Visite des jardins à la fin du XVIIe siècle (3) : les lieux remarqués par les voyageurs

Le voyageur des antipodes, le promeneur des environs ou le Versaillais s’extasie aujourd’hui encore devant la beauté des jardins de Versailles : à juste titre, il y voit l’incarnation du génie et du talent de Le Nôtre, des Francine et des meilleurs sculpteurs du siècle de Louis XIV. Il vante les perspectives grandioses, la féérie des jeux d’eau et l’abondance des marbres : il est transporté dans une autre époque, un temps figé qu’il rêve immuable où le Roi-Soleil peut apparaître au détour d’une allée. Or, si les perspectives sont encore intactes et les parterres restitués, les bosquets ne sont plus aujourd’hui que l’ombre de ce qu’ils étaient autrefois.

Depuis la visite à Versailles de nos voyageurs – Lambert Friedrich Corfey, Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck et Leonhard Christoph Sturm – à la fin du XVIIe siècle, le dispositif des bosquets a été considérablement simplifié au gré des modifications et des destructions. Dès les premières années du XVIIIe siècle, certains bosquets ont perdu leurs plus beaux attraits ou ont été détruits.

Pour finir cette trilogie sur les jardins de Versailles, nous vous proposons une brève visite des jardins à leur apogée, à partir des relations de nos voyageurs. Pour en savoir davantage sur les conditions d’accès aux jardins, nous vous invitons à lire la seconde partie du billet “Visiter Versailles à l’époque du Roi-Soleil (épisode 1 : accéder au château et aux jardins)”.

Le bosquet du Labyrinthe

France-XVIIe ou XVIIIe siècle, Le Labyrinte de Versailles.
Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à la source dans Gallica)

Comme il était de mise en cette fin du XVIIe siècle, le bosquet qui inaugurait la visite des jardins était celui du Labyrinthe. Créé dans sa forme définitive entre 1666 et 1673, il était situé à l’extrémité sud-est. Ce bosquet était l’un des plus remarquables et “divertissants”, pour reprendre le mot de Sturm. Ses trente-neuf fontaines illustraient chacune une fable d’Ésope “dont les animaux et leurs petits jets d’eau nous content fort explicitement la légende, sans compter le tableau explicatif écrit en lettres d’or accompagnant chacune d’elle”.

Corfey évoque trois fontaines du Labyrinthe par une brève description, suffisante pour saisir l’esprit inventif et ludique du lieu :

“C’est ainsi qu’à l’entrée, dans un berceau de verdure, on voit une chouette se faire attaquer avec de l’eau par toute une bande d’oiseaux. Une mère poule garde sous elle ses poussins dans une corbeille dont les tiges et les brins d’osier sont formés par les filets d’eau. Ailleurs on voit un groupe de porcs-épics dont les piquants sont faits d’autant de petits jets d’eau. Le plus étonnant dans tout ce Labyrinthe, c’est un chien qui, à la nage, fait des tours de bassin en aboyant, poursuivant trois canards qui nagent en file en crachant de l’eau en l’air.”

La dernière fontaine évoquée par Corfey est celle des Canes et du Barbet, aussi connue sous le nom de “fontaine du Gouffre” parce qu’un dispositif faisait tournoyer les eaux du bassin qui disparaissaient sous terre. C’était la trente-neuvième fontaine et l’une des plus surprenantes.

France-XVIIIe siècle, Les Cannes et le Barbet, dans le Labyrinte de Versailles. © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Anecdote intéressante, Sturm relate qu’un défi était associé à ce labyrinthe dans lequel “on ne peut pas vraiment se perdre dans les allées” :

“Celui qui aura vu toutes les fontaines sans exception et une seule fois aura traversé le labyrinthe sans erreur. Et parmi les gens qui n’auront pas fait fausse route, celui qui a vu les fontaines dans le bon ordre de leur numérotation l’emportera.”

De l’itinéraire donné par André Félibien on avait fait un jeu.

De cet ensemble de plus de trois cents animaux de plomb, on n’en a conservé qu’un petit nombre. Originales, ces sculptures sont régulièrement présentées dans le cadre d’expositions. Depuis 1775, le bosquet de la Reine a remplacé celui du Labyrinthe.

Le bosquet des Bains d’Apollon

Cotelle (Jean), Vue du bosquet des Dômes (dit aussi des Bains d’Apollon), vers 1688 (détail). © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Gérard Blot (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Dans la partie nord des jardins, nos voyageurs admirèrent le bosquet des Bains d’Apollon – dénommé ainsi parce que le chef-d’œuvre de François Girardon s’y trouvait alors. On connaît désormais ce bosquet seulement sous le nom de “bosquet des Dômes”.

Sturm s’émerveille de cette “très somptueuse pièce” que Corfey juge “d’une extrême beauté”. Le mariage de matériaux précieux, la polychromie des marbres alliée à la dorure des bronzes et la présence de cinq chefs-d’œuvre de la sculpture, provenant de la grotte de Téthys, en mettaient plein la vue.

Construits par Jules Hardouin-Mansart à partir de 1676, les deux pavillons “des Dômes”, qui ont donné leur nom au bosquet et dont l’emplacement est encore matérialisé au sol, incarnaient le faste versaillais. Ils consistaient en une riche architecture de marbres surmontée d’un groupe d’Amours et décorée de reliefs, en plomb à l’extérieur et en bronze à l’intérieur. Ces reliefs et ceux que l’on voit encore dans la galerie des Glaces et dans les salons de la Guerre et de la Paix avaient été réalisés par les mêmes artistes.

