invalides en 1676, est le célèbre Jules Hardouin-Mansart. On lui doit plusieurs modifications apportées à l’hôtel et, surtout, la double église.

« Ce qu’il y a de plus magnifique à voir, c’est la double église. » (Knesebeck)

Parée de deux façades, mais constituée d’une nef, d’un autel et d’un chœur sur un axe unique, l’église Saint-Louis des Invalides – double église – est unique en son genre.

Juste dans l’axe de l’entrée principale se trouve la façade de l’église, destinée au propre usage des soldats logés dans l’hôtel. Elle communique directement, derrière une arche, avec une autre église, beaucoup plus somptueuse. (Sturm)

Fer (Nicolas de), Élévation de la façade orientale de l’hôtel royal des Invalides / Profil et élévation de la coupe générale de l’hôtel royal des Invalides et de ces [sic] deux églises, fin du XVIIe siècle © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Conçues et entreprises en même temps, l’église des Soldats et l’église du Dôme ont des architectures très différentes. La première est construite entre 1676 et 1679. La seconde, église royale, autrement plus originale avec son plan en croix grecque et son dôme italianisant, a été en chantier pendant trente ans, si bien que lors de la venue de nos voyageurs, elle n’est pas terminée. L’achèvement du chantier est dû à la détermination de Louvois, devenu en 1683 surintendant des Bâtiments du roi. Au mois d’août 1706, tout juste achevée, l’église Saint-Louis est consacrée et inaugurée par le roi en personne.

Particularité remarquable de cette double église, le roi et les soldats partagent un maître-autel commun, à deux faces, qui délimite et unit à la fois les deux églises :

Au moment où j’ai visité cette église, on venait de construire en plâtre le maître-autel qui doit servir pour les deux églises. (Knesebeck)

L’église du Dôme, « chef-d’œuvre de Mansard le Jeune »

Nos voyageurs s’attardent principalement sur l’église du Dôme et sa double-coupole « dont l’extérieur [qui] est entièrement doré réfracte de toutes parts une lumière si aveuglante qu’on ne peut y porter les yeux ». (Corfey)

[L’église du Dôme] est le chef-d’œuvre de Mansard le Jeune. Elle a été entièrement voûtée d’une coupole de pierres de taille et elle est très richement ornée de sculptures. Son exécution est irréprochable et les sculptures sont d’une facture vraiment délicate, mais elle n’est pas encore terminée. (Knesebeck)

L’église du Dôme s’inscrit dans un carré de 52 mètres de côté. L’équilibre de la composition générale des masses de l’édifice est apprécié par Sturm :

Toute la disposition de l’église rentre dans un carré parfait sur lequel s’élève en son centre le dôme, si bien que rien n’a l’air ni trop bas ni écrasé.

Pérelle (famille des), L’hôtel roial des Invalides, fin du XVIIe siècle © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

La double coupole, avec son tambour à deux niveaux, constitue une particularité architecturale qui n’a pas échappé à nos voyageurs, en particulier à Sturm :

[La coupole] est terminé[e] par deux voûtes dont la première […] a une grande ouverture au milieu, à la faveur de laquelle on doit voir la seconde voûte, faite de brique, qui sera ornée d’un morceau de peinture de cinquante-deux pieds de diamètre ; et comme la lumière aurait difficilement pénétré jusqu’à cet endroit, on a ménagé les jours des fenêtres de l’attique de telle sorte que ces mêmes fenêtres, sans paraître en dedans, éclairent cet espace, lequel sans ce secours aurait été tout à fait obscure.

La double coupole en pierre de taille édifiée par Hardouin-Mansart est une véritable prouesse technique. Un premier rang de fenêtres éclaire l’intérieur du tambour et la première coupole qui est ouverte à son sommet, tandis qu’un deuxième rang de fenêtres – invisibles à l’intérieur –, pratiqué dans l’attique du dôme, éclaire la deuxième coupole, fermée à son sommet.

Le dôme est construit entre 1687 et 1690, mais ce n’est qu’entre 1700 et 1706 que les décors intérieurs de l’église sont réalisés.

L’hôtel des Invalides est un édifice colossal couvrant une superficie de plus de 13 hectares. Le nombre de fenêtres donné par Corfey laisse imaginer les capacités conséquentes de l’institution :

En ne considérant que les fenêtres extérieures du bâtiment principal, et donc en exceptant l’église et l’infirmerie, on compte 1 668 de ces fenêtres.

Dans notre prochain billet nous aborderons le fonctionnement des Invalides, institution disposant de près de quatre cents chambres et prévue, selon Corfey, pour six mille hommes.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Ouvrage collectif, Invalides, musée de l’Armée. L’Hôtel des Invalides et le tombeau de Napoléon, Paris, Paris musées et Musée de l’Armée, 2003

Alexandre Gady (sous la direction de), L’Hôtel des Invalides, Paris, L’Esplanade, 2016


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.