La machine de Marly

Nous avons évoqué dans un précédent billet le faste des jardins de Versailles à la fin du XVIIe siècle, faste auquel les jeux d’eau participaient grandement. Peut-être à sa lecture vous êtes-vous interrogé sur la manière dont Versailles, si éloigné de la Seine, pouvait disposer d’une abondance d’eau suffisante pour alimenter autant de fontaines. Cela a été rendu possible au prix d’une entreprise colossale : la construction de la machine de Marly.

Plusieurs de nos voyageurs – Lambert Friedrich Corfey, Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck, Johann Balthasar Neumann, Christoph Pitzler et Leonhard Christoph Sturm – livrent leur fascination pour cet “ouvrage inouï” qu’ils ont vu entre 1686 et 1723.

Martin (Pierre-Denis), Vue de la machine de Marly, de l’aqueduc et du château de Louveciennes © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot

Les jardins de Versailles étant agrémentés d’un riche dispositif de fontaines dès les années 1660, plusieurs systèmes d’adduction d’eau ont été employés avant la construction de la machine de Marly, comme le pompage des étangs situés aux alentours de Versailles. En 1678, on envisagea de pomper les eaux de la Seine en contrebas de la colline de Marly.

Une collaboration wallonne

Corfey, qui est venu deux fois voir la machine de Marly, en septembre 1698 et en avril 1699, donne le nom de son auteur : le liégeois de Ville.

Arnold de Ville a présenté le projet de la Machine en octobre 1678, à la suite à un appel d’offres lancé par Colbert, mais il n’en est pas le seul auteur. Rennequin Sualem, maître-charpentier et mécanicien liégeois, concepteur de machines minières, est parfois considéré comme le véritable créateur de la Machine. En 1668, Sualem avait conçu dans sa Wallonie natale une machine hydraulique au fonctionnement similaire à celle de Marly. En 1678-1679, on devait à la collaboration entre de Ville et Sualem deux machines hydrauliques, à Saint-Maur et à Saint-Germain-en-Laye.

Cette candidature wallonne n’est pas surprenante : depuis plusieurs siècles, les mécaniciens liégeois étaient passés maîtres dans la technique des pompes d’exhaure employée pour évacuer l’eau contenue dans les mines.

La construction de la machine de Marly au sens strict a duré quatre ans, de 1681 à 1685.

Vauban, l’ingénieur hydraulicien le plus renommé de l’époque, a d’abord fait construire une digue pour diviser la Seine et canaliser les eaux du fleuve. Le débit du fleuve, ainsi accéléré, permettrait aux roues de la Machine de tourner à une vitesse suffisante pour fonctionner.

Ce sont également des artisans liégeois qui ont fourni une grande partie des pièces de la machine de Marly, dont près de quatre cents pompes et des centaines de milliers de livres de pièces de bois.

Louis XIV “contraint la Seine à escalader des monts”

Knesebeck, Pitzler et Sturm donnent une description technique détaillée du fonctionnement de la machine de Marly, enrichie chez Pitzler de plusieurs dessins très précis.

Corfey, quant à lui, en propose une description succincte :

“Le 25 [septembre 1698], nous avons été fort occupés à examiner et prendre en croquis la machine qui se trouve là, ce que pourtant nous n’avons pu faire qu’à la dérobée. Cette machine peut à bon droit passer pour une vraie merveille : 14 grandes roues de 32 pieds de diamètre poussent l’eau par des pistons refoulants jusqu’au sommet du mont, à 62 toises de hauteur, la font passer par un aqueduc de 36 arches qui la conduit jusqu’à Versailles, où elle est répartie par une multitude de conduites en métal.”

Envers du décor du fastueux spectacle versaillais des Grandes Eaux, la machine de Marly a fasciné nos voyageurs, Corfey en premier lieu :

“C’est un tel ouvrage que, passerait-on mille fois devant, à chaque fois on resterait muet d’admiration en contemplant tant son énorme et robuste structure que les multiples mouvements que commandent ses quatorze roues. Si le roi a jamais accompli une chose grandiose et extraordinaire, c’est assurément cette machine au moyen de laquelle, contre la nature même, il contraint la Seine à escalader des monts.”

