Voyager de relais en relais

Si vous avez tendance à râler lorsque vous êtes coincé dans les embouteillages sur l’autoroute, si vous pestez intérieurement contre la SNCF lorsque votre TGV (ou devrais-je dire inOui ?) arrive avec plus d’une demi-heure de retard, ou si la RATP est devenue votre pire ennemie car vous prenez tous les jours le RER, alors cet article est pour vous ! Découvrir comment les voyageurs se déplaçaient au tournant du xviiie siècle vous permettra de prendre avec (un peu de) philosophie ces désagréments du quotidien. Leurs récits nous apprennent que le voyage à cette époque pouvait se révéler un exercice laborieux voire périlleux, et qu’il fallait s’armer de beaucoup  de patience.

Lieues et relais de poste

Tout d’abord, le trajet ne se comptait pas en kilomètres mais en lieues, voire en relais de poste, l’ancêtre du transport public et comme son nom l’indique… de la Poste (je l’évoquerai dans un prochain billet). À l’origine, une lieue était la distance qu’un homme ou un cheval pouvait parcourir en une heure, soit environ quatre kilomètres. Les relais étaient installés environ toutes les sept lieues, soit une trentaine de kilomètres. Mais c’était la théorie. En pratique, cela dépendait surtout de la topographie du terrain et de l’état des routes. Trente kilomètres pouvaient paraître interminables sur une route cahoteuse au beau milieu des Alpes…

"Bouscat. Relais de poste avant Bordeaux", aquarelle du XIXe siècle

Bouscat. Relais de poste avant Bordeaux, aquarelle du xixe siècle
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer sur l’image pour accéder à sa source dans Gallica)

Littéralement, le relais de poste était l’endroit où l’on « relaissait » le cheval. Le voyageur achetait ou louait une voiture, puis louait des chevaux qui devaient être remplacés régulièrement en s’arrêtant à un relais de poste. Il fallait donc que celui-ci soit situé près de la route et pourvu d’équipements adaptés : écuries, auges, abreuvoirs, greniers à fourrage et à grain, une forge et une sellerie. Sur l’aquarelle ci-dessus, issue des collections de la Bibliothèque nationale de France, on peut voir la grange où se reposaient les chevaux et à droite ce qui semble être une auberge. Très souvent cette dernière jouxtait le relais : les voyageurs s’y restauraient ou y passaient la nuit.

Une figure incontournable : le postillon

"Le Postillon" dans Les Français peints par eux-mêmes, estampe par Henry Monnier, 1840

« Le Postillon » dans Les Français peints par eux-mêmes, gravure par Henry Monnier, 1840
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer sur l’image pour accéder à sa source dans Gallica)

Une fois les nouveaux chevaux attelés, le voyageur repartait en compagnie du postillon qui conduisait les chevaux jusqu’à la prochaine étape puis les ramenait dans leur relais d’origine. Contrairement au cocher qui était assis sur la voiture tractée par les chevaux, le postillon s’asseyait directement sur le cheval. Les postillons avaient la réputation d’être de joyeux drilles, aimant l’alcool et la bonne chère, et les récits des voyageurs nous en donnent quelques témoignages savoureux. Les contrôles d’alcoolémie n’existant pas encore, il n’était pas rare de tomber sur un postillon complètement ivre qui perdait le contrôle de son attelage et risquait de vous conduire tout droit dans le fossé ! L’un des voyageurs que nous étudions dans le cadre de notre projet, Ferdinand Bonaventure, comte de Harrach, diplomate impérial en Espagne, voyage en France en 1698 et son journal nous offre de croustillantes anecdotes à ce sujet :

« à Étampes je suis tombé sur un postillon complètement ivre qui a traversé la ville à un train tel que j’ai cru qu’il allait briser la chaise et mon cou avec ; à un quart d’heure de la ville, il a fini par percuter une maison nous faisant sauter l’extrémité de l’essieu et on a à grand’ peine pu faire glisser par-dessous une pièce de fer grâce à quoi il a tenu jusqu’à la poste suivante … »

Quel itinéraire?

Carte des routes des postes datant de 1758

Carte des routes des postes datant de 1758
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France (cliquer sur l’image pour accéder à sa source dans Gallica)

Le réseau des routes de France s’est développé au gré des besoins de l’État d’abord, et du commerce par la suite. Initialement, les relais de poste sont créés au xve siècle pour transporter la correspondance du roi et ils ne sont mis à la disposition des voyageurs qu’en 1506 par Louis XII. Les routes dépendaient donc directement du pouvoir royal et c’est pourquoi, comme on le voit sur la carte ci-contre, certaines régions possédaient un réseau plus développé que d’autres telle l’Île-de-France, lieu des résidences royales.

Le journal du comte de Harrach permet également de retracer les étapes de son voyage de Bordeaux à Paris (soit environ 600 kilomètres) : le comte met sept jours pour atteindre la capitale en roulant toute la journée. En imaginant qu’il roule 12 heures par jour, cela fait une moyenne de 7 km/h (ce qui nous paraît lent,  mais était tout fait remarquable pour l’époque). Le voyage s’effectue sous la pluie, sur des routes parfois très mal entretenues de sorte que la voiture s’embourbe souvent, que des pièces lâchent et se cassent et qu’il faut plusieurs heures pour réparer la voiture. Vous l’avez compris, voyager au xviie siècle demande beaucoup de patience ! Nous sommes bien loin des 2 heures actuelles de la nouvelle ligne TGV Paris-Bordeaux…

Petite histoire pour briller en société : le mystère des fameuses bottes de sept lieues

Bottes de postillon au musée du Palais Bénédictine

Bottes de postillon au musée du palais Bénédictine
Source wikipedia.org © Tinodela (cliquer sur l’image pour accéder à sa source sur Wikipédia

Vous avez certainement déjà entendu parler des bottes de sept lieues dans les contes des frères Grimm, ces bottes magiques qui donnent le pouvoir de franchir cette distance en une seule enjambée. Le Petit Poucet les vole à l’ogre lorsque celui-ci part à sa poursuite mais s’assoupit un moment dans la forêt. Sachez qu’elles sont inspirées de celles que portaient nos fameux postillons. Passant leurs journées à cheval, ils possédaient des bottes en cuir, rigides et lourdes, attachées directement à la monture, qui les protégeaient contre les chocs. Et si vous avez lu attentivement ce billet, vous savez maintenant que deux relais étaient distants généralement de… sept lieues, d’où le nom de ces bottes magiques qui permettaient d’aller beaucoup plus vite que les voyageurs de cette époque !

 Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, je vous conseille de consulter le site du musée de la Poste  et le catalogue de l’exposition « Le Voyage en France. Du maître de poste au chef de gare. 1740-1914 ».

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/12/2017

    […] je vous l’avais expliqué dans un précédent billet, voyager sur les routes aux xviie et xviiie siècles n’avait rien d’une sinécure. Il […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.