Visite des jardins à la fin du XVIIe siècle (1) : critiques et réserves des voyageurs étrangers

Manipuler des images avec des applis comme Snapchat ou des logiciels plus sophistiqués comme Photoshop nous semble chose commune aujourd’hui : même si nous avons développé une certaine méfiance envers les « images », sachant à quel point elles peuvent être manipulées et manipulatrices, nous restons tout de même attirés et fascinés par cette virtualité « réelle ».

Cette oscillation entre attrait et répulsion – entre utilité et critique de l’image – s’observe déjà à l’ère baroque ! Les contemporains de Louis XIV n’étaient pas dupes : les images trompent ; mais on veut bien se laisser tromper… Et on admet que le roi, du fait de son rang, nous fasse croire et voir sa magnificence via des « images » de sa grandeur.

C’est dans ce climat de production, de circulation et de consommation d’images reproduites des jardins fastueux de Versailles qu’il faut situer le scepticisme de quelques voyageurs, au tournant du XVIIIe siècle, visiteurs de ces lieux tant prisés et mis en valeur par la gravure – une production graphique, soyons clairs, voulue par les instances royales ou, du moins, contrôlée par celles-ci.

Entre attentes et réalités : le regard critique des voyageurs

Plusieurs voyageurs allemands – Lambert Friedrich Corfey, Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck et Leonhard Christoph Sturm – se rendent à Versailles et donnent une relation de leur visite des jardins. En cette fin du XVIIe siècle, après de nombreux aménagements et modifications rapides, les jardins de Versailles connaissent leur apogée : satisfait du résultat, Louis XIV rédige une Manière de montrer les jardins de Versailles. Chaque parcelle est alors aménagée, le système hydraulique offre un spectacle ingénieux, complexe et varié et le nombre de sculptures antiques et modernes et d’édifices est considérable.

L’attention de nos voyageurs se porte souvent sur les mêmes bosquets et les mêmes sculptures. Ces dernières sont l’œuvre des sculpteurs les plus estimés de l’époque : François Girardon, les frères Gaspard et Balthasar Marsy et Jean-Baptiste Tuby.

Généralement neutres ou élogieux, nos voyageurs formulent parfois quelques critiques. Ce billet – qui inaugure une trilogie sur les jardins de Versailles – constitue une suite au précédent billet, « Versailles et les visiteurs désenchantés ».

Ainsi, Sturm note au sujet de la fontaine de la Pyramide, dont le dessin et l’exécution reviennent à Girardon, que « toutes les sculptures sont d’un agréable dessin », mais que « même si la réalisation est des plus soignée et que l’ouvrage a coûté fort cher, il me semble bien que les Français pensent tout le contraire, qu’il est parmi tous les ouvrages de ce jardin la plus mauvaise des pièces d’apparat. »

Plus tranché, Knesebeck exprime un avis conforme à celui des Français :

« On fait grand cas [de la fontaine de la Pyramide] mais elle n’a rien d’extraordinaire. Les statues sont en soi assez réussies, mais la composition est très mauvaise. »

Aveline (Pierre), Veue et perspective de la fontaine de la Pyramide. © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

C’est peut-être l’originalité de la fontaine, « pièce montée » de plomb peinte à l’imitation du bronze, qui déroutait les contemporains. Connue aux XIXe et XXe siècles, l’appellation populaire de « Pot bouillant » semble confirmer l’assertion de Sturm. Peu élogieux, ce sobriquet est éloquent : lors du jeu des eaux, l’eau déborde à gros bouillons d’un petit vase au sommet de la fontaine et tombe en cascade de vasque en vasque.

Le bosquet de la Salle des Festins, dont nos voyageurs connaissent des représentations qu’ils jugent avantageuses, laisse Sturm sur sa faim :

« Cet aménagement pourrait constituer assurément une aussi belle pièce d’apparat que les autres si elle était décorée de belles balustrades, de treillages, de statues, etc. »

Plutôt sobre, ce bosquet était tout de même agrémenté de délicates sculptures d’enfants en plomb dans les bassins et de quatre vases de marbre ornementés. Observateur, Corfey est le seul à avoir remarqué le dispositif ingénieux et farceur qui permettait de se rendre sur l’« île », nom donné au terre-plein central du bosquet :

« Elle [la Salle du Conseil] est conçue comme une île, que l’on peut aborder au moyen de deux ponts de bois, lesquels semblent spontanément surgir de terre et se retirer de même. »

Les ponts de bois sont figurés sur la gravure de Perelle reproduite ci-dessous.

Perelle (Adam ou Nicolas), Vue du bosquet de la Salle des Festins ou Salle du Conseil dans les jardins de Versailles. © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand-Palais) / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

La remarque de Sturm n’eut pas d’écho ; au contraire, cinq ans après le passage de Sturm et Corfey, le bosquet a été simplifié. Dépourvu de sculptures, il a pris, sous le nom de bosquet de l’Obélisque, son aspect épuré actuel. Seule la gerbe centrale – qui forme un obélisque – donne son intérêt au bosquet.

Sturm termine la relation de sa visite des jardins par trois critiques. Nous n’évoquerons que la première, car elle est partagée par Knesebeck : à cause du dénivelé important entre la terrasse du château et le bassin d’Apollon, le château paraît « enterré » quand on le regarde depuis l’axe principal.

En fait, André Le Nôtre a voulu surprendre le promeneur. Raccourcie, l’étendue réelle de la perspective est dissimulée depuis la terrasse et l’étage principal du château ; en remontant le Tapis vert et le parterre de Latone, la façade du corps central du château se révèle et disparaît.

Cet effet de surprise est toujours intact aujourd’hui.

Des chefs-d’œuvre tournés en dérision

Marsy (Gaspard et Balthasar), Le bassin de Latone. © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin (cliquer ici pour accéder à sa source sur le site de la RMN)

La fontaine de la Pyramide n’était pas la seule sculpture affublée d’une dénomination dérisoire et péjorative.

Comme le fait remarquer un guide au XIXe siècle, les Versaillais n’ont pas toujours loué les chefs-d’œuvre de Versailles. Les guides de cette époque rapportent notamment que le bassin de Latone était appelé « la Reine des Grenouilles » et le char d’Apollon, « le Char embourbé ». L’inclinaison du char qu’Apollon est censé élever vers les cieux est, il est vrai, assez peu marquée… et le bassin d’Apollon parfois vaseux ! Ces appellations vernaculaires étaient peut-être déjà en vogue au siècle antérieur.

Nous évoquerons dans un prochain billet le faste des bosquets, aujourd’hui modifiés ou disparus, remarqués par nos voyageurs.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

Michael Brix, Le Nôtre à Versailles, Paris, Nicolas Chaudun, 2009.

Alexandre Maral, Le Versailles de Louis XIV, un palais pour la sculpture, Dijon, Faton, 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search