Visite des jardins à la fin du XVIIe siècle (2) : les sources connues des voyageurs

Les voyageurs qui se rendent de nos jours à Versailles et qui ont le temps de s’adonner à une visite des jardins peuvent soit télécharger une application dédiée sur leur smartphone, avec carte en 3D et géolocalisation, soit se procurer un dépliant des jardins, décliné en plusieurs langues, ou encore consulter le plan affiché à l’entrée. Ils y trouveront les informations essentielles. Si en outre ils s’interrogent sur un bosquet ou une scène mythologique représentée par une sculpture, ils trouveront des éléments de réponse sur Wikipédia.

Des sources souvent obsolètes

En cette fin du XVIIe siècle, plusieurs voyageurs allemands – Lambert Friedrich Corfey, Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck et Leonhard Christoph Sturm – se rendent à Versailles et donnent une relation de leur visite des jardins, qui connaissent alors leur apogée.

Si l’accès à une information actualisée nous paraît aujourd’hui naturel et indispensable, ce n’était pas le cas du temps de ces voyageurs : à l’époque où ils ont visité Versailles, peu de publications étaient à jour.

Ainsi, pour accompagner sa visite, Knesebeck dessine un plan des jardins car “les grands plans qui figurent parmi les Estampes du roy ne correspondent pas à l’état actuel”.

Silvestre (Israël), Veuë du chasteau de Versailles et des deux aisles du costé des jardins, 1682. © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

À plusieurs reprises nos voyageurs évoquent les représentations gravées des jardins de Versailles, sans donner le nom de leurs auteurs. Les plus célèbres de ces estampes, qui ont pour sujet des perspectives ou des vues de bosquets, sont l’œuvre des dessinateurs et graveurs Pierre Aveline, Israël Silvestre et Adam Pérelle.

Edelinck (Jean), d’après Monier (Pierre), Le groupe d’Apollon servi par les nymphes, 1678. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer ici pour accéder à la source dans Gallica)

Quand il visite le bosquet des Bains d’Apollon, Sturm évoque de “belles estampes”. Il s’agit des gravures qui avaient été publiées entre 1675 et 1678 alors que les sculptures décoraient encore l’intérieur de la grotte de Téthys – détruite en 1684. La gravure de Jean Edelinck reproduite ci-dessus en fait partie.

Le seul nom cité par Sturm au sujet de certaines sculptures est celui de Thomassin. Simon Thomassin est l’auteur du Recueil de figures, termes, fontaines, vases et autres ornemens tels qu’ils se voient à présent dans le château et parc de Versailles. Ce livre est un véritable guide des jardins de Versailles par l’image, publié pour la première fois en 1694. Presque toutes les sculptures des jardins y sont représentées, toutefois de manière souvent assez disgracieuse. En 1695 parut une édition en quatre langues – français, latin, italien et flamand – qui contribua au rayonnement de Versailles en Europe.

En cette fin de siècle, de même que les estampes d’Aveline, Pérelle et Silvestre ne représentaient parfois plus l’état présent, de même les guides décrivaient un état ancien. Le premier guide de Versailles, la Description du chasteau de Versailles de Félibien, était paru en 1674 et avait été réimprimé plusieurs fois sans être mis à jour. C’était le guide le plus célèbre à l’époque de nos voyageurs. Le guide de Piganiol de La Force, référence incontournable pour Versailles au XVIIIe siècle, n’avait pas encore vu le jour. Seul le Recueil de Thomassin correspondait à ce que Sturm voyait dans les jardins.

Des représentations largement diffusées mais trompeuses

Autre limite, les gravures magnifiaient souvent le sujet représenté en exagérant les proportions des édifices et des charmilles, en multipliant le nombre de statues ou de bassins. Sur ces gravures, les promeneurs sont des Lilliputiens évoluant dans des espaces démesurés. Parfois, c’est le cas de certaines œuvres d’Aveline, la part d’invention par rapport au sujet représenté était importante.

Sturm et Knesebeck remarquent cette prise de liberté au sujet du bosquet de la Salle des Festins “qui n’est pas aussi magnifique, et surtout pas aussi grande, que les gravures le font croire” (voir la deuxième illustration de notre premier billet sur les jardins).

Aveline (Pierre), Veüe et perspective des cascades et de l’allée d’Eau de Versailles, fin du XVIIe siècle. © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

Sur la représentation ci-dessus, les charmilles, qui ressemblent à d’imposants gratte-ciels, dirigent rapidement le regard vers le point de fuite.

Les gravures des jardins de Versailles se prêtèrent particulièrement bien à une transformation en vues d’optique au XVIIIe siècle. Les vues d’optique sont des estampes représentant un espace intérieur ou extérieur avec point de fuite et perspective marqués, destinées à être regardées à travers un appareil spécifique donnant une illusion de profondeur et de relief. Les gravures d’Aveline, Pérelle, Silvestre et, plus tard, de Jacques Rigaud donnaient lieu à une nouvelle, souvent exécutée par une main moins experte que l’originale. Parce qu’il était plus facile de graver le sujet dans le sens de l’original, mais aussi parce que la visualisation à travers l’appareil inversait la vue, l’image et sa lettre étaient à l’envers sur le tirage. Chaque tirage était grossièrement colorisé à la main.

Les vues d’optique étaient principalement destinées à être montrées dans les foires, diffusant ainsi l’image d’un Versailles magnifié auprès d’un large public.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Alfred Marie, Naissance de Versailles, le château, les jardins, 2 volumes, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1968.

Yves Périllon, “Versailles en représentation gravée”, Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, t. 91, Versailles, 2009, p. 23-37.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.