France-XVIIIe siècle (1714-1715), Veüe de la machine de Marly, planche du recueil intitulé Les Plans, profils et élévations des ville et château de Versailles, Demortain, [1716] © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot

La machine de Marly a constitué un défi de taille : construire une machine hydraulique aux proportions démesurées, capable de faire remonter à l’eau de la Seine plus de 150 mètres. Elle comptait bien plus de roues et de pompes que les machines construites jusqu’alors.

À cause de l’importance du dénivelé, les pompes ont été réparties sur trois niveaux à flanc de coteau. Une première série de pompes envoyait l’eau dans un premier réservoir, d’où une deuxième série faisait gravir l’eau dans un second réservoir. À ce niveau, un troisième jeu de pompes envoyait l’eau jusqu’à l’aqueduc de Louveciennes.

La Machine en elle-même était presque exclusivement constituée de bois :

“Le bois de charpente employé tant pour les fondations dans la Seine que sur la machine même et ses mécanismes jusqu’au sommet du mont a sûrement nécessité les arbres de toute une grande forêt.”

Ce matériau naturellement sujet à l’usure, qui plus est au contact de l’eau, a été l’une des causes de la détérioration progressive de la Machine et de sa perte d’efficacité.

Fer (Nicolas de), Représentation de la Machine de Marly vers 1715 © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin

Dès sa mise en route, à cause d’une mauvaise synchronisation entraînant frottements et usure des pièces, le dispositif n’a pas permis de pomper le volume d’eau espéré de 6 000 m3 par jour. Pourtant, la Machine fonctionnait sans discontinuer, sauf quand la Seine était en crue, gelée ou que son niveau était trop bas.

Le volume étant insuffisant pour les besoins des jeux d’eau de Versailles, Vauban commença dès 1685 la construction du canal de l’Eure – autre projet pharaonique – abandonnée en 1688.

Un “coût monstrueux”

Le coût de la machine de Marly laisse Sturm et Knesebeck songeurs :

“Celui qui arrive à évaluer approximativement le coût monstrueux qu’a nécessité la construction de cette formidable machine et la dépense annuelle pour son entretien, s’étonnera en vérité qu’un roi puisse faire autant de frais pour son pur divertissement.” (Sturm)

“C’est là un ouvrage inouï, dont le coût est stupéfiant ; on ne peut que s’étonner qu’un roi consacre de telles sommes à son divertissement.” (Knesebeck)

Et il y a de quoi ! Les travaux ont coûté un peu plus de 3 millions de livres – pour comparaison, rappelons que le salaire moyen d’un ouvrier était de 20 livres par mois et que la construction de Versailles a coûté 80 millions de livres. Quant au coût de fonctionnement, il s’est élevé jusqu’à la mort de Louis XIV à un peu moins de 50 000 livres par an. Une partie de ce montant servait à payer la soixantaine d’ouvriers employés sur place en permanence.

Démesurée et bruyante, la machine de Marly était assurément un ouvrage politique, lié à la grandeur de Versailles, participant à la gloire de Louis XIV. Le charme opère sur Sturm qui, comptabilisant la quantité de métal employé pour conduire l’eau de Marly à Versailles, écrit :

“Si l’on se livre maintenant à quelques calculs […], on ne peut qu’être ébloui par la magnificence du roi. Et l’on ne considère plus la rodomontade des Français comme excessive lorsqu’ils disent que le roi a dépensé dix mille écus pour faire jaillir les eaux à Versailles.”

Malgré les nombreux projets d’amélioration et de reconstruction proposés au XVIIIe siècle, ce n’est qu’en 1817 que la Machine a été détruite et remplacée successivement par d’autres dispositifs, au même endroit.

Aujourd’hui, le système hydraulique versaillais fonctionne en circuit fermé : l’eau du Grand Canal est pompée vers le réservoir de Montbauron, situé à quelques centaines de mètres du château de Versailles ; par l’intermédiaire d’autres réservoirs, l’eau alimente les fontaines avant de regagner le Grand Canal.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Florian Dölle, « La visite du château et de la machine de Marly par Christoph Pitzler en 1686 », Marly, art et patrimoine. Revue des Amis du Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, n°11, 2017, p. 21-32.

Georgia Santangelo (ouvrage collectif sous la direction de), Les maîtres de l’eau : d’Archimède à la machine de Marly, [exposition au Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes du 4 mars au 30 juillet 2006], Versailles, Artlys, 2006.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.