Les trois groupes sculptés déplacés en 1704, les pavillons détruits en 1819-1820, le bosquet des Dômes n’évoque plus aujourd’hui que son faste passé…

Le bosquet du Marais

Silvestre (Israël), Vue du bosquet du Marais, 1680.
Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à la source dans Gallica)

Nos voyageurs eurent aussi la chance de visiter le bosquet du Marais, aménagé à partir de 1671 et détruit dès 1704.

Le faux chêne qui se dressait au centre de la pièce d’eau a particulièrement attiré l’attention de Sturm. Du même avis que Félibien, il rapporte que ce “chêne dont les feuilles sont […] en tôle de cuivre […] est, dans toutes ses parties, travaillé et peint avec tellement de naturel qu’il ressemble à un vrai.” Comme souvent à Versailles, le spectacle n’était complet qu’avec le concours des eaux : “De cet arbre jaillissent des jets d’eau par centaines, ce que l’on ne peut regarder sans le plus grand plaisir.”

Corfey, lui, s’attarde sur les effets d’eau des buffets, délicats et surprenants :

“De chaque côté, il y a une table de rafraîchissements sur laquelle s’étagent quinze récipients de verre figurés par de l’eau, à savoir des carafes, des verres à boire, des aiguières et autres grands pots verseurs. Leurs petits couvercles, pieds et anses sont dorés ce qui est d’un effet rare, inédit.”

Le bosquet du Théâtre d’eau

Cotelle (Jean), Vue de la partie supérieure du bosquet du Théâtre d’eau dans les jardins de Versailles, vers 1688. Gouache sur vélin. © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Assurément plus sensible aux jeux des eaux que les autres voyageurs, Corfey décrit en détail l’ingéniosité de ceux du Théâtre d’eau :

“Outre ses vingt-quatre jets d’eau, il offre à la vue trois scènes successives qui, à brefs intervalles, changent d’aspect toutes les trois simultanément : premier tableau, ce ne sont que de simples jets d’eau qui, au deuxième tableau, se transforment en deux rangées de lances puis, au troisième, en une rangée de cèdres taillés en pointe, au quatrième, en trois rangées de lances, au cinquième en fusées qui s’entrecroisent en tous sens, au sixième en une tonnelle circulaire close et au septième revient à son premier aspect, de simples jets d’eau.”

Preuve est donnée que ce bosquet n’usurpait pas son nom !

Détruit vers 1774, le bosquet du Théâtre d’eau laissa place au bosquet du Rond Vert, dépourvu de fontaines. Un nouveau bosquet du Théâtre d’eau, sans grand rapport avec l’ancien, a été créé à son emplacement en 2014.

Le bosquet de l’Arc de triomphe

Baquoy (Maurice), d’après Delamonce (Ferdinand), L’Arc de Triomphe, dans un des bosquets des jardins de Versailles, 1715.
Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à la source dans Gallica)

À l’extrémité nord-est des jardins, le dernier bosquet que nos voyageurs ont visité est une autre pièce “d’une disposition charmante” selon Knesebeck, “véritablement enchanteresse” selon Sturm. Il s’agit du bosquet de l’Arc de triomphe – aménagé entre 1677 et 1683. À l’époque de Sturm et Knesebeck, le bosquet “abond[ait] en plomb doré et cuivre, marbre, et somptueuses rocailles de curieux coquillages et de pierres meulières”.

L’imposante fontaine qui a donné son nom au bosquet surplombait un ensemble d’une merveilleuse richesse. La partie haute du bosquet comptait “deux grands buffets ou crédences somptueuses”, quatre obélisques et huit vasques sur des piédestaux. La partie basse offrait à la vue des visiteurs trois pièces majeures : les fontaines de la Victoire de la France, de la Gloire de la France et – seul élément ayant survécu aux destructions de 1793 et 1801 – la fontaine de la France triomphante.

Outre ces lieux que l’on ne connaît plus aujourd’hui que par des descriptions ou des images, nos voyageurs remarquèrent certains bosquets et édifices que nous avons la chance de pouvoir admirer, dans leur apparence originale ou restituée : le bassin de Latone, le bosquet de la Colonnade avec le groupe de l’Enlèvement de Proserpine par Girardon et le bosquet des Trois Fontaines.

Peut-être nos voyageurs ont-ils traversé un peu rapidement certaines parties des jardins : le bosquet de la Salle des Antiques, précieuse galerie de sculptures antiques en plein air, semble avoir curieusement laissé nos voyageurs insensibles. Seul Knesebeck note, laconique, qu’il est “remarquable”.

À partir de 1704, un important remaniement eut lieu. Plusieurs bosquets, dont ceux, évoqués ci-dessus, de la Salle des Antiques, des Bains d’Apollon, de la Salle des Festins (voir notre premier billet sur les jardins de Versailles) et du Marais, ont été simplifiés et de nouvelles entrées ont été percées à travers les bois et les charmilles. Les nombreux visiteurs pouvaient ainsi se déplacer plus aisément.

Les jardins de Versailles se prêtaient parfois aux jeux. Outre celui relaté par Sturm au sujet du Labyrinthe, le plus populaire au XIXe siècle consistait à se placer en haut et au centre du Tapis vert et de descendre cette étendue de pelouse avec les yeux bandés. Arrivé en bas, celui qui avait le moins dévié de sa trajectoire avait gagné. Distraction aujourd’hui proscrite pour cause de “pelouse interdite”…

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Simone Hoog, Manière de montrer les jardins de Versailles par Louis XIV, deuxième édition, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1992.

Alexandre Maral, Le Versailles de Louis XIV, un palais pour la sculpture, Dijon, Faton, 2013.

Alfred Marie, Naissance de Versailles, le château, les jardins, 2 volumes, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1968.

Stéphane Pincas, Versailles : un jardin à la française. Paris, La Martinière, 1995.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.